Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    DISTORSIONS    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Farès fonce vers le Lazio    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après la dissolution du Parlement : L'Italie devant une campagne électorale incertaine
Publié dans Le Maghreb le 30 - 12 - 2017

La dissolution jeudi du Parlement, qui arrivait bientôt en fin de législature, a lancé l'Italie dans deux mois d'une campagne électorale incertaine avant les élections législatives fixées au 4 mars.
Dans un bref communiqué, la présidence de la République a mis fin au faux suspense: le chef de l'Etat, Sergio Mattarella, "a signé le décret de dissolution du Sénat et de la Chambre des députés".
Dans la foulée, le conseil des ministres a décidé que le scrutin, qui devait être organisé dans un délai de 45 à 70 jours, aurait lieu le dimanche 4 mars.
Dans l'après-midi, un ballet de voitures officielles bien rôdé s'est organisé autour du Quirinal, le palais du président. Le chef du gouvernement de centre gauche, Paolo Gentiloni, s'y est d'abord rendu pour annoncer qu'avec l'adoption du budget 2018, le travail du Parlement, élu en février 2013, était terminé.
M. Mattarella a ensuite reçu le président du Sénat, Pietro Grasso, et la présidente de la Chambre des députés, Laura Baldrini, avant de faire revenir le chef du gouvernement pour qu'il contresigne le décret de dissolution. M. Gentiloni est retourné au palais Chigi, siège du chef du gouvernement, pour présider le conseil des ministres, puis est retourné encore une fois au Quirinal faire signer le décret de convocation du scrutin. Paolo Gentiloni, qui est le 3e chef du gouvernement de cette législature après Enrico Letta et Matteo Renzi, doit rester en place jusqu'à la mise en place du nouveau Parlement. Son mandat pourrait d'ailleurs se prolonger, tant l'incertitude règne sur l'après-élections.
Le mode de scrutin laisse une large part à la proportionnelle et la dispersion annoncée des voix entre trois pôles -- droite, Mouvement 5 étoiles et centre gauche -- peu enclins à s'entendre risquent de laisser le prochain Parlement sans majorité claire.

Pas de majorité en vue
L'alliance de droite, composée de Forza Italia (FI), le parti de l'éternel Silvio Berlusconi, et les souverainistes de la Ligue du Nord (LN) et de Fratelli d'Italia (FDI), est créditée de plus de 35% des intentions de vote mais les litiges sont fréquents en son sein, FI et LN revendiquant tous deux la primauté et s'opposant souvent sur l'euro et l'Europe.
Avec environ 28% des intentions de vote, les populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S), qui avaient créé la surprise en remportant déjà 25% des voix lors de leurs premières législatives en 2013, semblent plafonner à ce niveau et rejettent toute idée d'accord avec une autre formation.
Troisième et dernier camp, le Parti démocrate (PD, au pouvoir) de Matteo Renzi, est en perte de vitesse dans les sondages, qui ne lui accordent plus qu'environ 25% des voix.
"La dissolution du Parlement met un terme à une des législatures les plus productives de l'histoire républicaine. Maintenant, quelques jours de repos bien mérités et puis ensuite tous prêts pour la campagne électorale", ont pourtant écrit avec assurance M. Renzi et les chefs des groupes parlementaires PD.
Si aucune majorité ne se dessine, M. Mattarella pourrait demander à M. Gentiloni d'expédier les affaires courantes pendant encore de longs mois.
Aux antipodes du caractère brusque de M. Renzi, dont il est pourtant proche, l'actuel chef du gouvernement reste en effet relativement populaire, avec 44% d'opinions positives, loin devant MM. Renzi (29%) et Berlusconi (23%).
L'ex-Cavaliere lui-même a ouvertement envisagé un maintien de M. Gentiloni. "C'est une personne gentille et modérée, il saura gérer cette période délicate avec tact", a-t-il tweeté jeudi.
Dans un pays qui a connu 64 gouvernements depuis la proclamation de la République en 1946, l'instabilité qui s'annonce n'est cependant pas une nouveauté. Et en dressant le bilan de son année de gouvernement lors d'une conférence de presse jeudi matin, M. Gentiloni s'est montré prêt: "Je vous assure (...) que le gouvernement ne ralentira pas (son) rythme. Dans les limites fixées par la Constitution, par les lois, le gouvernement gouvernera".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.