Application des nouveaux tarifs    La revalorisation officialisée    Ce qu'il faut faire pour éviter l'échec    Que sait-on de l'hydroxychloroquine ?    8 décès déplorés, 115 nouveaux cas    Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Turquie envisage d'intervenir militairement en Libye
Publié dans Le Maghreb le 17 - 12 - 2019

Recep Erdogan a déclaré mardi qu'il pourrait déployer ses troupes si le gouvernement de Tripoli le lui demandait pour faire face à l'offensive du maréchal Haftar.
Le président turc a déclaré lundi 9 décembre, puis confirmé mardi, que son pays pourrait déployer des troupes en Libye si le gouvernement de Fayez el-Sarraj l'invitait à le faire. Son gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, est très affaibli face à l'offensive du maréchal Khalifa Haftar, qui, à la tête de son "Armée nationale libyenne" (LNA), contrôle une très large partie du territoire libyen à l'exception de zones au nord-ouest, autour de Tripoli, où se maintient le GNA. Parrainé par l'Arabie saoudite, la Jordanie, l'Égypte et surtout les Émirats Arabes Unis, Haftar peut aussi compter sur le soutien croissant de Moscou, qui a déployé, selon de nombreux observateurs, plusieurs centaines de mercenaires membres de sociétés militaires privées comme le groupe Wagner, mais aussi, d'après le New York Times , de vrais "soldats en uniforme". Alors que l'offensive de Khalifa Haftar, lancée en avril dernier, a rapidement piétiné face aux milices tripolitaines et aux brigades de Misrata qui soutiennent le GNA, l'aide russe de ces dernières semaines semble avoir changé la donne sur le terrain.
Au sol, les Russes accompliraient des missions de snipers, mais aussi de repérage des cibles pour l'artillerie, une tâche généralement dévolue aux forces spéciales. Moscou aurait également fourni des systèmes anti-aériens. En début de semaine, les États-Unis ont ainsi estimé qu'un tel système avait abattu le mois dernier l'un de leur drone, non armé, près de Tripoli. Inversement, les troupes du GNA seraient parvenues à détruire un MiG-23, chasseur d'origine soviétique qui faisait partie de la flotte aérienne libyenne sous Khadafi, tombée en déshérence depuis le renversement du dictateur en 2011. Plusieurs médias américains ont accusé les Russes d'avoir modernisé pour la LNA d'anciens chasseurs MiG et Soukhoï.
Dans ce contexte de renforcement militaire du camp d'Haftar, la Turquie apparaît comme le principal soutien du gouvernement de Fayez el-Sarraj et des milices locales. "Dans le cas d'une invitation [de Tripoli], la Turquie décidera elle-même du type d'initiative à prendre", a déclaré Recep Erdogan à la télévision turque, envisageant l'"envoi de soldats" et de "personnels". "Le GNA est prêt à accueillir TOUT soutien international", a répondu dans un communiqué un porte-parole du gouvernement de Tripoli, rapporté par le New York Times.
Depuis de nombreux mois, la Turquie serait en réalité déjà présente, quoiqu'officieusement, à Tripoli : Ankara fournit notamment des drones aux forces du GNA. En face, les Emiratis fournissent à la LNA des drones de fabrication chinoise. Dans un rapport publié en octobre, des experts de l'ONU avaient estimé que la Turquie (du côté du GNA), mais aussi les Émirats arabes unies et la Jordanie (du côté d'Haftar), violaient l'embargo sur les armes imposé par la résolution 1970 du Conseil de sécurité des Nations unies, votée en 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.