Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme
Publié dans Le Maghreb le 16 - 10 - 2019


Par: B. Chellali
En dépit de la crise politique du moment, l'Algérie se trouve aujourd'hui sur la scène nationale et internationale comme un pays responsable, mûr pour le changement exigé par son peuple. Le profil est tracé, il est clair et à son actif, des acquis non négligeables de sortie de crise. L'engagement de l'Etat et de l'Institution militaire dans la voie du changement en réponse aux revendications légitimes du peuple est en soi un gage de démocratie qui vient en rupture avec les méthodes et pratiques de l'ancien régime. Un objectif final pour l'édification d'une société algérienne nouvelle au sein de laquelle le peuple animé d'une conscience patriotique sera l'artisan de son propre bonheur et d'un avenir à la hauteur des efforts qu'il aurait consentis. Pour ce faire, le changement sera, n'en déplaise aux forces rétrogrades du statu quo, un bouleversement total et profond qui n'épargnera aucun domaine, aucun secteur de l'activité économique, sociale et culturelle, mieux encore politique et démocratique. La réforme de tous les domaines, de tous les secteurs d'activité, est le mot d'ordre qui correspond au moment fort des légitimes revendications populaires. Fort de la ligne directrice ainsi dégagée par l'Etat et l'Institution militaire à accompagner les légitimes revendications citoyennes pour la métamorphose de toute la vie nationale. Une morale politique nouvelle conforme aux intérêts suprêmes de la nation afin de bâtir une morale de progrès dont ont été privés les Algériens pendant vingt ans.
A ce propos l'engagement conjoint de l'Etat et de l'Institution militaire à travers leur position d'aller jusqu'au bout de ce processus de changement et rupture avec le passé politique et démocratique du pays dont la détermination affichée le disputait au sang froid, à la patience et l'absence de toute velléité, de vanité, ou de paternalisme, n'a d'objectif que la sortie de crise par la seule et unique voie de la Constitution. C'est donc l'heure de mettre en valeur la solidarité nationale, le partage du patriotisme qui sont le dernier espoir d'un peuple qui veut croire aux normes de la démocratie et à l'exercice de son choix souverain pour choisir librement le futur président de la République loin des fortes pressions qu'exercent sur lui en continu les nostalgiques du statu quo, ceux qui veulent d'une façon ou d'autre réinstaller l'inquiétude des citoyens à l'instar de ce qui s'est passé durant la décennie noire des années 9O.
Le problème qui préoccupe le peuple est de s'assurer de la bonne foi de la classe politique et de sa volonté à s'engager dans la solution de la crise et se mettre mouvante pour défendre les intérêts vitaux du pays sans arrière-pensées inavouées, sans réserve comme ce fut le cas lors des cycles de médiations et de dialogue national.
Si d'aucuns se détacheraient fortement de leur duplicité politique, de leur propagande souvent subversive et leurs mises en scènes nombreuses et variées(…), l'Algérie peut revenir graduellement à sa normale politique, économique et sociale, essentielles à la reconstruction nationale, la place qu'elle a droit dans le concert international. Il suffit que tous se liguent à la recherche de la voie la meilleure pour un règlement consensuel de la crise présente alors la démocratie au sens politique l'aurait emporté sur les outranciers du moment et ainsi le prochain rendez-vous électoral connaîtra un succès remarquable. Le citoyen du pays profond a cette certitude, cette attitude acquises au cours des événements, des preuves et des engagements annoncés qu'il est désormais possible de bâtir une Algérie nouvelle à la condition de vouloir l'édifier sur des bouleversements considérés jusqu'ici inimaginables dans un passé récent, à la condition aussi de parvenir à asseoir ces changements-transformations-mutations par le canal populaire, la jeunesse particulièrement. C'est pourquoi la rupture avec l'ancien système devra être significative et comprise par tous comme la condition première et la garantie essentielle de sortie de l'impasse politique actuelle. Au regard de tout ce qui reste à " construire " à valoriser ce qui est fait aujourd'hui ne représente qu'un test positif de la détermination populaire à rejeter définitivement l'idéologie d'attentisme, de fatalisme qui a caractérisé la société pendant un quart de siècle comme si elle était sous domination étrangère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.