Tribunal de Sidi M'hamed: 18 ans de prison pour Ali Haddad, 12 ans pour Ouyahia et Sellal    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    Coronavirus: Les deux prochaines semaines seront cruciales pour Sétif    La tablette et les diplômés chômeurs    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Le marché informel des télés offshore    Les explications de Météo Algérie    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    L'université pilier de l'économie du savoir ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Kia se maintient en tête    L'extravagance toujours au menu    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sucre: Salariés et betteraviers font pression sur l'Allemagne
Publié dans Le Maghreb le 18 - 06 - 2019

Des salariés de Saint Louis Sucre, filiale française du groupe allemand Südzucker, et des représentants de betteraviers ont manifesté mardi près de l'ambassade d'Allemagne à Paris pour protester contre l'arrêt d'une partie de la production sucrière en France.

Dans un contexte de chute des cours, Südzucker prévoit de réduire sa production de 700.000 tonnes, dont 450.000 en France, ce qui se traduira par l'arrêt de la production sur deux sites en France, à Cagny dans le Calvados (82 salariés) et à Eppeville (Somme), où 126 personnes travaillent.
Ces deux sites ne conserveraient que certaines activités, de stockage notamment. En terme d'emploi, seul le site de Cagny est effectivement touché : seuls huit postes sont maintenus. Les salariés d'Eppeville se sont vu offrir, entre autres, une proposition de reclassement sur un autre site de production.
La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) a monté un projet de reprise des deux sites via une coopérative dont le capital est détenu par les planteurs avec éventuellement d'autres investisseurs, indiquent Benoît Carton, directeur régional CGB de Normandie et Patrick Dechaufour, président de la CGB Calvados, Sarthe, Orne, venus manifester à Paris.
Les régions Hauts-de-France et Normandie interviendraient soit sous forme de subventions, via les aides du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader), soit en entrant au capital, voire via des obligations convertibles. La CGB doit rencontrer des banquiers vendredi. Ce projet d'offre de reprise sera remis à Südzucker lors d'un rendez-vous prévu le 15 mai à Strasbourg entre les betteraviers et les représentants du groupe allemand. Malgré la crise de cours du sucre, la CGB estime son plan viable, notamment parce que les charges de fonctionnement des deux sites français seraient beaucoup moins élevées que celles que leur impute Südzucker.

Pression politique
"Pour pouvoir le faire valider, il faut amener les Allemands à négocier", explique Patrick Dechaufour. "Aujourd'hui, on discute avec les Allemands, mais on ne négocie pas". "Il faudra que ça remonte dans les plus hautes sphères de l'Etat pour que le dossier avance", ajoute-t-il. "La pression politique pour nous est très importante." La CGB avait manifesté le 12 mars dernier devant le siège de Südzucker à Mannheim dans le sud-ouest de l'Allemagne, en compagnie d'élus et de salariés de Saint Louis Sucre. Le président de la CGB Franck Sander et son directeur général Pierre Rayé ont été reçus mardi matin à Bercy par le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises Jean-Pierre Floris, à qui ils ont présenté le projet de reprise. La CGB ne veut pas dévoiler le prix proposé pour racheter les deux sites, faisant valoir que des investissements seront nécessaires à Cagny et Eppeville, investissements qui seront à défalquer du prix d'achat. Pour Loïc Touzé, délégué syndical Force ouvrière Saint Louis Sucre, le refus de Südzucker de céder ses sites français, "c'est clairement un problème de protectionnisme allemand". "Le groupe Südzucker considère qu'il y a trop de sucre en Europe. Donc, ils veulent fermer les usines pour qu'il y ait moins de sucre en Europe pour pouvoir faire remonter les cours. Ils ne veulent surtout pas les céder. (...) Ils veulent démonter les usines et les ferrailler", estime-t-il. Selon lui, ce sont les usines allemandes et polonaises qui produiront le sucre manquant quand les cours remonteront. "Ce qu'il faut que Südzucker comprenne : fermer un site, ça va leur coûter 50 à 60 millions d'euros par site (en terme de dépollution et de désamiantage)", déclare le syndicaliste. "Soit ils dépensent 50 millions pour fermer un site, soit ils acceptent une offre de reprise de quelques dizaines de millions d'euros et donc du coup, ils vont être les grands gagnants de l'histoire puisqu'ils feront une économie, ils encaisseront de l'argent." Le sucrier Cristal Union (marque Daddy) veut lui aussi fermer deux sites de production en France d'ici fin 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.