Barça : Messi connait sa sanction !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mexique
Portrait Groupe «A»
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 03 - 2010

Après des années agitées qui ont vu défiler trois entraîneurs et plus de soixante joueurs, la sélection mexicaine a retrouvé la sérénité sous la houlette de Javier Aguirre. En associant habilement les jeunes talents aux stars confirmées, l'ancien entraîneur de l'Atlético de Madrid a pu redresser la barre du navire tricolor. Sous les ordres du Vasco (le Basque), la sélection aztèque est passée de la cinquième à la deuxième place de l'Hexagonal de la CONCACAF, après avoir enregistré cinq victoires, un nul et une défaite. En Afrique du Sud, le Mexique cherchera à dépasser le stade des huitièmes, où il s'est arrêté lors des quatre dernières Coupes du Monde de la FIFA.
Après des années agitées qui ont vu défiler trois entraîneurs et plus de soixante joueurs, la sélection mexicaine a retrouvé la sérénité sous la houlette de Javier Aguirre. En associant habilement les jeunes talents aux stars confirmées, l'ancien entraîneur de l'Atlético de Madrid a pu redresser la barre du navire tricolor. Sous les ordres du Vasco (le Basque), la sélection aztèque est passée de la cinquième à la deuxième place de l'Hexagonal de la CONCACAF, après avoir enregistré cinq victoires, un nul et une défaite. En Afrique du Sud, le Mexique cherchera à dépasser le stade des huitièmes, où il s'est arrêté lors des quatre dernières Coupes du Monde de la FIFA.
En route vers l‘Afrique du Sud 2010
Après s‘être défait de Belize sans frémir en première phase, le Mexique s‘est retrouvé dans un groupe difficile pour le tour suivant. La Jamaïque, le Canada et le Honduras ont posé beaucoup plus de problèmes que prévu à la formation alors dirigée par Sven Göran Eriksson. Celle-ci ne s‘est d‘ailleurs qualifiée qu‘à la faveur d‘une meilleure différence de buts que les Reggae Boyz.
La Tricolor a connu un départ chaotique dans l‘Hexagonal final. Après une victoire 2:0 contre le Costa Rica, elle a concédé deux défaites contre les Etats-Unis (2:0) et le Honduras (3:1) qui ont obligé la fédération à prendre des mesures. Exit Eriksson, place à Javier Aguirre, qui avait déjà pris les rênes de la sélection dans des circonstances similaires sur le chemin de Corée/Japon 2002. L‘ancien entraîneur de l‘Atlético de Madrid a encore réussi des miracles. Après un douloureux revers au Salvador (2:1), il a radicalement inversé le destin aztèque. En s‘imposant consécutivement contre Trinité-et-Tobago (2:1), les Etats-Unis (1:0), le Costa Rica (0:3), le Honduras (1:0) et le Salvador (4:1), ses protégés ont composté leur billet à une journée de la fin. Débarrassés de toute pression, ils ont concédé le nul (2:2) face aux Soca Warriors pour terminer à la deuxième place.
Le sélectionneur
Javier Aguirre est l‘entraîneur mexicain à avoir connu le plus de succès ces dernières années. Après avoir mené Pachuca, alors inconnu du grand public, au titre national en 1999, il prend les commandes d‘une sélection mexicaine en pleine détresse dans la compétition préliminaire de Corée/Japon 2002.
Non content d‘envoyer la Tricolor en Asie, el Vasco l‘emmène également jusqu‘aux huitièmes de finale après sa première place dans un groupe relevé composé de l‘Italie, l‘Irlande et l‘Equateur. Après Corée/Japon 2002, il signe à Osasuna, qu‘il qualifie pour la Ligue des champions de l‘UEFA lors de la saison 2005/06. Ce fait d‘armes séduit l‘Atlético de Madrid, avec lequel il termine quatrième de la Liga 2007/2008. Après avoir quitté la maison colchonera au début de l‘année 2009, Aguirre vient au chevet d‘une sélection mexicaine en pleine crise et sauve son pays pour la deuxième fois. Il sera déterminé à poursuivre l‘aventure en Afrique du Sud 2010.
Les joueurs vedettes
Le grand artisan de la métamorphose verte a sans conteste été Cuauhtémoc Blanco. Tiré de sa retraite internationale par Javier Aguirre, le vieux briscard est devenu le symbole de la résurrection aztèque. Dans son sillage, la jeunesse mexicaine incarnée par Guillermo Ochoa, Efraín Juárez, Andrés Guardado et Giovani dos Santos s‘est épanouie. Avec le capitaine Rafael Márquez, ces hommes seront les fers de lance du Mexique en Afrique du Sud 2010.
Passé en Coupe du Monde de la FIFA
- Le Mexique s‘est qualifié pour 14 Coupes du Monde de la FIFA. Aucune sélection de la CONCACAF ne dit mieux.
- Le meilleur résultat du Mexique dans l‘épreuve suprême reste la septième place. La Tricolor y a terminé lors des deux éditions organisées sur ses terres, en 1970 et 1986.
- En Afrique du Sud 2010, la sélection mexicaine disputera sa cinquième édition consécutive de l‘épreuve suprême. Lors des quatre dernières, elle a été sortie en huitièmes de finale.
Palmarès
- Au cours de l‘ère Aguirre, le Mexique a signé une impressionnante série de 12 matches sans défaite qui a pris fin lors d‘un revers en amical contre la Colombie (2:1). Pour ce match, le sélectionneur n‘avait fait appel qu‘à des joueurs évoluant dans le championnat du Mexique.
