Les étudiants brisent le cordon policier, rue Hassiba    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Trois manifestants placés sous contrôle judiciaire à Oran    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde
Publié dans Le Maghreb le 20 - 05 - 2019

Les Algériens ont célébré, ce 19 mai, la journée nationale de l'Etudiant. Une fois n'est pas coutume, cette journée ne sera pas fêtée, en ce 19 mai 2019, par les défilés folkloriques et les discours cacophoniques.

Intervenant dans un contexte d'émergence populaire sur la scène politique, avec le mouvement du 22 février, cette journée sera commémorée par un peuple en lutte pour sa liberté et par des étudiants toujours debout pour accomplir, comme leurs aïeux, leur mission d'avant-garde du peuple algérien.
Dans son reportage de ce dimanche, le journaliste de la Radio chaîne 3, Hacène Arabe revient sur le contexte historique de cette journée de l'Etudiant et sur l'apport de cette catégorie de la société dans le renforcement et l'internationalisation du mouvement de libération nationale.

"A quoi serviraient vos diplômes, si l'Algérie sera un cimetière"
Moins de deux années après le déclenchement de la Guerre de Libération nationale, le 19 mai 1956, la section d'Alger de l'Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA) lance un appel à une grève illimitée des étudiants et lycéens. Ce mot d'ordre proposé par la direction du FLN sera voté à "l'unanimité" par les étudiants présents à l'Assemblée générale qui s'est tenue à Alger. En décidant, le 19 mai 1956, de quitter les bancs des universités et des lycées pour rejoindre les rangs de la révolution, à travers les quatre coins du pays et même à l'étranger, les étudiants algériens ont contribué sensiblement à l'internationalisation de la cause algérienne et à la libération du pays de l'occupation français.
Intervenant sur les ondes de la Radio chaîne 3, Salima Sahraoui, alors étudiante en médecine parmi la minorité des filles ayant accédé à l'Universté, se remémore le déroulement de cette réunion historique.
"Nous étions 70 à 80 à voter la décision du FLN nous appellant à déserter les bancs des universités françaises pour rejoindre la Guerre de libération", se rappelle-t-elle.
Le texte du FLN disait, résume-t-elle, "que le pays a besoin de nous, et à quoi servirait de faire des études ou avoir des diplômes si l'Algérie est réduite à un cimetière".
Une semaine plus tard, le Comité directeur de l'UGEMA appelle tous les étudiants algériens établis en France, au Maroc et en Tunisie à adhérer à ce mouvement lancé par la section d'Alger.

Une nouvelle génération d'étudiants sur les traces de leurs aïeux
Leur sursaut a été un "tournant décisif" dans la Guerre de libération, de l'avis de nombreux historiens et moudjahidine qui témoignaient, à chaque occasion, de leur "apport crucial" à la Révolution.
Soixante-trois ans plus tard, les étudiants algériens rejoignent un mouvement populaire pour le changement démocratique et social en Algérie. Les conditions ne sont plus les mêmes, bien évidemment.
Ils sont aujourd'hui beaucoup plus nombreux et vivent dans leur propre pays et non pas sous la domination barbare du colonialisme français. Cependant, leur engagement a été d'un grand apport pour le renforcement du Mouvement du 22 février. En plus de leur adhésion massive, cette catégorie de la société fait la jonction entre les marches du vendredi et entretiennent ainsi cette flamme de la lutte et ce rêve de changement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.