Les instituteurs reviennent à la charge    VFS Global reprend le traitement des demandes    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    Promesses d'une révolution décomplexée    Damas déploie ses forces à la frontière avec la Turquie    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    L'Algérie n'est pas à détruire : elle est à réformer et à refaire    MDN : M. Gaid Salah en visite de travail ce mardi au Commandement des Forces Navales    Iris Tyres : première exportation de pneux vers l'Espagne    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourses : Les places européennes terminent en baisse
Publié dans Le Maghreb le 18 - 08 - 2019

Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, la question du commerce ayant repris le dessus et provoquant un nouvel accès d'aversion au risque après les menaces de représailles lancées par la Chine. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,27% à 5.236,93points. Le Footsie britannique a cédé 1,13% et le Dax allemand a perdu 0,7%.
L'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,18%, le FTSEurofirst 300 de 0,35% et le Stoxx 600 de 0,29%.
La Chine a annoncé jeudi qu'elle devra prendre de nécessaires contre-mesures après les droits de douane que les Etats-Unis menacent d'imposer sur 300 milliards de dollars (270 milliards d'euros) d'importations chinoises.
Ce nouvel épisode du dossier commercial entre les deux pays a entraîné vers la mi-journée le basculement dans le rouge des Bourses d'Europe, qui avaient déjà du mal à maintenir leur gain d'ouverture face aux signes de ralentissement de la croissance.
Les indices européens ont toutefois réduit leurs pertes - s'aventurant par moments en territoire positif - grâce notamment aux déclarations d'une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères qui a dit espérer que les Etats-Unis fassent un effort et mettent en œuvre le consensus atteint lors du sommet du G20 à Osaka.
Ces déclarations chinoises ont nourri la confusion et la nervosité des marchés: l'indice mesurant la volatilité implicite de l'EuroStoxx 50 est remonté pour atteindre en séance un plus haut depuis fin décembre.
L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a par ailleurs annoncé s'attendre à un nouveau ralentissement des échanges commerciaux mondiaux au troisième trimestre face à la multiplication des incertitudes.
A mi-séance, la tendance à Wall Street était très hésitante, les bons chiffres des ventes au détail et les résultats de Walmart n'écartant pas totalement les interrogations sur le commerce.
Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones avançait de 0,24%, le Standard & Poor's 500 s'adjugeait 0,29% mais le Nasdaq Composite reculait de 0,11%.
Walmart avançait de 4,43%, sa plus forte progression en séance depuis fin décembre, après avoir fait état d'une hausse plus marquée que prévu de ses ventes trimestrielles à magasins comparables aux Etats-Unis, ce qui a conduit le premier distributeur mondial à revoir à la hausse ses prévisions de bénéfice annuel.

Valeurs &indicateurs
En Europe, les indices Stoxx de l'automobile (-1,61%), des ressources de base (-1,28%) et du pétrole (-1,13%) ont été les plus durement touchés par ces nouvelles appréhensions commerciales.
A Paris, PSA (-1,92%) a signé la plus forte baisse du CAC.
L'assureur néerlandais Aegon a chuté de 7,73%, l'une des plus fortes baisses du Stoxx 600, les investisseurs s'inquiétant de la détérioration de ses ratios financiers.
En hausse, le brasseur Carlsberg a gagné 4,23% à Copenhague après avoir annoncé de bonnes performances commerciales en Asie.
Pas moins de huit indicateurs étaient à l'agenda ce jeudi aux Etats-Unis. Les investisseurs ont surtout retenu l'augmentation plus nette qu'attendu des ventes au détail, une progression qui pourrait apaiser en partie les craintes d'une entrée prochaine en récession de la première économie mondiale, l'une des principales causes des turbulences actuelles sur les marchés financiers.
Les autres indicateurs américains du jour ont montré notamment un ralentissement moins important que prévu de la croissance de l'activité manufacturière dans le nord-est du pays, une hausse inattendue de l'activité manufacturière dans la région de New York et une augmentation plus forte que prévu des inscriptions au chômage.

