Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emirates : Publications des résultats pour l'exercice 2016-2017
Publié dans Le Maghreb le 14 - 05 - 2017

Le groupe Emirates a annoncé sa 29ème année consécutive de rentabilité et d'expansion régulière de l'activité, sur fond de turbulences pour l'aviation et les voyages.
Le bénéfice du Groupe Emirates, tel qu'il ressort du Rapport annuel 2016-2017, publié ce jour, s'inscrit à 2,5 milliards AED (670 millions USD) pour l'exercice clos le 31 mars 2017, en baisse de 70 % par rapport au bénéfice record de l'année précédente. Le chiffre d'affaires du Groupe ressort à 94,7 milliards AED (25,8 milliards USD), en progression de 2 % par rapport à l'exercice précédent, tandis que la trésorerie du Groupe s'est repliée de 19 % à 19,1 milliards AED (5,2 milliards USD), principalement en raison du remboursement de deux emprunts obligataires à l'échéance et des investissements élevés en cours dans notre flotte et les actifs liés aux appareils.
Compte tenu du climat des affaires actuel et des plans d'investissement futurs du Groupe, il ne sera procédé à aucun versement de dividende à la société Investment Corporation of Dubai (ICD) au titre de l'exercice 2016-2017.
Son Altesse le Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président-Directeur général d'Emirates Airline et du Groupe, a déclaré : " Emirates et dnata ont continué à dégager des bénéfices et ont poursuivi leur croissance, alors que l'exercice 2016-2017 a été l'un des plus difficiles que nous ayons connus. " Nous avons, année après année, investi dans le renforcement de nos capacités commerciales et la notoriété de la marque et nous en cueillons aujourd'hui les fruits. Ces bases solides nous ont en effet permis de faire face aux événements déstabilisants qui ont pénalisé la demande de voyages au cours de l'exercice - du vote en faveur du Brexit aux défis liés à l'immigration en Europe et aux attentats terroristes, des nouvelles réglementations impactant les voyages aériens vers les Etats-Unis à la dévaluation des monnaies et au problème du rapatriement de fonds dans certaines régions d'Afrique, sans parler de l'effet par ricochet de l'atonie du secteur pétrolier et gazier sur la confiance des entreprises et la demande de voyages ". En 2016-17, le Groupe a collectivement investi 13,7 milliards AED (3,7 milliards USD) dans l'achat de nouveaux appareils et équipements, l'acquisition de sociétés, la construction d'installations modernes, les technologies de pointe et les initiatives en faveur du personnel.
Le Cheikh Ahmed a ajouté : " Ces investissements contribueront à renforcer encore notre résilience, au moment même où nous confortons notre avantage compétitif et adaptons nos activités à un climat des affaires volatil et à l'évolution rapide des attentes des clients. " Nous restons optimistes pour l'avenir de notre industrie, tout en étant conscients de la persistance de difficultés au cours de l'année à venir avec un climat hyperconcurrentiel entraînant une érosion des rendements pour la compagnie et la volatilité sur de nombreux marchés impactant les flux de passagers et la demande de voyages. " Emirates et dnata resteront en prise avec les événements et les tendances ayant des répercussions sur notre activité, de manière à répondre rapidement aux opportunités et aux défis qui se présentent. Nous progresserons également sur la voie de la transformation numérique. Nous sommes en train de repenser, dans chacun de ses aspects, notre manière de faire des affaires, grâce à un ensemble inédit de technologies. Notre ambition est de proposer à nos clients une expérience plus personnalisée et des parcours plus fluides tout en rendant nos activités et notre back-office plus efficients ". L'effectif du Groupe dans ses 80 filiales et sociétés a augmenté de 11 % à plus de 105 000 personnes de plus de 160 nationalités différentes.

Performance d'Emirates
Les capacités totales d'Emirates en termes de transport de passagers et de fret ont franchi la barre des 60 milliards, à 60,5 tonnes-kilomètres offertes (TKO) à la clôture de l'exercice 2016-2017, confortant sa position de compagnie aérienne internationale la plus importante au monde. La compagnie a augmenté ses capacités au cours de l'exercice de 4,1 milliards de TKO, soit une progression de 7 % par rapport à l'exercice 2015-2016. La compagnie aérienne Emirates a pris livraison de 35 nouveaux appareils, le chiffre le plus élevé jamais enregistré au cours d'un exercice, dont 19 A380 et 16 Boeing 777-300ER. Sur la même période, 27 appareils plus anciens ont été retirés du service, portant l'ensemble de la flotte à 259 avions au 31 mars. Ce remaniement de la flotte, qui concerne 62 appareils, est le programme le plus important que nous ayons mené à bien au cours d'une année. L'âge moyen de la flotte d'Emirates a ainsi été considérablement abaissé à 63 mois contre 74 mois l'année dernière et 140 mois pour la moyenne du secteur.
