Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?
Publié dans Le Maghreb le 18 - 03 - 2019

Justin Trudeau traverse une crise gravissime. Depuis le scandale d'ingérence lié à SNC-Lavalin, le Premier ministre canadien dégringole dans les sondages. Au Canada anglais, on l'accuse de surprotéger le Québec, une province jugée corrompue. La concussion au Québec explique-t-elle une partie de la crise? Les réponses de Sputnik.

Justin Trudeau était déjà sur des charbons ardents, le voilà maintenant au supplice, à l'approche de la prochaine campagne électorale. Depuis l'éclatement du scandale d'ingérence lié à la société SNC-Lavalin, la cote de popularité de Trudeau a dramatiquement chuté dans les sondages. Le chef du Parti conservateur et de l'opposition officielle, Andrew Scheer, demande la démission du Premier ministre.
Le témoignage de l'ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a porté un coup presque fatal à Trudeau. Selon elle, le Premier ministre aurait outrepassé ses pouvoirs en interférant dans son travail de Procureur général du Canada, une entité indépendante du pouvoir exécutif. Plus récemment, la démission de la présidente du Conseil du Trésor, Jane Philippot, a aggravé la crise.
"J'ai malheureusement perdu confiance en la façon dont le gouvernement a géré ce dossier [l'affaire SNC-Lavalin, ndlr] et sur comment il a répondu aux enjeux soulevés", a affirmé Mme Philippot dans sa lettre de démission.
Le Parti libéral du Canada (PLC), la formation de Trudeau, semble plus divisé que jamais. Il est assez rare que des ministres démissionnent à l'approche d'une campagne électorale. Rappelons qu'avant la démission de Mme Philippot, le principal conseiller de Justin Trudeau, Gerald Butts, a également quitté son poste. D'un point de vue stratégique, il s'agit d'une véritable catastrophe pour le PLC. Ses experts en communication devront redoubler d'efforts pour faire oublier cet épisode à l'électorat.
Personne ne sait encore exactement ce qui se trame à l'intérieur de ce parti. Les meilleurs analystes restent perplexes. Le bilan de Trudeau est-il jugé décevant à l'intérieur même de sa formation? Des députés libéraux songent-ils à le remplacer comme chef? Chose certaine, l'unité du PLC est à refaire.

Le parti de Trudeau profondément divisé
Outre ces luttes internes, l'affaire SNC-Lavalin a fait rejaillir la question de la corruption au Québec dans les médias anglophones. Depuis plusieurs années, le Québec est vu comme une province "corrompue" ailleurs au Canada, notamment en raison de plusieurs scandales de collusion qui y ont éclaté.
Le monde municipal serait particulièrement touché par ce phénomène. La Ville de Montréal est reconnue pour les liens que certains de ses fonctionnaires auraient entretenus avec le crime organisé. En 2010, le célèbre magazine Maclean's titrait que le Québec était "la province la plus corrompue", ce qui avait provoqué un véritable scandale à l'époque. Les Québécois s'étaient indignés. Plusieurs enquêtes ont tenté de faire la lumière sur la corruption au Québec, mais tout est loin d'être réglé, ce qui suscite parfois la méfiance, voire le mépris d'une partie du Canada anglais. En 2011, une commission historique avait été mise sur pied pour tenter de trouver une solution au problème. La Commission Charbonneau s'est penchée sur l'octroi des contrats publics dans l'industrie de la construction, mais des contrats publics seraient encore octroyés à des entreprises liées au crime organisé.
Le scandale SNC-Lavalin a été vu comme une manifestation supplémentaire de la "culture de la corruption" au Québec. Rappelons que SNC-Lavalin est une firme d'ingénierie québécoise basée à Montréal. Dans l'Ouest canadien en particulier, une partie de la population reproche au Premier ministre d'avoir voulu protéger une entreprise corrompue au lieu d'aider l'industrie pétrolière. Les Gilets jaunes canadiens manifestent d'ailleurs contre la taxe carbone du gouvernement Trudeau, qu'ils jugent nuisible pour cette industrie et la qualité de vie de la classe moyenne.

Corruption au Québec: l'Ouest canadien en colère
Certains chroniqueurs souverainistes relativisent toutefois l'importance de la corruption au Québec, en pointant plutôt la haine que les Canadiens anglais entretiendraient à l'égard des Québécois, le "Québec bashing". Selon le sociologue Mathieu Bock-Côté, Justin Trudeau est discrédité parce qu'il a tenté de sauver une entreprise québécoise:
"Mais derrière l'intégrisme éthique de Jody Wilson-Raybould et l'enthousiasme qu'il suscite au Canada anglais, on peut voir remonter à la surface la vieille tentation du Québec bashing. Qu'il y ait un problème de gouvernance à SNC-Lavalin, tous en conviennent. Il faut être absolument culotté pour croire qu'un tel problème est spécifiquement québécois. Mais le Canada anglais, qui nous aime tant, est convaincu au fond de lui-même de la corruption fondamentale des Québécois", écrit Mathieu Bock-Côté le 2 mars 2019 dans le Journal de Montréal. De toute évidence, la corruption au Québec est l'un des éléments ayant contribué à faire naître cette crise sans précédent pour Trudeau. Si la question de l'ingérence reste centrale dans ce dossier, il n'est pas impossible que le Premier ministre fasse les frais de cette vision négative du Québec entretenue dans les provinces anglophones. Une vision toutefois alimentée par des scandales bien réels… Avec SNC-Lavalin, Justin Trudeau a-t-il fait déborder le vase?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.