BAD: l'Algérien Rabah Arezki nommé au poste de chef économiste et de Vice-président    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    Aïd el-Adha: le ministère des Affaires religieuses appelle au strict respect des consignes de prévention    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Les clubs professionnels asphyxiés par les dettes    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Coronavirus à Tizi Ouzou : Plusieurs soignants contaminés    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    A quelques jours de l'Aïd: Le marché du mouton dans tous ses états    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Les pistes de relance    Comment communiquer au mieux ?    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ghacha suivi par Malines    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





" Face aux tensions géostratégiques et budgétaires , la situation socio-économique exige des solutions politiques rapides"
Publié dans Le Maghreb le 28 - 03 - 2019

L'ensemble des composantes de la société doivent être conscientes que si la situation politique de blocage persiste, les réformes retardées, il est évident que la situation économique se détériorera avec des incidences à terme à la fois politiques, économiques et sociales, d'où l'importance d'un dialogue productif privilégiant uniquement les intérêts supérieurs de l'Algérie.

1.-En ce mois de fin mars 2019, deux institutions, qu'il s'agit de préserver dans leur cohérence et unité, garantissent actuellement la sécurité et une relative stabilité de l'Algérie : l'ANP/ forces de sécurité et Sonatrach sur le plan économique qui procure directement et indirectement 98% des recettes en devises du pays. Aussi, une transition courte est souhaitable avant la fin de l'année 2019, afin d'éviter la déflagration économique et sociale de l'Algérie, ce qu'aucun patriote ne souhaite. Une longue période de transition que certains proposent, le temps ne se rattrapant jamais en économie, conduira à la régression économique et sociale avec des réserves de change (76 milliards de dollars en mars 2019) tendant vers zéro et le retour au FMI dans deux ans. Comme conséquence, nous aurons des incidences géostratégiques, politiques, sociales et économiques aboutissant à une déstabilisation de l'Algérie : privatisation des secteurs stratégiques, dévaluation du dinar, gel des salaires et processus inflationniste, réduction du budget de la Fonction publique et de l'ANP et des forces de sécurité, impact sur les positions diplomatiques de l'Algérie ect… Aussi l'Algérie se trouvera de plus en plus dépendante quelque soit le Président et le gouvernement qui arrivera, ne devant pas être utopique, les lois économiques étant insensibles aux slogans politiques.

2.-Nous l'avons constaté lors des différents débats sur les plateaux de télévision. L'opposition n'a pas un plan cohérent de sortie de crise,(divergences idéologiques) et l'actuel pouvoir a retardé les réformes ayant abouti à la situation actuelle.
Car partis du pouvoir et de l'opposition avec leurs organisations satellitaires sont rejetés par la jeunesse (HIRAK) n'étant pas représentatifs de la société, annonçant d'ailleurs une nouvelle reconfiguration sociale et politique devant faire confiance à la dynamique sociale. Une présidentielle collégiale proposée par une partie de l'opposition qui n'est pas d'accord avec elle-même, exemple Hamas n'étant pas présent, propose une autre solution, est anti-constitutionnelle et illégale : qui représente qui ? La constituante proposée par quelques partis, ne faisant pas l'unanimité, est également une perte de temps également : qui représente qui ?

3.-Il faut aller rapidement avant fin 2019 à une élection du président, libre et transparente supposant la mise en place d'une commission indépendante des élections, représentée par tous les candidats en lice et la société civile, le ministère de l'Intérieur et les walis assurant seulement la logistique et n'étant pas concernés par les élections avec des sous-segments wilayas, APC, la centralisation et la vérification du vote se faisant au niveau de cette commission. Seul un président légitime peut réviser la constitution et aller vers de profondes réformes politiques et économiques, pouvant dissoudre les assemblées élues devant éviter à tout prix un vide constitutionnel.
La constitution prévoit qu'en cas de l'application de l'article 102 ou de démission du Président, cette période sera assurée par le président du Sénat. Ce dernier étant partisan, du fait du règlement intérieur, il est possible d'élire un nouveau président rapidement au sein de l'actuel Sénat, ou désigner une nouvelle personnalité qui ferait le consensus entre pouvoir, opposition et le HIRAK du fait qu'existerait un poste vacant au niveau du Sénat après la démission de l'actuel président du Sénat.

4.- Se pose cependant un problème : l'article 102 suppose que toutes les institutions de l'Etat en place actuellement restent telles quelles sans aucun changement : or les structures actuelles qui ont favorisé, selon la rue et l'opposition " la fraude électorale ", le gouvernement actuel et les personnes décriées par l'opinion publique à tort ou à raison, auront -ils l'autorité morale pour superviser des élections propres et honnêtes ? Par ailleurs ces ministres, en majorité partisans (FLN/RND) seront plus préoccupés de leur devenir que de la gestion de leur secteur. Je souhaite par ailleurs, tout en évitant les règlements de comptes inutiles, que le premier ministre actuel fasse une circulaire aux notaires pour vérifier les transactions illicites et qu'il interdise aux ministres actuels et aux DG des banques et sociétés nationales d'accorder des crédits douteux et des contrats douteux, non pas les transactions régulières, étant souhaitable la mise en place d'un gouvernement, de compétences nationales (techniciens neutres non partisans) , qui géreront les affaires courantes pendant six mois , pour ne pas bloquer le pays jusqu'à l'élection présidentielle.

5.-Espérons de la sagesse où chacun privilégiera les intérêts supérieurs du pays tout en nous félicitant de la symbiose ANP/forces de sécurité,( voir notre conférence à l'invitation du commandement de l'ANP à l'Ecole Supérieure de Guerre sur les perspectives économiques de l'Algérie le 19 mars 2019) , la seule force organisée, avec le peuple algérien. Espérons un avenir meilleur pour notre pays avec cette jeunesse et la maîtrise des événements par toutes nos forces de sécurité qui ont fait l'admiration du monde entier, par leur sagesse et leur maturité. Il s'agit de projeter l'Algérie 2020/2030 , facteur de stabilité et de prospérité tant interne que de toute la région méditerranéenne et africaine afin que notre pays devienne un pays pivot et il en a toutes les potentialités.
Attention à ceux qui ont toujours combattu les réformes, et qui veulent maintenant récupérer cet immense élan, pour des intérêts personnels dont le seul objectif , sans propositions concrètes, ignorant tant les mutations internes qu'internationales , continuer dans l'ancienne trajectoire destructrice pour la Nation, la distribution de la rente. Que Vive l'Algérie éternelle.
[email protected]

NB- Voir www.google.com Conférence du pr Abderrahmane MEBTOUL à l'invitation du Ministère de la Défense Nationale -Ecole Supérieure de Guerre- Alger - le 19 mars 2019 : " les déterminants du cours du pétrole, et son impact sur l'économie algérienne : entre les fondamentaux et les enjeux géostratégiques".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.