La stratégie d'Emirates consiste en effet à exploiter une flotte jeune et moderne pour une meilleure protection de l'environnement, ainsi que dans l'intérêt de l'activité du groupe et de ses clients. La compagnie aérienne demeure le premier exploitant mondial de Boeing 777 et A380, les deux gros porteurs parmi les plus modernes et les plus efficaces au monde aujourd'hui. Au cours de l'exercice, Emirates a lancé six nouvelles destinations pour les passagers : Fort Lauderdale, Hanoï, Newark, Yangon, Yinchuan et Zhengzhou et une autre pour le fret : Phnom Penh. La compagnie a également étendu ses services et capacités à neuf villes sur son réseau actuel de lignes aériennes en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du Nord, offrant à ses clients un choix et une connectivité toujours plus larges.
Dans un contexte de forte dévaluation des monnaies face au dollar américain et d'ajustement du prix des billets, dû à une vive concurrence, Emirates a réussi à maintenir un chiffre d'affaires stable à 85,1 milliards AED (23,2 milliards USD). L'appréciation constante du dollar américain face aux devises de la plupart des marchés d'Emirates a eu un impact de 2,1 milliards AED (572 millions USD) sur le chiffre d'affaires de la compagnie ainsi que sur son résultat net, le deuxième par ordre d'importance au cours d'un exercice financier après celui de l'année dernière. Les charges d'exploitation totales ont augmenté de 8 % par rapport à l'exercice 2015-2016. Le prix moyen du carburant a légèrement baissé au cours de l'exercice. Mais en raison d'une augmentation de 8 % des quantités embarquées, parallèlement à l'accroissement des capacités, la facture de kérosène de la compagnie s'est alourdie de 6 % par rapport à l'année dernière à 21,0 milliards AED (5,7 milliards USD). Le carburant représente désormais 25 % des charges d'exploitation, contre 26 % en 2015-2016, mais il reste le premier poste de coûts de la compagnie. La compagnie a su faire face au renforcement des pressions de la concurrence sur tous les marchés pour rester rentable, enregistrant un bénéfice de 1,3 milliards AED (340 millions USD), en baisse de 82 % par rapport aux résultats record de l'année précédente, ainsi qu'une marge bénéficiaire de 1,5 %. La croissance globale du trafic passager continue de démonter l'attrait qu'exercent sur les clients les appareils à la pointe de la technique d'Emirates ainsi que le réseau efficace de routes aériennes à partir du Hub de Dubaï.
La compagnie Emirates a transporté le chiffre record de 56,1 millions de passagers (en hausse de 8 %) et atteint un coefficient d'occupation moyen de 75,1 %. Le repli de ce coefficient par rapport au chiffre de 76,5 %, enregistré l'année dernière, doit être mis en relation avec la forte progression (10 %) des sièges-kilomètres offerts (SKO), mais il s'explique aussi par la persistance des incertitudes économiques et par une vive concurrence sur de nombreux marchés. Sous l'effet de la dépréciation des grandes devises par rapport au dollar américain, le rendement par passager-kilomètre transporté (PKT) a reculé à 24,7 fils (6,7 centimes de dollar US). Pour financer la croissance de sa flotte, eu égard à la livraison record de nouveaux appareils au cours de l'exercice, Emirates a levé un montant de 29,1 milliards AED (7,9 milliards USD) en recourant à plusieurs structures de financement. Emirates a continué à s'adresser au marché japonais dans le cadre de deux opérations : le Japanese Operating Lease ou JOL (contrat de location-exploitation japonais) et le Japanese Operating Lease with a Call Option ou JOLCO (contrat de location-exploitation japonais avec option d'achat) à la fois pour l'A380-800 et le Boeing 777-300ER. La compagnie a également fait davantage appel à une base diversifiée d'investisseurs institutionnels et de banques, notamment en Corée, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne. De plus et compte tenu de l'interruption de l'aide accordée par l'Agence de crédit à l'exportation (Export Credit Agency ou ECA), Emirates a réussi à structurer un mécanisme commercial innovant de prêt relais d'un montant de 4,4 milliards AED (1,2 milliard USD) auprès d'institutionnels américains et chinois. Ces opérations, qui s'inscrivent dans le cadre de la stratégie d'Emirates visant à diversifier les sources de financement, témoignent de la bonne santé financière du Groupe et de la confiance des investisseurs dans le modèle économique de la compagnie. Les avoirs de trésorerie d'Emirates s'établissaient, à la clôture de l'exercice à 15,7 milliards AED (4,3 milliards USD), soit un excellent niveau.
