La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les traditions se perdent
Le Mawlid Ennabaoui echarif à Constantine
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 02 - 2011

C'est une ville de Constantine étonnamment calme qui s'est offerte au regard le lendemain d'une fête (Mawlid Ennabaoui), pourtant religieuse, mais qui semble avoir été dédiée exclusivement au bruit assourdissant des pétards. Pourtant, à y regarder de près, beaucoup d'habitants de cette cité et de ses environs s'attachent toujours à fêter l'anniversaire de la naissance du Prophète de l'Islam (QSSSL) selon des traditions solidement ancrées, même si le cérémonial de la célébration semble, aujourd'hui, bien différent de celui d'antan.
C'est une ville de Constantine étonnamment calme qui s'est offerte au regard le lendemain d'une fête (Mawlid Ennabaoui), pourtant religieuse, mais qui semble avoir été dédiée exclusivement au bruit assourdissant des pétards. Pourtant, à y regarder de près, beaucoup d'habitants de cette cité et de ses environs s'attachent toujours à fêter l'anniversaire de la naissance du Prophète de l'Islam (QSSSL) selon des traditions solidement ancrées, même si le cérémonial de la célébration semble, aujourd'hui, bien différent de celui d'antan.
Jadis, la ville du Vieux rocher fêtait l'évènement non seulement le 12 Rabie El-Awal mais durant toute la semaine, allant du 11e au 17e jour de ce mois du calendrier de l'Hégire. Une attention particulière est vouée à la dimension spirituelle de cette fête religieuse exprimée par l'invocation d'Allah et la glorification du Sceau des Prophètes. Les zaouïas de Constantine, à l'instar de celles de Ben Abderahmane et de Sidi Rached, recevaient les cheïkhs de la région qui prenaient part aux réunions de dhik'r, de lecture du Saint Coran et de déclamation de madih. Dans les mosquées, des concours sur les connaissances religieuses et de récitation du Coran étaient organisés et suscitaient un engouement incroyable.
Dans la cour de la maison, avant le lever du soleil
Dans les foyers constantinois, les femmes se réveillaient "avant le lever du soleil", se souvient hadja Fatma (80 ans), habitant le vieux quartier El-Batha. "Autrefois, dit-elle, on invitait nos voisines à la cour de notre maison pour entamer dès les premières lueurs du jour la préparation de mets les plus délicats en quantités abondantes, notamment ethrid et echekhchoukha." Une partie de ces plats était conservée et l'autre était donnée en aumône. C'était souvent de larges gassaâs (grands plats en bois pour six personnes) de chekhchoukha, chargées de viande et de légumes qui prenaient le chemin des mosquées où qui étaient servies devant les entrées des maisons aux passants démunis. Dans l'après-midi, la maison était soigneusement nettoyée et parfumée
d'encens et de musc laissant le temps aux femmes de se parer de leurs plus beaux atours en prévision de la veillée du Mawlid, ajoute hadja Fatma avant d'enchaîner qu'une fois le soleil couché, les bougies étaient allumées et les bendirs tonnaient pour accompagner les madihs, dont le célèbre Zad Ennabi oua frahna bih (le Prophète est né, nous nous en réjouissons), collectivement chantés dans une ambiance de grande joie.
Une sorte "d'autarcie"
Les veillées se terminaient par des qaâdate autour des grands-mères qui relataient avec un talent de brillantes oratrices les histoires fabuleuses de Sidna Ali. Le lendemain de cette fête qui, ajoute cette octogénaire, réunissait tous les membres de la famille et consacrait les pratiques de solidarité parmi les habitants du même quartier, l'on préparait des ghrayaf et du garyouch (pâtisseries traditionnelles). Aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé même si certaines familles constantinoises continuaient de marquer leur attachement à ces rites ancestraux. Les actions collectives de solidarité, à l'intérieur d'un même quartier, ont disparu, ainsi que les grandes réunions de familles et les festins auxquels l'on conviait proches, voisins et amis. Chaque petit ménage semble aujourd'hui vivre dans une sorte d'autarcie. Et puis, peut-on seulement se lever aux premières lueurs du jour quand, jusqu'à des heures indues, trouver le sommeil relève du miracle à cause des crépitements de produits pyrotechniques et parfois même à de véritables déflagrations, fruit de curieuses "recettes" et d'assemblages de dizaines de pétards ? Voilà qui explique sans doute tout le calme de l'antique Cirta, le lendemain du Mawlid.
Jadis, la ville du Vieux rocher fêtait l'évènement non seulement le 12 Rabie El-Awal mais durant toute la semaine, allant du 11e au 17e jour de ce mois du calendrier de l'Hégire. Une attention particulière est vouée à la dimension spirituelle de cette fête religieuse exprimée par l'invocation d'Allah et la glorification du Sceau des Prophètes. Les zaouïas de Constantine, à l'instar de celles de Ben Abderahmane et de Sidi Rached, recevaient les cheïkhs de la région qui prenaient part aux réunions de dhik'r, de lecture du Saint Coran et de déclamation de madih. Dans les mosquées, des concours sur les connaissances religieuses et de récitation du Coran étaient organisés et suscitaient un engouement incroyable.
Dans la cour de la maison, avant le lever du soleil
Dans les foyers constantinois, les femmes se réveillaient "avant le lever du soleil", se souvient hadja Fatma (80 ans), habitant le vieux quartier El-Batha. "Autrefois, dit-elle, on invitait nos voisines à la cour de notre maison pour entamer dès les premières lueurs du jour la préparation de mets les plus délicats en quantités abondantes, notamment ethrid et echekhchoukha." Une partie de ces plats était conservée et l'autre était donnée en aumône. C'était souvent de larges gassaâs (grands plats en bois pour six personnes) de chekhchoukha, chargées de viande et de légumes qui prenaient le chemin des mosquées où qui étaient servies devant les entrées des maisons aux passants démunis. Dans l'après-midi, la maison était soigneusement nettoyée et parfumée
d'encens et de musc laissant le temps aux femmes de se parer de leurs plus beaux atours en prévision de la veillée du Mawlid, ajoute hadja Fatma avant d'enchaîner qu'une fois le soleil couché, les bougies étaient allumées et les bendirs tonnaient pour accompagner les madihs, dont le célèbre Zad Ennabi oua frahna bih (le Prophète est né, nous nous en réjouissons), collectivement chantés dans une ambiance de grande joie.
Une sorte "d'autarcie"
Les veillées se terminaient par des qaâdate autour des grands-mères qui relataient avec un talent de brillantes oratrices les histoires fabuleuses de Sidna Ali. Le lendemain de cette fête qui, ajoute cette octogénaire, réunissait tous les membres de la famille et consacrait les pratiques de solidarité parmi les habitants du même quartier, l'on préparait des ghrayaf et du garyouch (pâtisseries traditionnelles). Aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé même si certaines familles constantinoises continuaient de marquer leur attachement à ces rites ancestraux. Les actions collectives de solidarité, à l'intérieur d'un même quartier, ont disparu, ainsi que les grandes réunions de familles et les festins auxquels l'on conviait proches, voisins et amis. Chaque petit ménage semble aujourd'hui vivre dans une sorte d'autarcie. Et puis, peut-on seulement se lever aux premières lueurs du jour quand, jusqu'à des heures indues, trouver le sommeil relève du miracle à cause des crépitements de produits pyrotechniques et parfois même à de véritables déflagrations, fruit de curieuses "recettes" et d'assemblages de dizaines de pétards ? Voilà qui explique sans doute tout le calme de l'antique Cirta, le lendemain du Mawlid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.