Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan : Le mouvement de contestation rejette tout dialogue avec l'armée
Publié dans Le Maghreb le 09 - 06 - 2019

Le mouvement de contestation au Soudan a rejeté l'offre de dialogue du Conseil militaire de transition, alors que le pays est plongé dans l'instabilité et une sanglante répression qui aurait fait plus de 100 morts depuis lundi selon des sources médicales et 46 morts selon les autorités.
Le Conseil militaire de transition au pouvoir s'est dit mercredi ouvert aux négociations "sans restriction", après les avoir totalement rejetées la veille, dans un contexte de répression de la contestation populaire qui a fait des dizaines de morts depuis lundi.
"Nous ouvrons nos bras aux négociations sans restriction, sinon celle de l'intérêt national, pour fonder un pouvoir légitime qui reflète les aspirations des Soudanais", a déclaré mercredi le chef du Conseil militaire de transition, Abdel Fattah al-Burhan.
En réponse à cet appel, une alliance de l'opposition et des manifestants ont rejeté l'offre des généraux. "Nous n'acceptons pas l'invitation du Conseil militaire de transition", a déclaré un des dirigeants de l'Alliance des Forces de la liberté et du changement (ALC) -fer de lance du mouvement de contestation du pouvoir en place-.
L'alliance, a-t-il ajouté, n'a plus confiance en le Conseil militaire de transition qui, dit-il, "impose la peur aux habitants dans les rues".
Face à cette impasse, la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et deux organisations soudanaises des droits humains ont appelé à une "action urgente" de la communauté internationale au Soudan, après l'intervention de l'armée pour disperser un sit-in ayant fait au moins 100 morts à Khartoum alors que le bilan fourni par le gouvernement soudanais fait état d'une quarantaine de morts.
Selon le comité des médecins, 109 personnes sont mortes dans la répression de la contestation soudanaise. Il s'agit du dernier bilan provisoire fourni par ce comité proche de la contestation, qui a annoncé mercredi que 40 corps ont été repêchés dans le Nil.

Inquiétude et condamnations à l'étranger
L'opération de dispersion de ce rassemblement emblématique de milliers de manifestants, qui réclamaient depuis des semaines le transfert du pouvoir aux civils, a été vivement condamné à l'étranger, notamment par l'ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.
L'ONU a fait sortir du pays des employés non essentiels, a indiqué mercredi une porte-parole de l'Organisation. "Nous avons relocalisé temporairement des personnels de l'ONU non essentiels, bien que toutes les opérations de l'Organisation se poursuivent au Soudan", a indiqué cette porte-parole, Eri Kaneko.
Aucune indication n'a été donnée sur le nombre d'employés évacués ni vers où ils ont été relocalisés. L'ONU dispose d'une large présence au Soudan avec des employés issus de 27 organismes, la plupart étant focalisés sur une aide humanitaire à la population.
Les autorités des Emirats arabes unis ont, pour leur part, déclaré jeudi suivre avec "beaucoup d'inquiétude" la situation au Soudan, appelant à un "dialogue constructif" entre les "différentes forces" locales pour préserver à tout prix "la stabilité". Dans une déclaration relayée par l'agence de presse WAM, le ministère émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a "espéré" que "la sagesse" et "la voix de la raison" prévaudront pour "garantir la sécurité et la stabilité du Soudan, épargner à son peuple le fléau du mal, préserver ses acquis et assurer son unité". Abou Dhabi a "souligné l'importance de la reprise des pourparlers entre les différentes forces soudanaises pour réaliser les aspirations du peuple frère du Soudan". L'Arabie saoudite avait publié une déclaration similaire mercredi, appelant à la "reprise du dialogue entre les différentes forces politiques" au Soudan et espérant voir ce pays "surmonter rapidement les difficultés qu'il traverse".
Le Soudan est secoué depuis décembre 2018 par un mouvement contestataire qui a entraîné la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril et la désignation d'un Conseil militaire de transition pour gérer les affaires du pays pour une durée déterminée, alors que des mouvements contestataires exigent le transfert du pouvoir aux civils.

101 morts lors de la dispersion d'un sit-in à Khartoum
La répression cette semaine du mouvement de contestation par les militaires au pouvoir au Soudan a fait 101 morts, essentiellement dans la dispersion lundi d'un sit-in devant le siège de l'armée, selon un dernier bilan annoncé mercredi par un comité de médecins.
Un précédent bilan a fait état de 60 morts. Parmi les morts, 61 ont été comptabilisés dans les hôpitaux et 40 ont été retrouvés dans les eaux du Nil, selon ces médecins proches des manifestants, qui n'ont pas fourni plus de détails. La répression a également fait 326 blessés, ont-ils ajouté.
Des manifestants qui campaient depuis début avril devant le QG de l'armée à Khartoum, où ils réclamaient le départ des généraux au pouvoir, ont été violemment dispersés lundi.
Les chefs du mouvement de contestation, qui ont parlé de "massacre", ont également dénoncé de nombreuses exactions depuis cette date, commises selon eux par les hommes du Conseil militaire, qui a pris les rênes du pouvoir au Soudan le 11 avril après la destitution du président Omar el-Béchir.
Dans ce contexte, les chefs de la contestation ont rejeté l'offre de dialogue lancé mercredi par le chef de ce Conseil. "Le peuple soudanais n'est ouvert ni aux négociations, ni à ce Conseil militaire qui tue des gens", a indiqué Amjad Farid, porte-parole de l'Association des professionnels soudanais, acteur central de la contestation.
Dans un message lu à la télévision nationale, le chef du Conseil militaire, Abdel Fattah al-Burhane, avait dit plus tôt "regretter les événements" et assuré que le Conseil était ouvert aux négociations "sans restriction", après les avoir pourtant totalement rejetées mardi.
Les négociations entre les militaires et la contestation avaient été suspendues le 20 mai, chaque camp refusant de céder à l'autre la direction de la transition politique. La nouvelle position affichée des généraux intervient dans un contexte de pression internationale. Le secrétaire général de l'ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont condamné les violences.
Des alliés de poids du Conseil militaire, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte, n'ont pas dénoncé la répression mais ont appelé au "dialogue" entre les parties.
L'UA espère l'établissement d'une autorité civile
L'Union africaine (UA) a annoncé jeudi avoir suspendu avec effet immédiat le Soudan de l'organisation continentale et ce jusqu'à la création d'une autorité civile de transition dans ce pays confronté à une escalade de la violence.
L'UA a "suspendu avec effet immédiat la participation de la République du Soudan à toutes les activités de l'UA jusqu'à l'établissement effectif d'une autorité civile de transition, ceci étant le seul moyen de permettre au Soudan de sortir de la crise actuelle", a annoncé le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA sur son compte Twitter.
Selon le comité de médecins proche des manifestants, 108 personnes ont été tuées et plus de 500 blessées depuis lundi, date de la dispersion d'un sit-in à Khartoum.
La dispersion violente d'un sit-in du mouvement de contestation cette semaine à Khartoum n'a pas fait "plus de 46 morts", a affirmé de son coté jeudi le gouvernement soudanais, rejetant des chiffres divulgués jusque-là par un comité proche des manifestants. Des manifestants qui campaient depuis début avril devant le QG de l'armée à Khartoum, où ils réclamaient le départ du Conseil militaire de transition au pouvoir, ont été violemment dispersés lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.