Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada / Etats-Unis : Le gouvernement américain valide le projet Keystone XL
Publié dans Le Maghreb le 03 - 04 - 2017

Le gouvernement américain a donné son feu vert à la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, une décision saluée par l'industrie pétrolière et dénoncée par les défenseurs de l'environnement. Donald Trump a formellement annoncé l'attribution du permis présidentiel à l'entreprise énergétique canadienne TransCanada lors d'une cérémonie à la Maison blanche. Le président américain était entouré du directeur général de TransCanada, Russell Girling, et de Sean McGarvey, président du syndicat Building Trades Union. "TransCanada va désormais être en mesure d'achever efficacement et rapidement cet oléoduc qui aurait dû voir le jour depuis longtemps", a commenté Donald Trump. Le projet, qui remonte à 2008, doit permettre de relier sur près de 1.900 km les sables bitumineux de l'Alberta aux réseaux d'oléoducs du Nebraska. L'ancien président Barack Obama l'avait rejeté en 2015, estimant qu'il n'aurait aucun impact sur le prix de l'essence et contribuerait aux émissions de gaz à effet de serre. Son successeur en a ordonné la mise en oeuvre dans un décret signé le 24 janvier, quatre jours après son investiture, ce qui a incité TransCanada à déposer un nouveau dossier. En prenant une décision accélérée sur ce dossier, Donald Trump entend marquer sa volonté d'aller vite dans l'approbation des grands projets d'infrastructures, alors que les procédures de validation peuvent parfois prendre des années. Pendant sa campagne, le magnat de l'immobilier avait promis 1.000 milliards de dollars d'investissements sur dix ans dans des grands travaux. Donald Trump affirme que Keystone XL permettra la création de 28.000 emplois aux Etats-Unis. Un rapport du département d'Etat paru en 2014 estimait l'impact du projet à seulement 3.900 emplois de chantier et 35 postes permanents. Le président américain, chantre de l'"America First", a exigé que les nouveaux oléoducs soient construits avec de l'acier produit aux Etats-Unis, mais Keystone XL dérogera à cette règle car une grande partie de l'acier destiné au projet a déjà été fabriqué et stocké, selon la Maison blanche.

800 000 barils par jour
Le projet Keystone XL doit permettre d'acheminer plus de 800.000 barils par jour de pétrole lourd canadien jusqu'aux raffineries et ports du golfe du Mexique, via le réseau existant d'oléoducs qui part du Nebraska. Le ministère canadien des Ressources naturelles s'est félicité de la décision de Donald Trump. "L'importance d'un marché commun de l'énergie sur le continent ne peut être sous-estimée", a dit un porte-parole. Le président de l'American Petroleum Institute, Jack Gerard, a salué une "nouvelle bienvenue" qui améliorera selon lui la sécurité énergétique des Etats-Unis. Mais le feu vert accordé par la nouvelle administration ne veut pas dire que le chantier va démarrer prochainement car TransCanada doit encore boucler son financement, obtenir de nombreux permis locaux et repousser les recours prévisibles. Etant donné que Barack Obama avait bloqué le projet en s'appuyant sur un rapport d'impact sur l'environnement commandé par le département d'Etat en 2014, les opposants à Keystone XL devraient faire valoir que la décision de l'ancien président ne peut être annulée sans une nouvelle évaluation. La quête des permis s'annonce également difficile. "Le permis présidentiel n'est qu'une partie des permis qu'il faudra obtenir au niveau fédéral, au niveau des Etats et au niveau local", explique Fred Jauss, du cabinet juridique Dorsey & Winney. "D'autres agences fédérales comme le Corps du Génie, les commissions de régulation des Etats et même les conseils locaux pourraient avoir des exigences", dit-il. "En outre, TransCanada pourrait devoir conclure des accords avec des centaines de propriétaires potentiellement affectés par le tracé du pipeline." Les organisations écologistes promettent de poursuivre leur lutte à l'aide de pétitions et de manifestations. "Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition", a promis Rhea Suh, présidente du Natural Resources Defense Council.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.