Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rejet du projet Keystone XL : TransCanada veut 15 milliards de dollars
Publié dans Le Maghreb le 09 - 01 - 2016

La société TransCanada a annoncé mercredi qu'elle allait réclamer, en vertu de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna), 15 milliards de dollars en dommages et intérêts au gouvernement des Etats-Unis. En cause, le rejet du projet d'oléoduc Keystone XL.
TransCanada compte faire valoir auprès d'un organe de règlement des litiges prévu par l'Aléna que la décision du président Barack Obama de rejeter le projet d'oléoduc transfrontalier en novembre était "arbitraire" et "injustifiée" et qu'elle violait l'article 11 de cet accord, a-t-elle indiqué dans un communiqué. L'article en question protège les investissements étrangers. La société basée à Calgary, dans l'Ouest canadien, a aussi déposé une poursuite devant la Cour fédérale de Houston, au Texas. Elle a allégué que la décision du président Obama de refuser la construction de l'oléoduc excédait ses pouvoirs en vertu de la constitution des Etats-Unis. A la suite de cette décision, TransCanada revoit par ailleurs la valeur de ses investissements dans ce projet. L'entreprise prévoit de radier de 2,5 à 2,9 milliards de dollars d'actifs s'y rapportant dans ses prochains résultats du quatrième trimestre. Long de 1 900 kilomètres, dont 1 400 aux Etats-Unis, Keystone XL visait à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta (ouest) jusqu'au Nebraska (au centre des Etats-Unis), d'où il aurait pu rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique.

Discrimination évoquée
En s'opposant au projet, sept ans après la première demande de permis de construire de l'opérateur TransCanada, M. Obama avait marqué les esprits et provoqué la colère de ses adversaires républicains avant la conférence de Paris sur le climat (COP 21). Dans son avis de plainte auprès de l'Aléna, TransCanada estime avoir été victime de discrimination du gouvernement américain. La firme souligne que trois autres sociétés ont obtenu ces dernières années de l'exécutif américain des permis pour la construction d'oléoducs transfrontaliers.
"TransCanada avait toutes les raisons de s'attendre à ce que sa demande de permis soit acceptée puisqu'elle respectait les mêmes critères que le département d'Etat américain avait appliqués pour approuver la construction d'oléoducs transfrontaliers similaires", a-t-elle précisé.
Pour TransCanada, le gouvernement américain a tout simplement cédé aux pressions des groupes écologistes, "même si l'administration avait conclu à six reprises que l'oléoduc n'aurait aucun impact significatif sur le changement climatique".

Tentatives d'"extorsion"
TransCanada a dit s'attendre à une longue bataille judiciaire et a réaffirmé sa disposition à présenter une nouvelle demande pour la construction de l'oléoduc Keystone XL. Le département d'Etat américain a brièvement réagi: "Nous venons de voir l'annonce. Nous ne commentons pas les litiges en cours", a déclaré un porte-parole dans un courriel.
Des groupes écologistes ont vertement dénoncé pour leur part l'attitude de l'entreprise. "Keystone XL est mort et ces manoeuvres juridiques n'y changeront rien", a déclaré le directeur de l'organisation Sierra Club, Michael Brune.
"TransCanada", a-t-il ajouté, "devrait avoir honte de tenter d'extorquer des milliards de dollars aux contribuables américains pour augmenter ses profits".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.