Le chiffre d'affaires réalisé dans les six régions d'Emirates reste réparti de manière équilibrée, aucune d'entre elles ne représentant plus de 30 % du chiffre d'affaires total. L'Europe apporte la plus forte contribution au chiffre d'affaires, avec 23,9 milliards AED (6,5 milliards USD), un niveau inchangé par rapport à l'exercice 2015-2016. L'Asie de l'Est et l'Australasie suivent de près, avec 22,6 milliards AED (6,2 milliards USD), en progression de 1 %. La région Amériques enregistre une croissance du chiffre d'affaires à 12,4 milliards AED (3,4 milliards USD), en progression de 3 %. Le chiffre d'affaires des pays du Golfe et du Moyen-Orient a progressé de 4 % à 8,7 milliards AED (2,4 milliards USD) tandis que celui de l'Afrique a reculé de 4 % à 8,7 milliards AED (2,4 milliards USD). Enfin, celui de la région Asie de l'Ouest/océan Indien s'inscrit en baisse de 3 % à 7,4 milliards AED (2,0 milliards USD). Emirates a continué d'investir dans le renouvellement des produits et services pour mieux répondre à l'évolution des besoins des clients. La compagnie aérienne a dévoilé son bar-lounge à bord de l'A380, qui entrera en service en juillet 2017, et a annoncé la conclusion d'un contrat très important de plusieurs millions de dollars avec Thales, portant sur l'installation du système AVANT de divertissement en vol sur sa future flotte de Boeing 777X. Parmi les autres initiatives clés en 2016-2017, il convient de citer : la rénovation pour un montant de 11 millions USD de son salon (Concourse B) à l'aéroport international de Dubaï ; l'ouverture d'un nouveau salon Emirates au Cap et l'introduction de nouveaux kits de confort à bord pour les passagers toutes classes confondues, dont des couvertures durables en Classe Economique réalisées à 100 % à partir de bouteilles en plastique recyclé et utilisant la technologie brevetée ecoTHREAD™. Pour 2017-2018, Emirates a annoncé de nouvelles liaisons vers Phnom Penh au Cambodge et Zagreb en Croatie, outre des augmentations de capacités vers des destinations déjà desservies. Emirates SkyCargo continue de jouer un rôle à part entière dans la croissance de l'activité de la compagnie, en contribuant à 13 % du chiffre d'affaires total de cette dernière dans le transport. Sur un marché du fret aérien qui reste difficile et se caractérise par une évolution rapide de la structure de la demande, la division de fret d'Emirates a publié un chiffre d'affaires de 10,6 milliards AED (2,9 milliards USD), en baisse de 5 % par rapport à l'exercice précédent, tandis que les volumes transportés ont progressé de 3 % à 2,6 millions de tonnes. Cette année, le rendement du fret mesuré en tonnes-kilomètres (FTKM) a diminué de 8 %, reflétant la forte tendance à la baisse, observée dans l'ensemble du secteur, ainsi que la dépréciation des principales monnaies face au dollar US.
La flotte totale d'avions-cargos Emirates SkyCargo est restée inchangée à 15 appareils : 13 Boeing 777F et deux Boeing 747-400F. Outre les capacités de fret dans la soute ventrale des appareils de passagers desservant les nouvelles destinations de la compagnie, Emirates SkyFret a lancé de nouveaux services de transport de marchandises vers Phnom Penh (Cambodge), ainsi que de nouvelles liaisons Dubaï-Oslo et Delhi-Hong Kong.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.