«Le peuple est fermement déterminé à mener l'Algérie à bon port»    Charfi avertit contre les violences qui «nuisent au pacifisme du Hirak»    Un ex-conseiller à la Présidence et un homme d'affaires placés en détention provisoire    Eliminatoires CAN-2021 : défaite de la Zambie à domicile devant le Zimbabwe    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    Comité d'Arbitrage de la CAF : Le président dénonce l'ingérence d'Ahmad Ahmad    Infos Campus    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    39ème marche des étudiants: La mobilisation se poursuit    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Grève dans les écoles    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    4 manifestants condamnés    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?
Publié dans Le Maghreb le 18 - 03 - 2019

Justin Trudeau traverse une crise gravissime. Depuis le scandale d'ingérence lié à SNC-Lavalin, le Premier ministre canadien dégringole dans les sondages. Au Canada anglais, on l'accuse de surprotéger le Québec, une province jugée corrompue. La concussion au Québec explique-t-elle une partie de la crise? Les réponses de Sputnik.

Justin Trudeau était déjà sur des charbons ardents, le voilà maintenant au supplice, à l'approche de la prochaine campagne électorale. Depuis l'éclatement du scandale d'ingérence lié à la société SNC-Lavalin, la cote de popularité de Trudeau a dramatiquement chuté dans les sondages. Le chef du Parti conservateur et de l'opposition officielle, Andrew Scheer, demande la démission du Premier ministre.
Le témoignage de l'ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a porté un coup presque fatal à Trudeau. Selon elle, le Premier ministre aurait outrepassé ses pouvoirs en interférant dans son travail de Procureur général du Canada, une entité indépendante du pouvoir exécutif. Plus récemment, la démission de la présidente du Conseil du Trésor, Jane Philippot, a aggravé la crise.
"J'ai malheureusement perdu confiance en la façon dont le gouvernement a géré ce dossier [l'affaire SNC-Lavalin, ndlr] et sur comment il a répondu aux enjeux soulevés", a affirmé Mme Philippot dans sa lettre de démission.
Le Parti libéral du Canada (PLC), la formation de Trudeau, semble plus divisé que jamais. Il est assez rare que des ministres démissionnent à l'approche d'une campagne électorale. Rappelons qu'avant la démission de Mme Philippot, le principal conseiller de Justin Trudeau, Gerald Butts, a également quitté son poste. D'un point de vue stratégique, il s'agit d'une véritable catastrophe pour le PLC. Ses experts en communication devront redoubler d'efforts pour faire oublier cet épisode à l'électorat.
Personne ne sait encore exactement ce qui se trame à l'intérieur de ce parti. Les meilleurs analystes restent perplexes. Le bilan de Trudeau est-il jugé décevant à l'intérieur même de sa formation? Des députés libéraux songent-ils à le remplacer comme chef? Chose certaine, l'unité du PLC est à refaire.

Le parti de Trudeau profondément divisé
Outre ces luttes internes, l'affaire SNC-Lavalin a fait rejaillir la question de la corruption au Québec dans les médias anglophones. Depuis plusieurs années, le Québec est vu comme une province "corrompue" ailleurs au Canada, notamment en raison de plusieurs scandales de collusion qui y ont éclaté.
Le monde municipal serait particulièrement touché par ce phénomène. La Ville de Montréal est reconnue pour les liens que certains de ses fonctionnaires auraient entretenus avec le crime organisé. En 2010, le célèbre magazine Maclean's titrait que le Québec était "la province la plus corrompue", ce qui avait provoqué un véritable scandale à l'époque. Les Québécois s'étaient indignés. Plusieurs enquêtes ont tenté de faire la lumière sur la corruption au Québec, mais tout est loin d'être réglé, ce qui suscite parfois la méfiance, voire le mépris d'une partie du Canada anglais. En 2011, une commission historique avait été mise sur pied pour tenter de trouver une solution au problème. La Commission Charbonneau s'est penchée sur l'octroi des contrats publics dans l'industrie de la construction, mais des contrats publics seraient encore octroyés à des entreprises liées au crime organisé.
Le scandale SNC-Lavalin a été vu comme une manifestation supplémentaire de la "culture de la corruption" au Québec. Rappelons que SNC-Lavalin est une firme d'ingénierie québécoise basée à Montréal. Dans l'Ouest canadien en particulier, une partie de la population reproche au Premier ministre d'avoir voulu protéger une entreprise corrompue au lieu d'aider l'industrie pétrolière. Les Gilets jaunes canadiens manifestent d'ailleurs contre la taxe carbone du gouvernement Trudeau, qu'ils jugent nuisible pour cette industrie et la qualité de vie de la classe moyenne.

Corruption au Québec: l'Ouest canadien en colère
Certains chroniqueurs souverainistes relativisent toutefois l'importance de la corruption au Québec, en pointant plutôt la haine que les Canadiens anglais entretiendraient à l'égard des Québécois, le "Québec bashing". Selon le sociologue Mathieu Bock-Côté, Justin Trudeau est discrédité parce qu'il a tenté de sauver une entreprise québécoise:
"Mais derrière l'intégrisme éthique de Jody Wilson-Raybould et l'enthousiasme qu'il suscite au Canada anglais, on peut voir remonter à la surface la vieille tentation du Québec bashing. Qu'il y ait un problème de gouvernance à SNC-Lavalin, tous en conviennent. Il faut être absolument culotté pour croire qu'un tel problème est spécifiquement québécois. Mais le Canada anglais, qui nous aime tant, est convaincu au fond de lui-même de la corruption fondamentale des Québécois", écrit Mathieu Bock-Côté le 2 mars 2019 dans le Journal de Montréal. De toute évidence, la corruption au Québec est l'un des éléments ayant contribué à faire naître cette crise sans précédent pour Trudeau. Si la question de l'ingérence reste centrale dans ce dossier, il n'est pas impossible que le Premier ministre fasse les frais de cette vision négative du Québec entretenue dans les provinces anglophones. Une vision toutefois alimentée par des scandales bien réels… Avec SNC-Lavalin, Justin Trudeau a-t-il fait déborder le vase?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.