Installation du président et du procureur général de la cour    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    15 hectares détruits chaque jour à Tizi Ouzou    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nissan : Sous pression de Renault, échec à choisir un successeur à Ghosn
Publié dans Le Maghreb le 19 - 12 - 2018

Le groupe automobile japonais Nissan, dans la tourmente depuis l'arrestation de son ancien président Carlos Ghosn, a échoué lundi à nommer un remplaçant, et la tâche s'annonce difficile alors que son principal actionnaire, Renault, accentue la pression.

Nissan souhaitait le choisir parmi les administrateurs restants après la révocation de leurs fonctions de M. Ghosn et de son bras droit, Greg Kelly, également interpellé le 19 novembre sur des soupçons de malversations financières.
Mais le conclave de trois personnes chargé de proposer un nom, dans lequel figure un ex-responsable de Renault, n'a pas réussi à s'entendre. "Le conseil a pris acte de la poursuite des discussions" du comité et le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, a appelé à ne pas agir "dans la précipitation".
"Nous n'avons pas d'échéance précise en tête. Même si la décision n'est pas prise d'ici fin mars, je pense que cela ne pose pas problème", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Yokohama (banlieue de Tokyo). Nissan a reçu une lettre de son partenaire français réclamant la convocation au plus vite d'une assemblée générale d'actionnaires, selon une source proche du dossier, confirmant des informations du Wall Street Journal (WSJ).

Gouvernance d'abord, AG ensuite -
Mais la priorité, selon M. Saikawa, est de renforcer la gouvernance du groupe, dont l'affaire a révélé les lacunes. Un comité spécial a été créé, il devra fournir des recommandations dans les mois à venir, et c'est sur cette base que pourra se tenir une AG, a estimé M. Saikawa.
"Je veux aller de l'avant tout en écoutant notre partenaire Renault, mais au final c'est nous qui sommes responsables de la gouvernance de Nissan", a-t-il insisté. Un mois après l'arrestation pour dissimulation de revenus présumée de l'homme fort de l'alliance, depuis mis en examen et toujours en détention dans une prison de Tokyo, la situation entre les deux alliés s'envenime.
"Notre compagnie est sous le choc, nous ne sommes pas dans une situation normale, mais mon sentiment est que nous devions définitivement mettre un terme à des agissements aussi graves", a justifié M. Saikawa. L'enquête interne menée depuis des mois dans le secret accuse M. Ghosn d'abus de biens sociaux, en particulier d'avoir utilisé des appartements de luxe aux quatre coins du monde aux frais de la compagnie. Sur ce point, le patron de Nissan s'est "redit prêt" à fournir des explications au conseil d'administration de Renault. La direction de la marque au losange avait rejeté cette proposition la semaine dernière, souhaitant que la communication se fasse uniquement par le biais d'avocats, ce que M. Saikawa a regretté. "Je pense que les détails crus des malversations commises n'ont pas été transmis à chacun des administrateurs de Renault", a-t-il souligné, espérant qu'à terme Renault parvienne à la même conclusion que Nissan. Pour le moment, la marque au losange a décidé de maintenir Carlos Ghosn comme PDG après n'avoir constaté aucune anomalie sur sa rémunération française.

"Risques importants"
Le dirigeant de 64 ans, dont la chute brutale a été un coup de tonnerre dans le monde des affaires, est poursuivi pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières japonaises environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) de revenus durant cinq années, de 2010 à 2015. Il est en outre soupçonné d'avoir fait de même entre 2015 et 2018 pour un montant de 4 milliards de yens (31,1 millions d'euros).
Nissan a également été inculpé dans cette affaire en tant qu'entité morale. Dans la lettre adressée à Nissan, le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, qui assure l'intérim, juge que cette "inculpation crée des risques importants pour Renault, en tant que plus important actionnaire de Nissan, et pour la stabilité de notre alliance industrielle". Une AG permettrait de "discuter de la gouvernance et d'autres sujets, comme des personnes nommées par Renault au conseil d'administration de Nissan et dans ses hauts rangs", selon ce courrier cité par le WSJ. Renault, qui a sauvé naguère Nissan de la faillite, détient 43,4% du constructeur japonais, qui possède de son côté 15% de son partenaire français mais sans droits de vote. Au fil des ans, les rancœurs se sont accumulées au sein du constructeur japonais face à ce déséquilibre. Mais, si certains de ses responsables avaient pu espérer profiter de l'éviction de M. Ghosn pour revoir les termes de l'alliance, Nissan et M. Saikawa apparaissent aujourd'hui fragilisés, d'autant que le groupe est aussi secoué par un scandale lié à l'inspection de véhicules.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.