Feux de forêt: vaste élan de solidarité arabe avec l'Algérie    Feux de forêt: 37 morts, poursuite des efforts pour endiguer les flammes    Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Malawi : La justice se prononce lundi sur la validité des résultats de la présidentielle
Publié dans Le Maghreb le 03 - 02 - 2020

La Cour constitutionnelle du Malawi doit annoncer en début de semaine si l'élection présidentielle remportée par le sortant Peter Mutharika en mai 2019 est annulée ou validée, un jugement très attendu après des mois de manifestations violentes dans ce petit pays d'Afrique australe.

Les cinq juges de la Cour à Lilongwe, qui sera placée sous haute protection pour l'occasion, se prononceront sur la régularité de la présidentielle, après avoir été saisis par deux des perdants, Lazarus Chakwera et Saulos Chilima, arrivés respectivement deuxième et troisième. Seulement 159.000 voix séparent le gagnant Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, de Lazarus Chakwera, chef du Parti du congrès du Malawi (MCP). L'opposition accuse le régime d'avoir manipulé les résultats de la présidentielle, en utilisant notamment du blanc à corriger sur de nombreux procès-verbaux. Le camp du vainqueur nie lui farouchement toute fraude. Peu après le scrutin, le chef des observateurs de l'Union européenne, Mark Stephens, avait cependant "reconnu" que "beaucoup d'erreurs avaient été commises pendant le décompte". C'est la première fois depuis l'indépendance du Malawi en 1964 que les résultats d'une élection présidentielle sont contestés devant la justice. Et les implications de l'arrêt de la Cour sont potentiellement explosifs. Si elle annule les résultats de la présidentielle, de nouvelles élections devront être organisées dans les soixante jours, à moins qu'une des deux parties ne fasse appel.
Le pays attend donc avec fébrilité l'arrêt de la Cour constitutionnelle d'autant plus que le Malawi a connu ces derniers mois de nombreuses manifestations de l'opposition, émaillées de violences avec les forces de sécurité. Par crainte d'incidents lundi, des établissements scolaires et des entreprises ont d'ailleurs décidé de garder leurs portes closes le jour du jugement.

Moment clé
"Il va y avoir des vainqueurs et des vaincus et on ne sait pas comment les perdants vont réagir", a prévenu Michael Jana, professeur malawite de science politique à l'université sud-africaine de Witwatersrand.
Les deux principaux opposants ont appelé leurs partisans à faire preuve de retenue.
"Engageons nous à accueillir, les bras ouverts, le jugement qui va servir de fondation pour commencer le travail de reconstruction de notre nation et le travail de réconciliation", a déclaré Lazarus Chakwera.
"Une fois le jugement rendu, j'appelle le vaincu à accepter sa défaite avec humilité", a dit pour sa part Saulos Chilima.
Le gouvernement a aussi exhorté "tous les partis politiques à respecter l'état de droit et la justice", prévenant que la "destruction du pays était contreproductive".
Au Malawi, les forces de sécurité sont sur le qui-vive pour éviter tout dérapage, a assuré le chef de l'armée, Vincent Nundwe.
Le jugement de la Cour constitue un "moment clé de l'histoire du Malawi", ont souligné dans un communiqué conjoint l'Union européenne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Les invalidations d'élection sont rarissimes en Afrique.
En 2017, au Kenya, la Cour suprême avait invalidé pour "irrégularités" la réélection du président Uhuru Kenyatta et ordonné l'organisation d'un nouveau scrutin dans les deux mois, une première sur le continent.
Les Malawites ne s'y sont pas trompés. Pendant des mois, ils se sont passionnés pour les audiences de la Cour constitutionnelle, retransmises pour la première fois en direct et en intégralité par les radios privées.
"Cette affaire a réveillé le Malawi", s'est réjoui Chatonda Jembe, un employé. Les partis "savent désormais qu'ils ne peuvent plus nous rouler dans la farine", a-t-il ajouté.
L'un des temps forts des audiences a été le témoignage d'un expert en informatique, Daud Suleman, venu expliquer à la barre comment des données essentielles avaient été supprimées lors de l'enregistrement des résultats de la présidentielle.
Signe du caractère ultra sensible du dossier, la Cour constitutionnelle a affirmé début janvier que plusieurs juges avaient été victimes d'une tentative de corruption. Un homme d'affaires, propriétaire d'une banque malawite, a été arrêté suite à leur plainte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.