Le président des EAU félicite le président élu Abdelmadjid Tebboune    Le président tunisien félicite le président de la République élu M. Abdelmadjid Tebboune    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    PRESIDENTIELLE A MOSTAGANEM : Un taux de participation de 47,75 %    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    ALGERIENS MORTS A L'ETRANGER : Un fonds pour le rapatriement gratuit des dépouilles    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    Bengrina démissionne de son parti !    PRESIDENTIELLE : L'ANIE se félicite la réussite de l'opération du vote    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    ORAN : Campagne de sensibilisation sur la préservation de l'eau    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Jürgen Klopp et Liverpool prolongent leur idylle    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Houda Ferraoune n'a pas voté    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion ministérielle des pays Opep-non Opep : Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2018

Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des prix du brut plus élevés, s'attirant une critique immédiate du président américain Donald Trump qui a accusé l'Opep de gonfler les prix.
Faleh s'exprimait à l'occasion d'une réunion ministérielle des pays Opep-non Opep à Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, alors que les prix de l'or noir ont atteint cette semaine leur plus haut niveau en plus de trois ans.
"Je n'ai constaté aucun impact sur la demande avec les prix actuels. Dans le passé, nous avons connu des prix beaucoup plus élevés -deux fois plus qu'aujourd'hui", a dit M. Faleh dont le pays est le premier exportateur de pétrole dans le monde.
Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des pays pétroliers non membres du cartel sont réunis à Jeddah pour discuter de l'accord limitant la production signé en 2016 pour soutenir les prix.
"L'intensité énergétique (de l'économie) a comme vous le savez baissé de façon importante", "ce qui me fait dire que (le marché) a la capacité d'absorber des prix plus élevés", a ajouté le ministre saoudien devant les journalistes.
M. Faleh a insisté sur le fait que l'Opep dont fait partie l'Arabie saoudite, n'avait pas d'objectif de cours pour le pétrole, mettant toutefois en garde contre le risque de fluctuations des prix. "La volatilité est notre ennemi", a-t-il souligné.

"Inacceptable"
Les 14 membres de l'Opep et dix autres producteurs de pétrole, Russie en tête, ont conclu en 2016 un accord pour baisser le niveau de production de 1,8 million de barils par jour afin de réduire l'excédent d'offre de brut sur le marché et de soutenir les prix.
L'accord de limitation, qui court jusqu'à fin 2018, a permis de réduire l'abondance de l'offre et de pousser les prix vers le haut, le baril atteignant les 70 dollars actuellement contre 30 dollars en janvier 2016.
A Jeddah, le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Souhail al-Mazrouei a lui aussi affirmé que sa principale préoccupation était la stabilité. "Nous n'avons pas d'objectif de cours, notre objectif est la stabilité du marché".
La reprise des prix a été également alimentée par les tensions géopolitiques, la menace de Donald Trump d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran et des problèmes de production au Venezuela, au Nigéria et en Libye.
M. Trump a promptement réagi à la déclaration saoudienne, entraînant une baisse des prix du pétrole dans les minutes qui ont suivi.
"On dirait que l'Opep recommence. Avec des quantités record de pétrole partout, y compris des bateaux pleins à ras bord en mer", a-t-il tweeté. "Les prix du pétrole sont artificiellement très élevés! Ce n'est pas bon et c'est inacceptable!"

Soutien russe
L'accord Opep-non Opep pourrait être perturbé par les Etats-Unis, un des trois premiers producteurs mondiaux dont les extractions abondantes compensent la baisse de production de l'Arabie saoudite et de la Russie.
La Russie, l'un des trois plus importants producteurs de pétrole dans le monde, a apporté son soutien vendredi à l'idée d'établir une alliance sur la durée entre les producteurs pour stabiliser le marché.
"Nous avons créé une base solide pour la coopération future entre les pays Opep et non Opep", a souligné le ministre de l'Energie russe Alexander Novak à Jeddah.
Vendredi, les cours du pétrole reculaient en cours d'échanges européens. Vers 14H30 GMT (16H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 73,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 57 cents par rapport à la clôture de jeudi.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai, dont c'est le dernier jour de cotation, cédait 43 cents à 67,86 dollars une heure et demi après son ouverture.
Les cours avaient atteint jeudi 74,75 dollars pour le Brent et 69,56 dollars pour le WTI, à leur plus haut niveau depuis novembre 2014.
"L'Arabie saoudite est obnubilée par des prix du pétrole élevés", a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM, qui souligne que le royaume aurait besoin d'un prix du brut supérieur à 100 dollars pour atteindre son objectif de 2.000 milliards de dollars pour l'introduction en Bourse de son géant pétrolier, Saudi Aramco.

Prolonger l'alliance avec l'Opep
La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de l'Opep et les autres producteurs, à la séance d'ouverture d'une conférence ministérielle vendredi à Jeddah ouverte à la presse.
L'Arabie saoudite a pour sa part indiqué "qu'un consensus" se dégageait pour un accord de coopération à long terme entre les pays participants.
"Nous avons posé des bases très solides pour une coopération à l'avenir entre pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres producteurs non membres de l'organisation même au-delà de la déclaration de coopération", a déclaré le ministre russe de l'Energie Alexander Novak.
Il faisait référence à l'accord conclu entre les 14 membres de l'Opep et dix autres producteurs de pétrole, Russie en tête, pour baisser le niveau de production de 1,8 million de barils par jour afin de réduire l'excédent d'offre de brut sur le marché et soutenir les prix . L'accord de limitation -- qui court jusqu'à la fin 2018 -- a permis de réduire l'abondance de l'offre et de pousser les prix vers le haut, le baril atteignant les 70 dollars contre 30 dollars en janvier 2016. "Les consommateurs tout comme les producteurs de pétrole s'attendent à ce que nous poursuivions notre coopération afin d'assurer la stabilité du marché", a souligné M. Novak dans de son discours. La Russie est l'un des trois plus importants producteurs de pétrole dans le monde, et son soutien est crucial pour que l'accord porte ses fruits. Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a pour sa part parlé d'un "consensus" au sein des pays producteurs pour prolonger la coopération sur le long terme. "Il va y avoir une extension du cadre de coopération ... qui fait l'objet d'un consensus. Nous devons le faire", a-t-il dit aux journalistes peu avant la conférence. "Nous sommes au stade d'élaboration de ce cadre à long terme", au-delà de 2018, a-t-il ajouté. Bien que selon les dernières données, une quantité significative de pétrole a été retirée du marché, le ministre saoudien a averti qu'il y avait encore du travail à faire. Selon lui, le niveau des stocks est encore plus élevé que la moyenne et "nous n'en sommes pas encore à la basse saison" quand la demande pour le pétrole baisse. Le ministre russe à lui indiqué que grâce à l'accord de limitation de la production appliqué depuis le début de 2017, 300 millions de barils de brut ont été retirés du marché.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.