CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Japon : Nissan abaisse encore sa prévision de bénéfice
Publié dans Le Maghreb le 28 - 04 - 2019

Nissan Motor a baissé mercredi sa prévision de bénéfice annuel à un plus bas de près de dix ans, alors même que le constructeur automobile japonais doit composer avec un avenir sans Carlos Ghosn sans parler de l'évolution de ses relations avec son associé Renault.

Le constructeur automobile nippon s'attend désormais à une chute de 45% de son bénéfice d'exploitation sur l'exercice fiscal en cours clos en mars à 318 milliards de yens (2,53 milliards d'euros) contre une prévision antérieure de 450 milliards de yens en raison de dépenses liées à des extensions de garanties aux Etats-Unis, son principal marché.
Nissan a aussi abaissé son objectif de résultat à 319 milliards de yens contre 410 milliards précédemment.
Dans un communiqué, Nissan dit que ses ventes ont été affectées dans la foulée de l'arrestation de son ancien président Carlos Ghosn, ce qui a contribué à une baisse des profits au plus bas depuis l'exercice clos en mars 2010.
Il s'agit de la deuxième révision en baisse du bénéfice d'exploitation annoncé cette année par le constructeur dont le directeur général Hiroto Saikawa tente de tirer un trait sur l'héritage Carlos Ghosn en refondant la gouvernance et en tentant de rééquilibrer les rapports avec Renault, son principal actionnaire.
Nissan, qui doit annoncer ses résultats annuels le 14 mai, va provisionner 66 milliards de yens pour couvrir les frais liés à l'extension de la garantie de son système de transmission à variation continue installé sur environ trois millions de berlines Sentra et Altima et les mini citadines Versa produites entre 2012 et 2017 pour le marché américain.
L'extension de garantie de cinq à sept ans sur cet équipement fait suite à des plaintes selon lesquelles il produit des bruits et des vibrations excessifs en vieillissant.

Les clients hésitent depuis l'affaire Ghosn
La baisse des profits constitue un casse-tête pour Nissan depuis la première arrestation de Carlos Ghosn en novembre dernier.
Libéré le 6 mars contre le versement d'une caution de neuf millions de dollars (7,9 millions d'euros) après 108 jours de détention au Japon, Carlos Ghosn a de nouveau été arrêté le 4 avril sur ordre du parquet de Tokyo.
Il a été inculpé lundi d'abus de confiance aggravé, sa quatrième inculpation depuis le début des procédures judiciaires engagées à son encontre. Le président déchu de Nissan, qui rejette toutes les accusations portées contre lui, pourrait connaître ce mercredi si sa libération sous caution a été acceptée.
Nissan estime que l'arrestation de Ghosn a pénalisé ses activités.
"Tous les jours, de nombreux articles font état de cette affaire", a déclaré mercredi le directeur financier de Nissan, Hiroshi Karube, faisant référence au dossier Ghosn.
"Les clients non-Nissan hésitent à acheter nos voitures."

Résultats décevants aux USA
Le principal frein aux activités de Nissan provient cependant de sa politique d'offres promotionnelles aux Etats-Unis dont le groupe peine à se débarrasser.
Cette politique est menée depuis plusieurs années pour gagner des parts de marché et écouler des modèles comme le SUV Rogue et les berlines Altima, Carlos Ghosn ayant fixé à l'époque des objectifs ambitieux au constructeur aux Etats-Unis.
Hiroto Saikawa, qui a pris ses fonctions de directeur général de Nissan en 2017, s'est engagé à se concentrer sur l'amélioration de la marge bénéficiaire, mais cet engagement tarde à se mettre en place au regard de la poursuite des offres promotionnelles du constructeur.
"Les volumes de vente ont été inférieurs aux prévisions, nous n'avons donc pas pu mettre en oeuvre nos projets de réduction de coûts", a déclaré le directeur financier, ajoutant que les résultats décevants aux Etats-Unis amputeraient de 43 milliards de yens le bénéfice net du groupe sur l'exercice annuel clos fin mars.
"Nous n'avons pas progressé autant que prévu sur les volumes et la politique d'offres promotionnelles", a-t-il ajouté.
Les analystes estiment les problèmes de Nissan pourraient affecter l'équilibre avec son partenaire Renault qui souhaite une fusion plus prononcée à laquelle nombre de dirigeants de Nissan s'y opposent.
"Pour maintenir sa posture contre des liens plus étroits avec Renault, Nissan doit améliorer ses performances financières pour pouvoir conserver sa position", a déclaré Satoru Takada, directeur général de TIW.
A la suite de ce nouvel abaissement d'objectif de son partenaire, Renault, qui détient 43,4% de Nissan, voit son titre perdre près de 4,26% à la Bourse de Paris vers 11h40 GMT.
L'action Nissan a clôturé en baisse de 4% à la Bourse de Tokyo.

Remanie sa direction pour renforcer sa gouvernance
Par ailleurs, Nissan a annoncé le départ de Daniele Schillaci, le vice-président exécutif du constructeur automobile japonais chargé des marques Nissan, Datsun et Infiniti au Japon, en Asie et en Océanie, le groupe réorganisant sa structure pour renforcer sa gouvernance dans la foulée de l'éviction de son ex-président Carlos Ghosn.
L'entreprise a également nommé Yasuhiro Yamauchi au poste de directeur général délégué afin de s'assurer d'un meilleur pilotage de ses activités au jour le jour.
Nissan a en outre nommé des dirigeants responsables de marchés majeurs tels que le Japon, l'Amérique du Nord et la Chine à son comité exécutif.
Ces changements, souligne le constructeur, ont été décidées sur la base des recommandations, reçues la semaine dernière, d'un comité indépendant qui a travaillé sur la gouvernance de Nissan.
Ce dernier est clairement arrivé à la conclusion que les failles de Nissan en matière de gouvernance avaient une seule cause : une concentration excessive de pouvoir entre les mains de Carlos Ghosn.
Ce dernier, l'architecte de l'alliance Renault-Nissan il y a vingt ans puis plus tard du partenariat avec Mitsubishi Motors , est accusé d'inconduite financière et se retrouve à nouveaux derrière les barreaux au Japon.
Carlos Ghosn dément les charges portées contre lui et se dit victime d'un complot de hauts dirigeants de Nissan opposés à un resserrement des liens avec la firme au losange.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.