Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    La production industrielle en forte chute    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Benhadid réhabilité    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Treize activites acquittés    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    La JS Azazga en difficulté financière    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    Les perspectives d'évolution à court terme pour le marché pétrolier évoquées    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Tebboune préside une séance de travail aujourd'hui: Le plan de relance socioéconomique au menu    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sanctions contre l'Iran: Washington rappelé à l'ordre par la justice internationale
Publié dans Le Maghreb le 04 - 10 - 2018

La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné mercredi aux Etats-Unis de mettre fin aux sanctions contre l'Iran visant des biens "à des fins humanitaires", un revers pour Washington qui a toutefois récusé la compétence de la Cour dans cette affaire.
La CIJ se prononçait sur la demande de Téhéran de suspendre les sanctions américaines réimposées par Donald Trump après sa dénonciation de l'accord sur le nucléaire iranien, la République islamique dénonçant de graves conséquences sur son économie.
Les juges de la Cour basée à La Haye, plus haute instance judiciaire des Nations unies, ont décidé à l'unanimité que les sanctions imposées visant certains biens constituaient une violation d'un traité d'amitié conclu en 1955 entre l'Iran et les États-Unis. "La Cour indique, à l'unanimité, que les Etats-Unis (...) doivent, par les moyens de leurs choix, supprimer toute entrave que les mesures annoncées le 8 mai 2018 mettent à la libre exportation vers l'Iran de médicaments et de matériel médical, de denrées alimentaires et de produits agricoles", et de biens nécessaires à la sécurité de l'aviation civile, a déclaré le juge président Abdulqawi Ahmed Yusuf.
Les décisions de la CIJ sont contraignantes et ne peuvent pas faire l'objet d'une procédure en appel. Mais la Cour n'a aucun moyen de les faire appliquer.
Téhéran et Washington ont tous deux déjà ignoré l'avis de la Cour dans le passé, et les Etats-Unis ont fermement récusé sa compétence dans cette affaire.
La décision de la CIJ intervient dans un contexte de tensions grandissantes entre l'Iran et les Etats-Unis, le président américain Donald Trump promettant une nouvelle fois la semaine passée devant l'Assemblée générale de l'ONU de nouvelles mesures punitives "plus dures que jamais, pour contrer l'ensemble du comportement malveillant de l'Iran", accusé de déstabiliser le Moyen-Orient.

Economie iranienne "étranglée"
Accusant les Etats-Unis d'"étrangler" son économie, l'Iran a entamé une bataille judiciaire devant la CIJ après la réimposition par Donald Trump de sanctions unilatérales sévères contre Téhéran, suspendues depuis l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015.
Le président américain a retiré en mai son pays de cet accord signé par l'Iran et les grandes puissances, dans lequel la République islamique s'engage à ne pas chercher à se doter de l'arme atomique.
Les sanctions comprennent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.
Washington estime que leur rétablissement est nécessaire afin de protéger la sécurité internationale. Selon Donald Trump, les mesures visent à "intensifier la pression" sur le régime iranien afin qu'il "change de comportement", notamment en ce qui concerne son programme balistique.
D'après Téhéran, la politique de Washington a des "conséquences dramatiques" sur l'économie iranienne et "viole de nombreuses dispositions" du traité américano-iranien de 1955, qui encourage les échanges commerciaux.
De son côté, Washington avance que Téhéran ne s'est pas montré "de bonne foi" en invoquant le traité dans cette procédure.

Biens "à des fins humanitaires"
Les sanctions réimposées par Donald Trump contre l'Iran, qui comprennent des "restrictions aux importations et aux achats nécessaires à des fins humanitaires (...) risquent de nuire gravement à la santé et à la vie de personnes se trouvant sur le territoire iranien", a indiqué la Cour.
Accusant les Etats-Unis d'"étrangler" son économie, l'Iran a entamé une bataille judiciaire devant la CIJ après la réimposition par Donald Trump de sanctions unilatérales sévères contre Téhéran, qui avaient été suspendues à la faveur de l'accord international sur le nucléaire iranien.
Le président américain a retiré en mai son pays de cet accord, signé en 2015 par l'Iran et les grandes puissances, dans lequel la République islamique s'engage à ne pas chercher à se doter de l'arme atomique.
Les sanctions incluent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.

L'Iran dit être confirmé "dans son droit" par la CIJ
L'Iran a accueilli mercredi comme une "victoire du droit" la décision de la Cour internationale de justice (CIJ) ordonnant à Washington de mettre fin à ses sanctions visant les importations iraniennes de biens nécessaires à des fins humanitaires.
L'ordonnance rendue par la cour de La Haye est "un nouveau signe confirmant clairement que la République islamique d'Iran est dans son droit", écrit le ministère des Affaires étrangères iranien dans un communiqué transmis à la presse.
"Nouvel échec pour [ce gouvernement américain] accro aux sanctions et victoire du droit", écrit le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif sur son compte Twitter. M. Zarif estime "impératif que la communauté [internationale] fasse obstacle collectivement à l'unilatéralisme pernicieux des États-Unis". La décision de la CIJ "montre une fois encore que le gouvernement américain [...] est chaque jour un peu plus isolé", ajoute le communiqué de son ministère, qui qualifie d'"illégales" les sanctions réimposées par les États-Unis contre l'Iran début août.
Ce retour des sanctions américaines est la conséquence de la sortie, des États-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015, décidée en mai par la Maison Blanche. Par cet accord conclu entre l'Iran et le Groupe des Six (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), la République islamique a obtenu la levée d'une partie des sanctions internationales la visant en échange de son engagement à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique. Les sanctions réimposées en août par les États-Unis comprennent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisant le secteur automobile et celui du transport aérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.