Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Colère et consternation    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    Les chouhada sont revenus ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats -Unis : Des enseignants armés, pourquoi pas ?
Publié dans Le Maghreb le 24 - 02 - 2018

Le président américain Donald Trump a martelé jeudi sa conviction qu'armer des enseignants aurait un effet dissuasif sur les tireurs qui ciblent les écoles, réaffirmant sa proximité avec le puissant lobby des armes NRA. Dans une rafale matinale de tweets, M. Trump a défendu cette mesure très controversée et catégoriquement rejetée par nombre d'élus du Congrès, démocrates comme républicains.
"Une école +sans armes+ attire les méchants", a-t-il lâché, évoquant un peu plus tard, sans entrer dans les détails, de possibles "bonus" pour ceux qui porteraient une arme en salle de classe.
L'équation est délicate pour le président septuagénaire qui doit composer avec une forte mobilisation des lycéens à travers les Etats-Unis, déterminés à donner de la voix après ce nouveau drame en Floride qui a fait 17 morts et à ne plus se contenter des mines contrites et "pensées et prières" des élus des deux bords.
Après s'être posé mercredi, lors d'un échange poignant avec des rescapés de la fusillade de Parkland, en dirigeant à l'écoute de toutes les suggestions, M. Trump a insisté jeudi sur sa proximité avec la National Rifle Association, soulignant que ses dirigeants étaient de "grands patriotes". Le célèbre lobby des armes, qui l'a soutenu sans réserve tout au long de sa campagne, est lui aussi monté au créneau. Dans un discours virulent dont il est coutumier, son dirigeant, Wayne LaPierre, a dénoncé la "politisation honteuse" de la tragédie de Floride, accusant ses détracteurs de vouloir "éradiquer toutes les libertés individuelles" en Amérique. La NRA est vent debout contre tout relèvement de 18 à 21 ans de l'âge légal pour acheter une arme --une piste désormais soutenue par M. Trump-- en estimant que cela reviendrait à "faire payer à des citoyens respectueux de la loi les actes malfaisants de criminels".
Nombre d'étudiants ont souligné que Nikolas Cruz, le tueur de Floride, avait pu acquérir à 18 ans un fusil semi-automatique alors qu'il faut avoir au moins 21 ans pour acheter de l'alcool aux Etats-Unis.

Obama donne de la voix
"Des enseignants/entraîneurs très bien formés et adeptes des armes résoudraient le problème instantanément avant que la police arrive. GRAND POUVOIR DE DISSUASION!", a tweeté le président américain, affirmant que les fusillades duraient en moyenne "trois minutes" et qu'il fallait "cinq à huit minutes" à la police pour arriver sur place.
Selon lui, environ 20% des enseignants pourraient, avec la formation adéquate, porter une arme de façon dissimulée ce qui leur permettrait de "riposter immédiatement". "Des enseignants bien formés serviraient aussi de dissuasion face aux lâches qui font ça. Beaucoup plus efficace à un coût bien moindre que des vigiles", a-t-il encore dit, évoquant pour la première fois l'argument économique. S'ils savent qu'une école a un "grand nombre d'enseignants très doués avec les armes (...) les lâches n'iront pas là-bas...problème réglé".
Scott Israel, shérif du comté de Broward où se trouve Parkland, a annoncé jeudi que l'un de ses adjoints était en poste, armé et en uniforme, au lycée au moment du drame. Mais il n'est pas intervenu et a démissionné après sa suspension sans rémunération.
Scott Peterson, ce policier chargé de la protection de l'établissement, aurait dû "entrer, aborder le tueur, tuer le tueur", a estimé M. Israel. Les fonctions de deux autres agents ont été restreintes en attendant le résultat d'une enquête pour déterminer s'ils "auraient pu ou auraient dû faire davantage" avant la fusillade.
Pour le sénateur démocrate Richard Blumenthal, armer les enseignants est une idée "abjecte" et "dangereuse" qui a été rejetée "avec force par l'ensemble de la communauté éducative".
Lors d'un débat organisé mercredi soir près de Miami par la chaîne CNN, de nombreuses voix se sont élevées pour mettre en garde contre un tel scénario.
"Vais-je devoir être formée comme une policière en plus d'éduquer ces enfants?", a demandé Ashley Kurth, une enseignante du lycée de Parkland. "Vais-je devoir porter un gilet en kevlar?".
Le sénateur républicain Marco Rubio a lui aussi fait entendre sa différence avec le président américain, affirmant être opposé à cette idée.
Les lycéens de Stoneman Douglas, qui prévoient un grand rassemblement le 24 mars à Washington, reçoivent chaque jour des encouragements marqués de personnalités de premier plan.
Barack Obama, plutôt discret depuis son départ de la Maison Blanche, leur a apporté jeudi matin un soutien appuyé. "Quelle inspiration de voir une nouvelle fois tant d'élèves intelligents et courageux se battre pour leur droit à grandir en sécurité", a-t-il écrit sur Twitter. "Nous vous attendions. Et nous vous soutenons", a ajouté l'ancien président démocrate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.