Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Algérie-Emirats arabes unis : nécessité de renforcer la coopération bilatérale et de poursuivre les concertations    Douanes: réduire le temps de stationnement des conteneurs dans les ports    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    Cinq pays au 10eme Festival international du théâtre de Bejaia    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    Les consommateurs dénoncent    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte
Publié dans Le Maghreb le 14 - 12 - 2019

La vie des auressiens affirme Mathéa Gaudry dans son livre "La femme Chaouïa des Aurès" est jalonnée par des rites et des symboles liés à la terre, Thfaska n tmanzouth (fête de l'automne), Thafsouth (printemps), et Yennar (Yannayer chez les chaouis) sont autant d'occasions où le paysan chaoui fait une halte pour rendre hommage à la mère nourricière.
En dépit des influences étrangères véhiculées par les chaines satellitaires qui ont fait irruption dans les foyers auressiens, la famille chaouie demeure très attachée à la célébration du Yennar.

Yennar, la fête de la terre
Si dans les grandes villes et les milieux citadins du pays chaoui certaines rites liés à Yennar sont tombés en désuétude, dans les campagnes par contre, ces rites qui entourent la fête de Yennar demeurent à ce jour intacts, ils sont observés avec la même rigueur depuis des siècles.
Au contraire des autres Berbères, les Chaouis font la distinction entre l'année ancienne et l'année nouvelle, et les célèbrent chacune avec des rites à part, le 13 janvier étant le dernier jour de l'année en cours, le 14 le premier jour du nouvel an.
Mezlagh : ou yennar aqdhim (yennar l'ancien) célébré le 13 janvier et considéré comme le dernier jour de l'année qui s'achève (d'où le nom yennar l'ancien), le repas doit être préparé à base d'anciens ingrédients, le met le plus populaire est ''lich'' préparé avec de la viande séchée (qu'on a déjà salée et gardée à cet effet), fèves, et taklilt (fromage séché). Mathéa Gaudry rapporte également que lors du mezlagh, jour d'avant Yennar on fait le sacrifice d'un mouton, et on prépare " Irachmen " maïs ou blé cuits toute la nuit pour être jetés sur les arbres fruitiers afin d'assurer une bonne récolte. Amenzu n yennar : (premier Yennar) Le 14 janvier est considéré comme le début du nouvel An, on commence par le nettoyage et l'embellissement de la maison, la même chose pour l'étable la cour, et les caches des céréales (Tisserfin), on renouvelle le contenu des sacs à grains (tachluth) de semoule, riz, fève… La femme (souvent la grand-mère) procède aux changements des pierres de l'âtre (inguen n ilmes) cette action revêt une importance capitale pour les Chaouis et dont l'exécution se fait en respectant minutieusement une cérémonie préétablie. La grand-mère prend les deux pierres de l'âtre (on laissant celui de droite, ing afussi) dans un sac (taklut) et sort accompagnée des enfants, en choisissant les nouvelles pierres pour son âtre, tam?art (veille femme) se livre à une sorte de lecture et d'interprétation des signes et des présages, si elle soulève une pierre et qu'elle trouve en dessous un mille pattes elle en conclue que le bétail va s'accroître, une fourmi augure d'une bonne année agricole, etc. Ensuite, la veille femme cueille une plante spécifique ''Adharyis'' (thapsia) et la suspend au seuil de la maison afin d'empêcher les mauvais esprits d'entrer, il n'est pas superflu également d'embaumer le verger avec plantes aromatiques pour le prémunir aussi contre ces maléfiques puissances invisibles. La ménagère après avoir changé les ustensiles de cuisine usagés, renouvelé le balai de bruyère (tafarrat), elle prépare ti?nen n Yennar (petites galettes) en quantité importante en sorte que chaque membres de la famille, les proche et les voisins, les objets même auront droit à leur ''ta?nunt'', ainsi la femme dépose une galette sur chaque objet, meule traditionnelle (Tassirt), le métier à tisser (Azzeta), le foyer du feu (ilmes).
Le père de famille sur son mulet suivi des enfants tout joyeux parcourt les environs pour donner à chaque voisin sa petite galette ; ''ti?nen n yennar'' reçue entre dans la préparation du ''Zirawi '' qu'on mange avec le ''Achekhechoukhe'' au déjeuner.
Amensi n yennar (le diner de Yennar) est le point culminant de cette fête, toute la famille se ressemble dans la maison de l'aïeul, du grand-père ou du fils aîné autour du couscous, le coq fermier sacrifié (gazidh n yennar) pour le dîner a déjà été choisi sur la base de certaine critères, taille, couleur du plumage, etc.
Les rites de Yennar reflètent le foisonnement des croyances et des superstitions des Chaouis qui ont survécus à des siècles d'oralité, ils doivent faire l'objet aujourd'hui d'études de la part des spécialistes afin d'être préserver.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.