- Dans le groupe qui a décroché la qualification pour l‘Afrique du Sud 2010, on trouve quatre vainqueurs de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Pérou 2005 : Giovani dos Santos, Carlos Vela, Efraín Juárez et Héctor Moreno.
- Aucun joueur mexicain ne figure dans les 20 meilleurs buteurs des qualifications de la CONCACAF. Cependant, pas moins de 18 Aztèques ont trouvé le chemin des filets au cours de cette campagne.
Entendu...
"Je suis serein. Quand on remplit la mission pour laquelle on a été engagé, on a la sensation de ne pas avoir trahi les gens qui vous ont fait confiance. Je suis heureux et fier. Quand je suis arrivé, nous étions cinquièmes, à neuf points de la première place. Aujourd‘hui, nous sommes qualifiés pour la Coupe du Monde." - Javier Aguirre, sélectionneur.
En route vers l‘Afrique du Sud 2010
Après s‘être défait de Belize sans frémir en première phase, le Mexique s‘est retrouvé dans un groupe difficile pour le tour suivant. La Jamaïque, le Canada et le Honduras ont posé beaucoup plus de problèmes que prévu à la formation alors dirigée par Sven Göran Eriksson. Celle-ci ne s‘est d‘ailleurs qualifiée qu‘à la faveur d‘une meilleure différence de buts que les Reggae Boyz.
La Tricolor a connu un départ chaotique dans l‘Hexagonal final. Après une victoire 2:0 contre le Costa Rica, elle a concédé deux défaites contre les Etats-Unis (2:0) et le Honduras (3:1) qui ont obligé la fédération à prendre des mesures. Exit Eriksson, place à Javier Aguirre, qui avait déjà pris les rênes de la sélection dans des circonstances similaires sur le chemin de Corée/Japon 2002. L‘ancien entraîneur de l‘Atlético de Madrid a encore réussi des miracles. Après un douloureux revers au Salvador (2:1), il a radicalement inversé le destin aztèque. En s‘imposant consécutivement contre Trinité-et-Tobago (2:1), les Etats-Unis (1:0), le Costa Rica (0:3), le Honduras (1:0) et le Salvador (4:1), ses protégés ont composté leur billet à une journée de la fin. Débarrassés de toute pression, ils ont concédé le nul (2:2) face aux Soca Warriors pour terminer à la deuxième place.
Le sélectionneur
Javier Aguirre est l‘entraîneur mexicain à avoir connu le plus de succès ces dernières années. Après avoir mené Pachuca, alors inconnu du grand public, au titre national en 1999, il prend les commandes d‘une sélection mexicaine en pleine détresse dans la compétition préliminaire de Corée/Japon 2002.
Non content d‘envoyer la Tricolor en Asie, el Vasco l‘emmène également jusqu‘aux huitièmes de finale après sa première place dans un groupe relevé composé de l‘Italie, l‘Irlande et l‘Equateur. Après Corée/Japon 2002, il signe à Osasuna, qu‘il qualifie pour la Ligue des champions de l‘UEFA lors de la saison 2005/06. Ce fait d‘armes séduit l‘Atlético de Madrid, avec lequel il termine quatrième de la Liga 2007/2008. Après avoir quitté la maison colchonera au début de l‘année 2009, Aguirre vient au chevet d‘une sélection mexicaine en pleine crise et sauve son pays pour la deuxième fois. Il sera déterminé à poursuivre l‘aventure en Afrique du Sud 2010.
Les joueurs vedettes
Le grand artisan de la métamorphose verte a sans conteste été Cuauhtémoc Blanco. Tiré de sa retraite internationale par Javier Aguirre, le vieux briscard est devenu le symbole de la résurrection aztèque. Dans son sillage, la jeunesse mexicaine incarnée par Guillermo Ochoa, Efraín Juárez, Andrés Guardado et Giovani dos Santos s‘est épanouie. Avec le capitaine Rafael Márquez, ces hommes seront les fers de lance du Mexique en Afrique du Sud 2010.
Passé en Coupe du Monde de la FIFA
- Le Mexique s‘est qualifié pour 14 Coupes du Monde de la FIFA. Aucune sélection de la CONCACAF ne dit mieux.
- Le meilleur résultat du Mexique dans l‘épreuve suprême reste la septième place. La Tricolor y a terminé lors des deux éditions organisées sur ses terres, en 1970 et 1986.
- En Afrique du Sud 2010, la sélection mexicaine disputera sa cinquième édition consécutive de l‘épreuve suprême. Lors des quatre dernières, elle a été sortie en huitièmes de finale.
Palmarès
- Au cours de l‘ère Aguirre, le Mexique a signé une impressionnante série de 12 matches sans défaite qui a pris fin lors d‘un revers en amical contre la Colombie (2:1). Pour ce match, le sélectionneur n‘avait fait appel qu‘à des joueurs évoluant dans le championnat du Mexique.
- Dans le groupe qui a décroché la qualification pour l‘Afrique du Sud 2010, on trouve quatre vainqueurs de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Pérou 2005 : Giovani dos Santos, Carlos Vela, Efraín Juárez et Héctor Moreno.
- Aucun joueur mexicain ne figure dans les 20 meilleurs buteurs des qualifications de la CONCACAF. Cependant, pas moins de 18 Aztèques ont trouvé le chemin des filets au cours de cette campagne.
Entendu...
"Je suis serein. Quand on remplit la mission pour laquelle on a été engagé, on a la sensation de ne pas avoir trahi les gens qui vous ont fait confiance. Je suis heureux et fier. Quand je suis arrivé, nous étions cinquièmes, à neuf points de la première place. Aujourd‘hui, nous sommes qualifiés pour la Coupe du Monde." - Javier Aguirre, sélectionneur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.