Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de Bandung : Détermination des pays Sud-Sud à relever les différents défis
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2015

Les défis liés à la paix, à la sécurité et au développement interpelleront les dirigeants de dizaines de pays au sommet Asie-Afrique mercredi et jeudi à Jakarta, 60 ans après la conférence de Bandung, alors qu'un nouveau chapitre est appelé à s'ouvrir dans la coopération afro-asiatique. Le sommet Asie-Afrique de cette année a pour thème "Renforcer la coopération Sud-Sud pour promouvoir la paix et la prospérité mondiales". Les pays des deux continents accordent tous une priorité au maintien de la paix et au développement économique ainsi qu'une grande importance aux principes de Bandung pour resserrer la coopération multidisciplinaire dans divers domaines (politique, sécurité, investissement, commerce, tourisme, échanges culturels...), l'alliance Asie-Afrique, l'optique étant de valoriser les potentiels au profit des deux continents.
Pas moins de 33 chefs d'Etat et de gouvernement de même que les représentants de 77 pays d'Asie et d'Afrique et de plusieurs organisations régionales et internationales, sont attendus à Jakarta. L'Algérie sera présente à cet événement à travers une délégation conduite par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Dans ce sens, rappelons qu'un communiqué de la présidence paru précédemment avait indiqué, "En réponse à l'invitation qu'il a reçue du président de la République d'Indonésie, Joko Widodo, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a chargé le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, de le représenter à la commémoration du 60ème anniversaire de la Conférence afro-asiatique de Bandung en 1955 et au sommet afro-asiatique qui se tiendra à Djakarta sur le thème du "renforcement de la coopération Sud-Sud pour la promotion de la paix et de la prospérité"
La commémoration du 60ème anniversaire de la Conférence afro-asiatique de Bandung intervient dans un contexte régional et international complexe marqué notamment par de profondes disparités entre le Nord et le Sud.

Efficiente coopération Asie-Afrique en point de mire
Dans ce sillage, le rendez-vous de Jakarta ouvrira "un nouveau chapitre" dans la coopération Asie-Afrique", a déclaré la ministre des Affaires étrangères indonésienne Retno Marsudi, lors de la cérémonie d'ouverture de la réunion ministérielle.
La ministre a rappelé les significations historiques de la conférence de Bandung d'avril 1955, disant qu'il est nécessaire d'ouvrir une nouvelle période de développement de la coopération en vue d'une "meilleure efficacité".
Elle a souligné l'importance de la démocratie, de l'égalité et des droits de l'homme en Asie, en Afrique et dans le monde.
Dans ce contexte, la ministre a également souligné la nécessité d'augmenter le niveau de la coopération entre les pays afro-asiatiques dans les différents domaines pour rattraper les retards et ainsi pour pouvoir résister à la concurrence imposée par les grandes forces mondiales, en appelant les pays des deux continents à "intensifier la coopération Sud-Sud et triangulaire, à collaborer pour affronter ensemble les défis, réduire les écarts de développement, ainsi qu'à multiplier les échanges culturels...". Les participants au sommet se pencheront sur trois principaux thèmes, à savoir, la Palestine, la coopération Sud-Sud et les grandes questions intéressant les Etats des deux continents.
Au programme de la réunion qui commémore également le 10ème anniversaire du Partenariat stratégique Asie-Afrique signé en 2005 à Bandung, figure notamment une réunion des hauts responsables, en plus d'une réunion ministérielle sur l'économie mardi. En marge des commémorations, l'Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, va présider une réunion sur le conflit au Yémen, à la demande de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).
Le Yémen est déchiré par des combats entre rebelles houthis et partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite face à l'avancée rebelle. Une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite a lancé le 26 mars des frappes aériennes pour contrer l'offensive rebelle.

