Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes
Publié dans Le Maghreb le 21 - 03 - 2019

Les autorités israéliennes poursuivent leurs violations et agressions notamment à El-Qods occupée, suscitant condamnations et désapprobation parmi les Palestiniens notamment après la décision illégale de fermer la zone de prière de Bab al-Rahma dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa.
En outre, des mises en garde contre toute tentative de modification du statu quo dans la ville sainte, ont été lancées à l'encontre d'Israël.
Un tribunal israélien a ordonné de nouveau dimanche la fermeture de Bab al-Rahma (la Porte de la Miséricorde) un grand bâtiment situé dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville d'El-Qods occupé. Cette décision a été vivement condamnée lundi par le conseil national palestinien estimant que "les cours israéliennes font partie de l'occupation israélienne, alors toutes les décisions sont illégales". D'après le Conseil, les décisions des cours israéliennes "ne changeront jamais le statu quo de la ville sainte". "Les cours israéliennes violent les résolutions de la légitimité internationale, en particulier la décision de la cour pénale internationale de 2004, qui affirmé qu'il n'est pas permis de modifier les caractéristiques démographique de la ville d'El-Qods". Pour sa part, la présidence palestinienne a condamné la décision du tribunal israélien la qualifiant de "nulle" et d'"illégale". La décision, poursuit la présidence, "est contraire à toutes les résolutions internationales affirmant que la ville sainte d'El-Qods, y compris la mosquée Al-Aqsa, fait partie des territoires palestiniens occupés en 1967 et n'est pas soumise à l'autorité israélienne judiciaire".
La présidence a, en outre, tenu les autorités d'occupation "pleinement responsables de toute répercussion de cette décision israélienne dangereuse et de tout changement du statut historique et juridique à la mosquée Al-Aqsa". Ailleurs, en Jordanie, la décision de fermer la zone de prière de Bab al-Rahma a été catégoriquement rejetée. Ainsi, le ministère jordanien des Affaires étrangères a souligné lundi dans un communiqué que la ville d'El Qods occupée, y compris la mosquée Al-Aqsa, faisait partie des territoires palestiniens occupés en 1967, et ne relevait donc pas de la justice israélienne en vertu du droit international. Le ministère a indiqué que cette porte faisait partie intégrante de la mosquée Al Aqsa, et que l'Administration des Dotations religieuses (Waqf) était la seule entité habilitée à gérer cette mosquée conformément au droit international. Il a également rejeté toute tentative de modification du statu quo à El Qods. Toujours en Jordanie, le parlement a appelé à l'expulsion de l'ambassadeur d'Israël, à l'issue d'une séance houleuse consacrée aux "agressions israéliennes" sur l'esplanade des Mosquées à El-Qods Est.
Stopper les violations de l'occupant et protéger les Palestiniens
Dans la foulée de la tension qui règne dans les territoires occupés, le Parlement jordanien a, par ailleurs, appelé à porter la question (palestinienne) devant le Conseil de sécurité de l'ONU pour "stopper les violations israéliennes et protéger le peuple palestinien". Pour le ministre des Affaires étrangères jordanien, Aymane al-Safadi, la ville d'El-Qods "est au-dessus de toute souveraineté et des disputes" et "toute atteinte au statut quo historique est inacceptable", tandis que le ministre des Affaires islamiques et du Waqf, Abdel-Nasser Aboul-Bassal, a affirmé qu'aucun changement ne pouvait y être opéré. Outre la décision de fermer la zone de prière de Bab al-Rahma, l'occupant israélien poursuit sa campagne d'arrestation contre les Palestiniens, dans les territoires occupés. D'après le Club du prisonnier palestinien, l'armée israélienne a pris d'assaut lundi la ville d'al-Khalil, dans le sud de la Cisjordanie occupée, avant d'arrêter le secrétaire du parti présidentiel Fatah dans la région sud et un autre Palestinien, après la perquisition et la fouille de leurs maisons.
Les forces israéliennes ont envahi le village de Tuqu dans le sud de la ville de Beit-Lehm et ont perquisitionné plusieurs maisons avant d'arrêter un Palestinien, selon la même source. De plus, l'armée d'occupation a arrêté un des employés de la commission palestinienne des Affaires des prisonniers et ex-prisonniers, dans sa maison dans la ville d'Al-Eizariya, au nord de la ville d'El-Qods. Elle l'a ensuite conduit vers une destination inconnue, a ajouté le Club du prisonnier palestinien. La police israélienne a perquisitionné aussi plusieurs maisons dans la ville de Silwan, au sud de la mosquée Al-Aqsa, avant d'arrêté deux Palestiniens dans leurs maisons, a-t-il encore indiqué. Outre les arrestations, les démolitions de constructions dans les territoires palestiniens occupés se poursuivent également: Mardi, l'agence de presse palestinienne indiquée que les bulldozers de la municipalité d'El-Qods ont détruit un bâtiment en construction dans une école située dans le camp de réfugiés 'Shufat' au nord-est de la ville sainte. Dans ce contexte, la Ligue des Etats arabes avait appelé dimanche à une mobilisation "régionale et internationale" afin d'exhorter Israël de mettre un terme aux démolitions de maisons palestiniennes et de traduire en justice les auteurs de ces actes illégaux. Les nouvelles mesures répressives israéliennes interviennent au moment où le Premier ministre désigné Mohammad Ashtiyeh s'efforce de former un nouveau gouvernement d'union nationale qui aura pour mission principale de "renforcer la fermeté du peuple palestinien sur son territoire face aux politiques de colonisation israéliennes, de défendre El-Qods et ses lieux saints musulmans et chrétiens à la lumière des tentatives israéliennes de changer leur statut et de construire une économie nationale forte".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.