Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara
Publié dans Le Maghreb le 17 - 10 - 2019

La création littéraire algérienne a brillé, à travers la distinction de trois noms émergents de la scène culturelle algérienne sur le podium des lauréats au titre de la 5e édition du prix littéraire "Katara" pour le roman arabe.
Ainsi, Habib Sayeh fut le premier romancier à monter sur le podium dans la catégorie "romans arabes publiés", pour son nouveau roman "Ana oua Haïem" ( Moi et Haïem) de Mim éditions (2018). Une grande joie s'est saisie du romancier suite à cette prouesse qui a illuminé encore plus son parcours déjà bien riche.
"Je suis submergé de joie pour cette consécration" (...) " je ne la perçois pas comme un hommage qui m'est rendu à titre personnel mais un hommage au roman algérien et à l'effort de récit consenti par les romanciers algériens", a-t-il déclaré à l'APS dans la foulée.
Né à Mascara (Algérie), le 24 avril 1954, Lahbib Sayeh est titulaire d'un diplôme universitaire spécialité Littérature et études, ayant à son actif, des romans tels que " Zaman Annamroud" (1985), " Dhak el hanin (1997) et "Colonel Zbarbar" (2002).
Le romancier algérien a également des nouvelles, à l'instar d' El qarar (1979), ainsi que d'autres contributions dans le domaine des médias.
Parmi les lauréats du prix dont la valeur s'élève à 60.000 dollars US, remis aux cinq premiers lauréats et primant également la traduction vers l'Anglais des romans lauréats, figurent Habib Abdulrab Sarori du Yémen pour son roman " Révélation" et le romancier érythréen Haji Jaber pour son roman " Mousse noire". Dans la catégorie des romans non publiés, Nacer Salmi s'est vu décerné le prix pour son roman " Une tasse de café et un croissant", en sus de quatre autres romanciers dans la même catégorie.
Le romancier Nacer Salmi s`est déjà vu décerné, en 2016, le prix Katara du roman arabe à Qatar, pour son œuvre "Les langues bleues".
" J'ai remporté le prix à deux reprises, mais j'ai été privé du plaisir de monter sur le podium et d'y recevoir le tout premier prix en raison du passeport, mais aujourd'hui j'ai pris ma revanche et je suis heureux, car j'y suis pour recevoir le prix", a-t-il dit à l'issue de la distinction.
Ce couronnement se veut une " célébration de la création algérienne", s'est-il réjoui tout en affichant son vœux de voir se concrétiser davantage de présence et de prouesse dans de telles manifestations".
Né le 17 septembre 1968 dans la ville de Tighennif à Mascara et titulaire d'une licence en Littérature arabe de l'université d'Oran, Nacer Sami possède des contributions littéraires dans le récit et le roman. Ont été primés dans cette catégorie du roman, Aïcha Amour du Maroc pour son roman "Hayat bil Abyadh wa el asssouad" (Une vie en noir et blanc) et Abdelmoumene Abdelal d'Egypte pour son roman "Hadath ala abwab el mahroussa". Le montant du prix est de 30.000 dollars.
L'Algérie a également été primée dans la catégorie de la recherche et de la critique du roman grâce à la critique Mouna Serifak, une universitaire qui a travaillé sur des œuvres d'hommes de lettres syriens.
"Je suis très contente de cette distinction que je considère comme un encouragement pour poursuivre mon travail", a-t-elle déclaré. Enseignante de littérature et de langues à l'université Lamine Debaghine de Sétif, Mouna serifak compte parmi ses travaux "Le roman algérien d'expression française, entre changement social et construction de la conscience".
La cérémonie de clôture du prix Katara du roman arabe (13-15 octobre), qui a vu la participation de 1850 romanciers, a été marquée par la remise des prix aux lauréats des catégories "le roman jeunesse" et "le roman qatari non publié".
Entre autres activités culturelles et artistiques ayant marqué cette édition, une conférence sur l'écrivain koweïtien, Ismaïl Fahd Ismaïl, pionnier du roman du Golfe.
Au deuxième jour de cette édition, une conférence sur "l'ingénierie culturelle et le roman"a été animée par Hana El Baweb. Sont intervenues lors de cette rencontre, Zouhour Kiram, romancière marocaine et Asma Kouar, auteure et éditrice algérienne qui a présenté une feuille sur "l'ingénierie culturelle dans le monde arabe" au nom du Professeur Khaled Abderrahim, superviseur du prix Katara du roman arabe.
Le prix Katara du roman arabe est un prix annuel lancé en 2014 par la fondation culturelle "Katara". Trois romanciers algériens avaient décroché le prix Katara du roman arabe, dans son édition de 2017. Said Khatibi avait décroché le prix dans la catégorie "romans arabes publiés". Abdelwahab Aissaoui avait été primé dans la catégorie "romans arabes non publiés et Bachir Dhifallah dans la catégorie "Etudes du roman arabe".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.