«Affranchir l'Algérie du vice de la corruption avant les élections»    L'aveu d'une gouvernance pourrie    Report au 1er juillet du jugement en appel du sénateur Boudjouher    Des carrés blancs pour se distancer de la lutte des clans    La charte des droits et libertés rendue publique    Le conseil de la concurrence fait le point    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    Prison à vie requise pour les généraux Diendéré et Bassolé    «Il fallait monter en puissance»    Les actionnaires sur le banc des accusés    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    Belmadi : "Il est parti sans raison…"    Mellal : "La JSK dispose désormais d'un staff technique de haut niveau"    Nouvelles de l'Ouest    Débuts satisfaisants pour les candidats    102 élèves ont obtenu 10/10    Les candidats entre soulagement et appréhension après l'épreuve de mathématiques    1 candidat au BEM et 2 de ses complices devant la justice pour fraude via un réseau social    Des pollueurs par excellence    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    ACTUCULT    "Pour que cesse la censure !"    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tourisme : 540 projets non lancés pour des problèmes de financement
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a indiqué, mardi à Alger, que 540 projets touristiques ont été approuvés mais n'ont lancés pour des problèmes de financement, en dépit de tous les avantages octroyés pour faciliter l'investissement.
Lors d'une journée d'études sur "Les mécanismes de financement des projets touristiques", le ministre a fait savoir que 50% des projets approuvés non pas été lancés, à ce jour, en raison de problème de financement bancaire, soulignant l'importance de l'accompagnement des porteurs des projets de tourisme pour l'obtention de crédit bancaires dans les meilleurs délais.
M. Benmessaoud a fait état, dans ce cadre, de la signature de 11 accords avec des établissements bancaires en vue de financer des projets touristiques à hauteur de 70% du coût global du projet, en fixant le délai de traitement de la demande de crédit à 60 jours maximum.
Rappelant les mesures incitatives dont bénéficient les investisseurs, notamment en matière fiscale et réglementaire, le ministre a cité les nombreuses dispositions juridiques et réglementaires visant à encourager l'investissement touristique.
Il a cité, à ce propos, toutes les exemptions fiscales et la bonification des taux d'intérêts, à hauteur de 5% pour les projets touristiques réalisés dans les régions du Sud, et à hauteur de 3% pour les projets en cours de réalisation dans les régions nord du pays. Des mesures qui ont suscité, a-t-il dit, un engouement des investisseurs pour la réalisation de structures touristiques et hôtelières.
Ces mesures ont permis également d'enregistrer un volume d'investissement "conséquent et encourageant", s'élevant à plus de 1.500 Mds de DA, dont 300 Mds en crédits bancaires, a-t-il ajouté faisant état de "l'aprobation de plus de 2 208 projets touristiques, d'une capacité de 288 810 lits, à même de garantir 114.000 emplois".
Pour sa part, le directeur de l'investissement touristique et de l'artisanat, Mohamed Ferdi, a mis en avant, dans son intervention, l'importance de l'encouragement de l'investissement pour la relance du tourisme, conformément au Schéma directeur d'aménagement touristique (SDAT 2030), rappelant, à cet égard, les obstacles entravant l'investissement, dont les difficultés d'obtention du foncier et des crédits bancaires.
Soulignant la nécessité de l'allongement des délais de remboursement des crédits bancaires, actuellement entre 7 et 10 ans, afin de permettre aux maitres d'œuvres de rentabiliser leurs projets, il a appelé à ouvrir les zones d'expansion touristique (ZET) aux investisseurs dans les quatre coins du pays.
De son côté, le représentant de l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), Rachid Belaid, a mis en exergue la contribution de l'ABEF dans le montage financiers des projets touristiques, affirmant que l'investisseur pourrait bénéficier de 70% du crédit bancaire, après étude des dossiers.
Par ailleurs, plusieurs intervenants représentant différentes entreprises touristiques et hôtelières ont évoqué les problèmes, auxquels sont confrontés les hôteliers pour le paiement de leurs crédits bancaires dans les délais fixés, vu les faibles revenus de ces établissements, insistant sur l'impératif de prolonger les délais de remboursement à plus de 10 ans.
A cette occasion, une convention a été signée entre le ministère du Tourisme et de l'Artisanat et une banque privée prévoyant de faciliter l'obtention de crédits par les investisseurs privés pour la réalisation des différents projets touristiques dans les délais arrêtés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.