Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système
Publié dans Le Maghreb le 20 - 06 - 2019

Des étudiants de plusieurs universités du pays ont marché pacifiquement mardi pour réitérer leurs revendications, notamment celle exigeant le départ de tous les symboles de l'ancien système, condition préalable à toute négociation, selon eux. Ils étaient certes moins nombreux à leur 17ème mardi de protestation, mais ont affiché la même détermination d'aller au bout de leurs revendications, ont constaté les correspondants de l'APS.
A Constantine, des étudiants, les filles en plus grand nombre, ont sillonné les principales avenues du centre-ville, brandissant des banderoles réclamant le "changement profond du système".
Ils ont scandé des slogans appelant notamment à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution qui stipulent que le peuple est la source du pouvoir qu'il exerce par l'intermédiaire des institutions qu'il se donne.
Les manifestants ont également exprimé leur refus de voir participer les figures de l'ancien système dans un éventuel dialogue.
A Sétif, des dizaines d'étudiants des universités "Ferhat Abbas" et "Mohamed-Lamine Debaghine" ont salué les poursuites judiciaires à l'encontre des anciens responsables et appelé à la poursuite de la campagne d'assainissement de la scène politique jusqu'à l'élimination de toutes les figures de la corruption impliquées dans la dilapidation de l'argent public.
Ils ont également appelé au départ de l'actuel gouvernement qui "ne bénéficie pas de la confiance populaire", ont-ils estimé. Dans l'ouest du pays, quelques dizaines d'étudiants d'Oran, rassemblés à la place "1er novembre", ont appelé à "une solution consensuelle pour le règlement de la crise politique actuelle", appelant à "construire le pays sur des bases saines et solides".
A Sidi Bel-Abbès, des étudiants ont observé, durant leur marche, une halte devant la cour de justice, pour appeler les juges à intensifier la lutte contre la corruption et les poursuites contre ceux qui ont dilapidé les deniers publics. A Naâma, quelques dizaines d'étudiants et d'enseignants ayant pris part à un sit-in au sein du campus universitaire ont demandé "une deuxième république".
Dans le centre du pays, des étudiants ont également marché pacifiquement pour réitérer leurs slogans habituels en faveur d'"une période de transition gérée par des personnalités crédibles n'ayant pas fait partie de l'ancien système", rejetant tout dialogue avec l'actuel gouvernement. Ils étaient quelques centaines d'étudiants à Tizi Ouzou et une dizaine du campus Akli Mohand Oulhadj, à Bouira. Leur nombre était plus important à Bejaia où des étudiants ont marché pour exprimer leur "rejet d'une prochaine présidentielle" et exiger "une période de transition à même de préparer les conditions optimales de probité et transparence nécessaires" à son organisation. A noter qu'aucun dépassement n'a été enregistré lors de ces marches qui se sont dispersées dans le calme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.