Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections en RDC : Réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU
Publié dans Le Maghreb le 07 - 01 - 2019

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni vendredi à huis clos pour discuter de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo, en attente des résultats de ce scrutin historique.
La France avait réclamé cette réunion dans le sillage de l'appel de l'Union européenne et de l'Union africaine aux autorités de la RDC de respecter l'issue du vote de dimanche.
La publication des résultats, initialement prévue le 6 janvier, pourrait être retardée.

Pendant la réunion à huis clos, les membres du Conseil ont entendu un rapport de Leïla Zerrougui, représentante spéciale de l'ONU en République démocratique du Congo.
Au cours d'une discussion de près de deux heures, les membres du Conseil ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un communiqué commun. Plusieurs pays, y compris d'Afrique, ont estimé qu'il était prématuré de le faire, ont rapporté des diplomates.
"Ces élections ont permis l'expression de la volonté souveraine du peuple congolais. La consolidation des résultats doit se poursuivre dans la transparence", a commenté François Delattre, ambassadeur de France auprès de l'ONU, à l'issue du Conseil. "Les résultats qui seront proclamés devront être conformes au vote du peuple congolais", a-t-il poursuivi. Une réunion publique du Conseil est prévue mardi sur le sujet.
Les puissances occidentales espèrent que ce pays connaîtra son premier changement pacifique à la tête de l'Etat depuis son indépendance en 1960.
Le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, n'était pas candidat à sa réélection. Au total, 21 prétendants, dont l'ancien ministre de l'Intérieur et candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary, étaient en lice.
L'Eglise catholique congolaise, qui avait déployé des milliers d'observateurs électoraux, a affirmé jeudi connaître le vainqueur du scrutin. La Conférence épiscopale congolaise (CENCO) a demandé à la Commission électorale (CENI) de proclamer les résultats dans "la vérité et la justice".
Les Etats-Unis ont aussi appelé jeudi les autorités électorales de RDC à "respecter" le choix des Congolais en publiant des résultats "exacts", avec des menaces de sanctions dans le cas contraire.
Avant la réunion du Conseil, l'ambassadeur sud-africain Jerry Matjila avait indiqué à des journalistes que le monde devait être "très très patient" pendant le décompte des voix.
M. Matjila, dont le pays est membre de la Communauté des Etats d'Afrique australe (SADC) --qui inclut la RDC--, a semblé minimiser l'appel de la conférence épiscopale.
La CENCO "peut dire ce qu'elle veut mais en tant qu'Etat membre de l'ONU, du SADC, nous attendrons (...) l'annonce" du résultat par les personnes "en charge des élections".
Le président de la CENI Corneille Nangaa, a indiqué jeudi, que la Commission envisageait par ailleurs un report de l'annonce des résultats provisoires initialement prévus dimanche "au plus tard", en raison du "comptage manuel des bulletins".
Les élections générales ont été trois fois repoussées en RDC depuis la fin du second mandat constitutionnel de Joseph Kabila fin 2016: de décembre 2016 à décembre 2017, de décembre 2017 au 23 décembre 2018, puis du 23 au 30 décembre 2018.
"Nous ne dormons pas. Nous faisons de notre mieux pour qu'on publie les résultats le 6 janvier. Mais si on n'y arrive pas, à l'impossible nul n'est tenu", a déclaré Corneille Nangaa. La Céni avait affirmé mardi que les résultats provisoires seraient proclamés "au plus tard" dimanche.

Près de 16.000 personnes fuient vers le Congo-Brazzaville
Près de 16.000 personnes ont fui la République démocratique du Congo vers le Congo-Brazzaville pour échapper à des violences communautaires dans l'ouest du pays, ont indiqué vendredi les Nations unies.
Ces violences avaient déjà entraîné le report des élections générales du 30 décembre à Yumbi dans la province du Mai-Ndombe. "Une vieille rivalité entre Banunus et Batende a provoqué de nouvelles violences communautaires", a déclaré un porte-parole de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) Andrej Mahecic.
"On rapporte que la reprise des violences a tué des dizaines de personnes, avec quelque 150 blessés qui sont arrivés au Congo-Brazzaville", a-t-il déclaré. "C'est le plus grand flux de réfugiés en provenance de la RDC vers le Congo-Brazzaville depuis presqu'une décennie", selon lui.
En 2009, quelque 130.000 personnes avaient traversé le fleuve pour fuir des affrontements ethniques dans le province de l'Equateur. La République du Congo- Brazzaville abrite environ 60.000 réfugiés, principalement de la RDC, de la Centrafrique et du Rwanda.
La dernière vague de réfugiés comprend surtout des femmes et des enfants de la communauté Banunu. Ils arrivent dans la région de Makotipoko et Bouemba, où les autorités de Brazzaville et les agences des Nations unies leur fournissent des traitements médicaux. "Ceux qui fuient la RDC parlent d'attaques, de maisons incendiées et de personnes tuées", selon le porte-parole du HCR.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.