Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

La présidence égyptienne a annoncé, mardi, la conclusion d'un accord lors du sommet consultatif sur le Soudan au Caire, prévoyant une période de transfert du pouvoir du Conseil militaire soudanais à un gouvernement civil de transition dans un délai de trois mois au lieu de 15 jours comme l'avait exigé l'Union africaine, appelant toutes les forces politiques du pays à "la préservation de l'unité et la stabilité du Soudan".
Sous la houlette du chef de l'Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'UA, Le Caire a abrité mardi un sommet qui s'est focalisé sur la situation politique au Soudan avec la participation des présidents Idriss Déby (Tchad), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Paul Kagame (Rwanda), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Mohamed Abdullahi Mohamed (Somalie) et Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud).
A ce propos, le porte-parole de la présidence égyptienne, l'ambassadeur Bassam Radhi, a déclaré à la presse que "la réunion consultative des partenaires régionaux du Soudan a permis d'obtenir des résultats positifs au bénéfice du peuple soudanais afin de préserver son unité, ses capacités et sa stabilité".
Le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, avait effectué récemment une visite au Soudan, au cours de laquelle il avait appelé les autorités du Conseil de transition soudanais à remettre le pouvoir à un gouvernement civil dans un délai de 15 jours.
La décision annoncée par le président de la Commission de l'UA avait été adoptée, par le Conseil de paix et de sécurité de l'UA, ordonnant au Conseil militaire de transition du Soudan de céder dans un délai de 15 jours le pouvoir à un gouvernement civil pour éviter la suspension de son adhésion à l'Organisation panafricaine.
"Tout le monde cherche à préserver le Soudan et sa stabilité est la notre", a soutenu encore Bassam Radhi, précisant que les ministres des Affaires étrangères des pays ayant assisté à la réunion consultative sur le Soudan ont convenu de tenir une série de réunions pour coordonner et suivre l'évolution de la situation dans ce pays.
Dans un discours prononcé à la fin des travaux, le président égyptien a annoncé que les dirigeants africains ont convenu de donner plus de temps au Conseil militaire soudanais pour mettre en œuvre les réformes démocratiques, avec l'aide et le soutien de l'UA.
Les dirigeants africains ont souligné, à l'occasion, "la nécessité urgente d'aborder la situation au Soudan, de mettre en place un système démocratique global, de renforcer l'Etat de droit et de réaliser un développement efficace".
Le Soudan traverse actuellement une phase de transition après le renversement de l'ancien président Omar el-Béchir à la suite d'un mouvement de contestation populaire.
Un conseil militaire de transition a repris le gouvernement intérimaire sous la présidence du général Abdel Fattah al-Burhane. Le chef du Conseil a affirmé dimanche à la télévision son "engagement à remettre le pouvoir au peuple", et promis que l'armée répondrait dans la semaine aux demandes des manifestants.
Mais ces déclarations n'ont pas rassuré les chefs de la contestation, qui ont accusé le Conseil militaire d'être "le prolongement" du régime d'Omar el-Béchir, et appelé à "intensifier" les manifestations.

Un train de manifestants arrive à Khartoum
Un train plein de centaines de manifestants rejoignant le rassemblement devant le QG de l'armée pour réclamer au Conseil militaire de transition un transfert du pouvoir aux civils est arrivé mardi à Khartoum, selon des médias locaux.
De nombreuses personnes sont arrivées sur les toits des wagons, agitant des drapeaux soudanais et scandant "Liberté, paix, justice". Une foule les attendait à la gare pour fêter ce renfort venu de la ville d'Atbara (centre) pour rejoindre le sit-in devant le siège de l'institution militaire en place depuis le 6 avril.
L'armée a exigé à plusieurs reprises ces derniers jours que les barrages et check-points établis par les manifestants sur les axes menant à son QG soient levés, en affirmant qu'ils portaient atteinte à la liberté de circulation et au transport de "biens essentiels".
Un Conseil militaire de transition a pris les commandes du pays après la destitution le 11 avril dernier du président Omar al-Bachir sous la pression de la rue.
Le mouvement de protestation, qui a débuté en décembre après un triplement du prix du pain, s'est transformé au fil des semaines en manifestations pour exiger le départ d'al-Bachir, avant de réclamer la dissolution du Conseil militaire et un transfert du pouvoir aux civils.
Plusieurs pays africains réunis mardi au Caire sous la houlette de l'Egypte ont plaidé pour que les parties soudanaises parviennent à une "transition pacifique" d'ici trois mois. L'Union africaine (UA) avait, le 15 avril dernier, exigé un transfert du pouvoir aux civils dans un délai de 15 jours, sous peine de suspendre le pays de l'organisation panafricaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.