Revisiter une histoire commune
D'autre part, les plus hauts dirigeants ont participé aux réunions hier et aujourd'hui, avant de commémorer le 60e anniversaire de la Conférence à Bandung, ville de la grande île de Java en Indonésie. La conférence s'était tenue du 18 au 24 avril 1955 à Bandung avec la présence de délégations de 29 pays africains et asiatiques dont la plupart avaient accédé à l'indépendance après des années de colonialisme et d'occupation étrangère.
La conférence qui était placée sous le signe de l'unité reste le symbole d'une prise de conscience de la part des peuples asiatiques et africains qui ont affirmé leur volonté commune d'indépendance et de lutte contre le colonialisme ou le néo-colonialisme. Elle marquait l'entrée en scène du tiers-monde et préludait à la fondation du mouvement des non-alignés (MNA) dans un monde alors en pleine guerre froide. Mais depuis la chute du Rideau de fer, le MNA peine à rester d'actualité, alors que le nombre de ses membres a augmenté et représentent désormais une importante part de l'économie mondiale. Le mouvement des pays non-alignés, créé officiellement en 1961 à Belgrade, constitue le plus grand rassemblement en dehors des Nations unies dont les pays membres représentent les deux tiers (2/3) de l'organisation onusienne et comptent 55 % des habitants du Globe. Si la vision saluée de la "tradition du non-alignement" laisse sceptiques de nombreux analystes, certains observateurs estiment que l'influence grandissante de l'économie des pays participants montre des signes de renouveau au sein du mouvement.

Le succès et la fierté du FLN
Entre autres, et d'après des moudjahidine et des historiens, la conférence de Bandung en a consacré le premier succès de la diplomatie du Front de libération nationale (FLN) en favorisant l'internationalisation de la cause algérienne.
A cet effet, l'historien Amer Rekhila lors du forum "Mémoire", organisé par l'association "Mechaal Echahid" en collaboration avec le quotidien El-Moudjahid, à l'occasion du 60 anniversaire de la conférence de Bandung a souligné qu'elle a une grande importance à faire parvenir la voie de la guerre de libération à tous les pays de la globe, considérant que c'était une premiere sans précédente pour la cause algérienne qui avait constitué un véritable succés, "La conférence de Bandung a consacré le premier succès de la diplomatie du FLN en faveur de l'internationalisation de la cause algérienne", a souligné.
Il a indiqué que les participants avaient ouvertement condamné la colonisation et appelé à une coopération étroite entre les pays du sud et en voie de développement pour lutter en faveur des droits des peuples à l'autodétermination. Cette position a permis aux représentants du FLN de se déployer davantage aux plans continental et international grâce notamment à la délégation du FLN au Caire composée alors d'Ahmed Ben Bella, Hocine Ait Ahmed, Mohamed Khider et M'hamed Yazid", a rappelé M. Rekhila. Trois mois après Bandung, 14 pays parmi les 29 ayant participé à la conférence ont adressé une lettre au secrétaire général des Nations unies l'appelant à inscrire la cause algérienne à la 10e session de l'Assemblée générale (septembre 1955). Après une campagne "féroce" menée par la France pour bloquer cette demande, l'inscription de la cause algérienne fut ainsi reportée à la 11e session de l'Assemblée générale (1956), a-t-il poursuivi.
Lors de la réunion préparatoire à la conférence de Bandung, les présidents d'Inde, d'Indonésie, de Birmanie, du Sri Lanka et du Pakistan ont inscrit l'Algérie parmi la délégation maghrébine qui comptait des représentants de Tunisie et du Maroc, a-t-il encore rappelé.
Le moudjahid et diplomate Salah Belkobi est revenu pour sa part sur les efforts des représentants du FLN, Hocine Ait Ahmed et M'hamed Yazid en faveur de l'inscription de la cause algérienne au programme des nations unies.
Une des résolutions de la conférence de Bandung fut de soutenir le droit des peuples algérien, tunisien et marocain à l'autodétermination, a-t-il insisté.
Le chargé d'Affaires à l'ambassade d'Indonésie, à Alger M. Swedianto Sumardi a soutenu pour sa part que la conférence de Bandung avait dégagé une position forte concernant la décolonisation.
La conférence de Bandung a institué le groupe afro-asiatique qui a consacré la coopération entre les deux continents alors sous occupation, a rappelé le responsable mettant en avant le soutien de son pays aux mouvements libérateurs notamment en Algérie avec laquelle, a-t-il dit, "l'Indonésie oeuvre aujourd'hui à promouvoir ses relations".
Plusieurs dossiers sont inscrits au programme de la célébration, à Jakarta, du 60e anniversaire de la conférence de Bandung portant notamment sur les échanges commerciaux et la coopération en matière de lutte antiterroriste. La question palestinienne et le partenariat afro-asiatique figurent également parmi les thèmes retenus pour la rencontre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.