La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prévarication, concussion, corruption, dilapidation
Publié dans Le Maghreb le 18 - 06 - 2019

Tout va à vau-l'eau pour les deux ex-Premiers ministres, Abdelmalek Sella et Ahmed Ouyahia ,pour un certain nombre d'ex-ministres et d'agents de l'Etat dont les pratiques dominantes durant vingt ans sont le vol, la passation de marchés publics douteux, la corruption, les détournements, le népotisme, l'abus de pouvoir et surtout la " main sale tendue " qui a permis à beaucoup d'hommes d'affaires de peser de tout leurs poids sur l'économie nationale, les banques publiques. A tel point que la notion d'Etat, biens et intérêts publics, indépendance de la justice ont perdu de toute leur signification particulière. A vrai dire, l'impression présente aujourd'hui, que les deux ex-Premiers ministres, Sellal et Ouyahia ont été sous l'influence de Saïd Bouteflika, personnage rusé et bien rôdé à s'entourer de complices, a su comment faire impliquer ces deux hommes politiques dans des affaires de corruption et de détournements afin d'avoir sur eux le pouvoir d'être à sa solde. Ils se sont laissés faire tant ils avaient commis beaucoup d'infractions économiques et financières lesquelles ont fait l'objet de dossiers établis contre eux par Saïd Bouteflika. Un fort moyen de chantage dont Ouyahia aurait fait la discrétion à un de ses amis ; dans ces conditions, Sellal et Ouyahia trempés dans diverses affaires, ne savaient plus où donner de la tête ni comment s'en sortir. Ils ont continué à se servir pensant que le pouvoir de Bouteflika durera une éternité, mais en vain… Mais Sellal et Ouyahia étaient enchaînés par des secrets compromettant d'où leur allégeance à la famille Bouteflika.
Vingt ans après, c'est une conjoncture nouvelle que traverse le pays grâce à l'avènement du mouvement citoyen, grâce à la réhabilitation de la justice et grâce aussi et surtout à l'accompagnement de l'ANP aux revendications populaires, l'Algérie s'inscrit petit à petit dans le renouveau politique et démocratique réel, la moralisation de la vie publique, soit l'assainissement au sens propre du mot. La justice réhabilitée dans son rôle et dans ses missions principales est en train de dresser le bilan, accumule les preuves contre tous ceux qui ont aliéné et ravagé le pays pour qu'ils puissent répondre de leurs graves méfaits. Une revendication du reste populaire. La vérité du jour montre que de hauts ex-responsables de l'Etat, des ministres, des walis et la liste est longuese sont édifié sans pudeur de scandaleuses et gigantesques fortunes à l'inférieur et à l'extérieur du pays. La mauvaise gestion économique et financière du pays, les détournements et la corruption élevés au sein des institutions de l'Etat, une politique délibérée de sabordement menée durant un quart de siècle ont conduit l'Algérie à la faillite et systématiquement, les oligarques se sont installés en force contrôlant de plus en plus le système politique, avec, bien sûr, l'aval et le laisser-faire du clan présidentiel dirigé par Saïd Bouteflika. Tout le monde a en mémoire comment Ali Haddad se permettait de convoquer les membres du gouvernement pour leur imposer son diktat. Ouyahia, Sellal, Haddad et consorts, leurs épilogues dans le monde politique et social ont toujours fait assaut rhétorique et de démagogie pour vanter, à l'occasion de leurs " réjouissances politiques ", les vertus du programme présidentiel qu'ils appliquaient parce qu'il leur a assuré, en moins d'une génération, prospérité et opulence malheureusement mal acquises ; tout le monde se rappelle qu'à chaque début d'un quinquennat (quatre au total), l'ex-président de la République, les deux ex-Premiers ministres ne faisaient que des évocations de lendemains meilleurs; évocations qui se succèdent aux précédentes promesses non tenues sur fond de fausse " carte postale " fééries économiques et sociales au contraire de la réalité économique et sociale durant un quart de siècle qui s'est inscrite en faits et en chiffres plus sombres que l'ont laissé entendre les mensonges de Sellal et d'Ouyahia durant vingt ans.
La vérité du présent donne à penser et à dire que l'avènement du mouvement citoyen, le réveil tardif de la justice, mais réveil réel viennent de forcer à dessein les zones d'ombres de la gouvernance du pays pendant ces dernières années par une bande coriace qui a placé l'Algérie dans une situation apocalyptique économique et sociale et un avenir préoccupant maintenant en effet, depuis 1999, le tournant économique, social et bien sûr, démocratique, toute velléité réformiste a été reléguée au " magasin des accessoires " par les stratèges du clan présidentiel. L'économie nationale, larguant une à une les amarres de sa puissance, de sa diversification, ses possibilités d'intégration et d'ouverture sur le marché mondial s'est faite embarquée à la godille et dans la voie de la sous-traitance des hommes d'affaires et la braderie. Une braderie économique et financière, un pillage des ressources naturelles du pays avec l'aval du pouvoir en place, appelé communément le clan présidentiel, une dérive grave qui a malheureusement suscité l'adhésion de beaucoup de prédateurs car les affaires " tournent " à bien, la corruption et les détournements à ciel ouvert " vont bon train " se disaient-ils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.