Wall Street en partie rassurée par la consommation US
La Bourse de New York a fini en ordre dispersé jeudi une séance hésitante, tiraillée entre les préoccupations liées à la guerre commerciale et les craintes de récession d'une part et les bonnes surprises sur le front de la consommation aux Etats-Unis d'autre part.
Les ventes au détail ont augmenté plus qu'attendu en juillet et les résultats du géant de la grande distribution Walmart ont dépassé les attentes, ce qui a compensé en partie la crainte de représailles chinoises aux dernières annonces de Washington sur les tarifs douaniers ainsi que les difficultés de Cisco Systems.
En clôture, l'indice Dow Jones gagnait 99,97 points, soit 0,39%, à 25.579,39 et le Standard & Poor's 500, plus large, prenait sept points, soit 0,25%, à 2.847,6, alors que le Nasdaq Composite reculait de 7,32 points, soit 0,09%, à 7.766,62.
"Les statistiques continuent de montrer que le consommateur se porte plutôt bien, ce qui suggère que même avec une courbe des rendements inversées comme on l'a vu hier, la récession n'arrive pas si vite que ça", a commenté Paul Nolte, gérant de Kingsview Asset Management.
Le Dow Jones avait perdu 3,05% mercredi, sa plus lourde perte en pourcentage sur une séance depuis décembre, après l'inversion de la courbe des rendements obligataires américains à deux et dix ans, perçue comme un signal avant-coureur de récession.
Ce contexte favorise l'hypersensibilité des investisseurs aux nouvelles concernant les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Ce jeudi, le ministère des Finances chinois a évoqué des représailles contre les dernières mesures annoncées par Washington mais une porte-parole a ensuite déclaré espérer que les deux pays puissent parvenir à un "consensus".

Indicateurs & valeurs
Le département du Commerce a fait état d'une hausse de 0,7% des ventes au détail aux Etats-Unis en juillet, nettement supérieure à celle de 0,3% attendue par le consensus Reuters.
Ce bon chiffre, qui témoigne d'un dynamisme continu de la consommation, pilier de l'économie américain, a occulté en grande partie les autres indicateurs du jour, qu'il s'agisse de la baisse de l'indice d'activité "Philly Fed", de la progression inattendue de l'indice "Empire State", de la hausse plus marquée qu'anticipé des inscriptions au chômage ou du recul de la production manufacturière.
La productivité du travail a quant à elle ralenti au deuxième trimestre et l'indice NAHB du marché immobilier a légèrement progressé en août.
Walmart a gagné 6,11%, de loin la plus forte hausse du Dow Jones. Le numéro un mondial de la grande distribution a relevé sa prévision de bénéfice annuel après une croissance plus marquée que prévu de ses ventes à magasins comparables aux Etats-Unis sur le trimestre à fin juillet.
La progression de ce poids lourd de la cote a permis à l'indice S&P des valeurs de la grande consommation de progresser de 1,51%, la meilleure performance sectorielle du jour.
A l'opposé, Cisco a chuté de 8,61%. Le groupe d'équipements de réseaux a présenté mercredi soir des prévisions nettement inférieures aux estimations des analystes après avoir fait état d'une chute de 25% de ses ventes en Chine.
Plus spectaculaire encore, le recul de General Electric, dont le cours a décroché de 11,3%, sa pire performance sur une séance depuis avril 2008, après les déclarations d'un enquêteur privé selon lesquelles les comptes du groupe dissimulent d'importantes difficultés financières.

Taux & changes
Sur le marché obligataire, la journée a été marquée par le plus bas historique inscrit par le rendement des emprunts d'Etat américains à 30 ans, passé pour la première fois sous la barre symbolique des 2%.
En fin de séance, le rendement à 30 ans s'affichait à 1,9503%, en baisse de sept points de base, après un plus bas à 1,916%.
Le rendement à dix ans reculait alors de près de huit points à 1,4967% après un plus bas de trois ans à 1,475%.
Le deux ans est quant à lui revenu à 1,4714% après être tombé à 1,467%, au plus bas depuis 2017.
Les signes de bonne tenue de la consommation des ménages américains ont permis au dollar de reprendre des couleurs: au moment de la clôture de Wall Street, l'indice mesurant ses fluctuations par rapport à un panier de référence gagnait 0,11%.
Il 0,08s'appréciait de 0,09% à 105,98 face au yen, qui avait bénéficié à plein de l'aversion au risque mercredi.
L'euro cédait quant à lui 0,24% à 1,1111 dollar. Il a notamment souffert des déclarations au Wall Street Journal d'Olli Rehn, l'un des membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), évoquant la nécessité d'un ensemble de mesures "important et percutant" lors de la réunion de politique monétaire de septembre.
La livre sterling s'est appréciée face au dollar et à l'euro grâce à regain d'espoir de voir les opposants à Boris Johnson barrer la route à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord négocié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.