Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : HSBC confirme la plus forte contraction en 7 mois de la production
Publié dans Le Maghreb le 04 - 03 - 2014

La production manufacturière chinoise a enregistré en février sa plus forte contraction depuis sept mois, selon l'indice définitif publié hier par la banque HSBC, confirmant le ralentissement de la deuxième économie mondiale.
L'indice PMI des directeurs d'achat calculé par HSBC est tombé le mois dernier à 48,5 contre 49,5 en janvier. Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, alors qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction.
Le chiffre définitif de HSBC est légèrement supérieur à l'indice provisoire de 48,3 diffusé le 20 février, mais il s'établit en-deçà de l'indice PMI officiel publié samedi par le gouvernement chinois, à 50,2 --au plus bas depuis huit mois.
"Il y a désormais des signes évidents d'une montée des risques susceptibles de plomber la croissance économique (chinoise)", a réagi lundi Qu Hongbin, économiste de HSBC, cité dans un communiqué.
Les analystes prévenaient certes que la mauvaise performance du secteur manufacturier en février était surtout le fait du Nouvel an lunaire, période de vacances prolongées durant laquelle de nombreuses usines cessent leur activité.
Cependant, au-delà des facteurs saisonniers, "il y a un véritable ralentissement (de l'activité) en cours", a expliqué Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.
"Le durcissement de la politique monétaire au cours des derniers mois a probablement plombé le secteur manufacturier", et "tant que la banque centrale voudra resserrer le volume des crédits (dans le pays), l'industrie restera sous pression", a-t-il observé.
La Banque populaire de Chine (PBOC) a nettement réduit depuis décembre le volume des liquidités injectées dans le système bancaire. Le gouvernement souhaite ainsi enrayer la folle envolée des prêts bancaires et crédits informels, afin de lutter contre la spéculation et les investissements peu rentables --notamment dans des secteurs industriels en surcapacité.
La Chine a enregistré 7,7% de croissance économique en 2013, un chiffre stable par rapport à 2012 --année où elle avait connu sa plus faible performance en 13 ans--.
Après un net ralentissement de l'économie au premier semestre 2013, Pékin avait adopté en juillet des mesures de relance, notamment fiscales: celles-ci avaient permis un sursaut de l'activité, mais qui s'est avéré momentané.

Production manufacturière en février, au plus bas depuis huit mois
La croissance de la production manufacturière chinoise s'est ralentie en février pour atteindre un plus bas depuis huit mois, selon des chiffres officiels publiés samedi, qui confirment le ralentissement de la seconde économie mondiale.
L'indice PMI des directeurs d'achat a atteint 50,2, soit la troisième baisse consécutive après 50,5 en janvier, 51 en décembre et 51,4 en novembre. Un chiffre supérieur à 50 correspond à une phase d'expansion et inférieur à 50 à une phase de contraction de l'activité.
Cet indice marque le 17e mois consécutif de croissance de la production manufacturière mais à un rythme moins soutenu, le plus bas depuis juin quand l'indice avait atteint 50,1.
La croissance de l'économie chinoise s'est ralentie pour atteindre 7,7% en 2013 et 2012, soit le niveau le plus bas depuis 1999.
Selon les analystes, elle devrait encore s'affaiblir pour atteindre 7,5% cette année, soit l'objectif fixé par le gouvernement, qui entend réformer le modèle de croissance de la Chine pour donner un plus grand rôle à la consommation intérieure. Les analystes jugent toutefois que ce ralentissement en février est surtout le fait du nouvel an lunaire, plus grande période de vacances en Chine, et que l'indice PMI pourrait rebondir à 50,5 en mars.
"Nous pensons que la baisse est surtout imputable aux vacances du nouvel an lunaire", estiment ainsi dans une note les économistes de la Bank of America Merril Lynch.
L'indice PMI provisoire publié la semaine dernière par la banque HSBC indiquait lui aussi un ralentissement de la production manufacturière, tombée en février à un plus bas en sept mois à 48,3 contre 49,5 en janvier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.