Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mort d'Oussama Ben Laden
Lors d'une opération commando menée par la Cia au Pakistan
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 05 - 2011

L'homme le plus recherché dans le monde n'est plus. Le chef de l'organisation terroriste Al -Qaïda, Oussama Ben Laden, a été, en effet, tué par un commando de la CIA dimanche soir au Pakistan.
L'homme le plus recherché dans le monde n'est plus. Le chef de l'organisation terroriste Al -Qaïda, Oussama Ben Laden, a été, en effet, tué par un commando de la CIA dimanche soir au Pakistan.
Le désormais ex- chef d'Al Qaïda a été localisé et tué par conséquent dans une résidence à Abbottabad, une ville située à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale pakistanaise, Islamabad, dans un complexe résidentiel où il se cachait et ce, après un échange de tirs. C'est donc la fin d'une traque qui a duré presque dix années, soit depuis les sanglants attentats du 11 septembre 2001, qui ont visé le World Trade Center de New York. Des attentats qui ont causé la mort de milliers de personnes et ont, de par leur ampleur, leur originalité et leur audace, traumatisé le pays de l'Oncle Sam. Cet événement a été dès lors, on s'en doute, accueilli avec joie dans le monde entier comme l'attestent les réactions en série. « Je peux faire part au peuple américain et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben Laden, le chef d'Al Qaïda et un terroriste qui est responsable de l'assassinat de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants innocents », a indiqué tard dans la nuit du dimanche au lundi le président des Etats-Unis, Barak Obama, dans une allocution télévisée. Pour le président des Etats-Unis, qui a eu donc le privilège d'annoncer cette nouvelle au monde entier, Al Qaïda « est une organisation dirigée par Oussama Ben Laden, qui avait ouvertement déclaré la guerre aux Etats-Unis et s'était engagée à tuer des innocents dans notre pays et partout dans le monde ». Le chef de la Maison Blanche a aussi précisé, dans son discours, que depuis quelques mois, et grâce au travail « minitieux » mené par les services américains du renseignement, la « nasse » s'est peu à peu refermée sur le terroriste le plus recherché dans le monde et dont la tête à été mise à prix pour la somme de 25 millions de dollars.
Une affaire de renseignement
Finalement donc les Etats-Unis sont venus à bout du chef d'Al-Qaïda, considéré par tous les observateurs comme la bête noire de la première puissance du monde. Cette réussite est due en premier lieu à un travail minitieux des services du renseignement américain en général et de la CIA en particulier, puisque c'est un commando de cette dernière qui a accompli cette mission au cœur du Pakistan. Le chef de la Maison Blanche a, dans son allocution, donné quelques précisions à ce propos. Barak Obama a en effet précisé que c'est au mois d'août de l'année passée qu'il a été informé d'une « piste » sur Ben Laden. « La semaine dernière, j'ai finalement confirmé que nous avions suffisamment d'informations sur l'endroit exact où il se trouvait » a-t-il souligné ajoutant qu' « aujourd'hui, sous ma direction, les Etats-Unis ont lancé une opération contre ce complexe résidentiel, qui se trouve à Abbottabad (Pakistan), et menée par une petite équipe de militaires américains qui a pris soin d'éviter les pertes civiles. Après un échange de tirs, ils ont tué Oussama Ben Laden et gardé son corps ». Le chef du réseau islamiste Al Qaïda se cachait dans un vaste complexe résidentiel fortement protégé à Abbottabad, une ville aisée située à une soixantaine de kilomètres au nord d'Islamabad, la capitale pakistanaise. Selon ce qui a filtré de cette opération menée par les forces spéciales Oussama Ben Laden a été touché mortellement à la tête au cours de la fusillade. Trois autres hommes ont péri, dont un fils d'Oussama ben Laden, ainsi qu'une femme, annoncent en outre certaines agences de presse. « Justice a été faite », a déclaré le président américain Barak Obama, quia cependant averti que sa mort « ne marque pas la fin de nos efforts contre les terroristes d'Al Qaïda qui va continuer à tenter de mener des attaques ».
Une traque de dix ans
Les Etats-Unis ont mis ainsi beaucoup de temps, une décennie, pour mette hors d'état de nuire le chef d'Al Qaïda. Une très longue durée, qui a même soulevé moult interrogations et jeté la suspicion sur les intentions réelles des Etats-Unis.
Car pour certains, la plus grande puissance au monde avait besoin d'Oussama Ben Laden vivant, pour pouvoir justifier toutes les stratégies employées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme qui est une priorité absolue pour l'administration américaine. Même les frappes les plus chirurgicales, lors de l'invasion de l'Afghanistan n'ont pas permis à l'armée américaine de tuer Ben Laden qui s'est installé dans ce pays dès 1996. Il reste donc introuvable. Ainsi dès la fin décembre de l'année 2001, les renseignements américains croient le localiser dans les grottes et les souterrains de Tora Bora, dans l'est de l'Afghanistan, près de la frontière pakistanaise. Mais depuis toutes les informations se sont estimées être erronées et Oussama Ben Laden continuait, de temps à d'autre, de narguer les puissances occidentales par le biais d'enregistrements vidéo ou audio en appelant ses troupes à poursuivre la lutte contre les « impies ».
REACTIONS :
Washington n'a pas prévenu Islamabad de l'opération contre Ben Laden)
Un haut responsable américain a annoncé hier, que son pays n'avait pas partagé avec le Pakistan "les renseignements sur la résidence ou se trouvait le chef du reseau terroriste Al-Qaïda, Oussama Ben Laden", tué dimanche dans une opération commando américaine. "Nous n'avons partagé les renseignements sur la résidence (où se trouvait le chef d'Al Qaïda) avec aucun autre pays, y compris le Pakistan", a déclaré le haut responsable américain, cité par les médias américains. Le même responsable américain a ajouté que son pays "avait été clair avec le Pakistan qu'il poursuivrait Ben Laden où qu'il se trouve". "Le Pakistan a compris depuis longtemps que nous sommes en guerre contre le réseau terroriste Al-Qaïda, les Etats-Unis avaient l'obligation légale et morale d'agir sur la base des informations dont ils disposaient", a-t-il justifié.
Scènes de liesse aux Etats-Unis
Il était 23 heures passées quand l'Amérique a appris la nouvelle. La rumeur courait, depuis qu'un haut fonctionnaire avait vendu la mèche. L'annonce d'un discours du président Obama a confirmé la nouvelle, et ce sont des centaines de personnes d'abord, puis des milliers qui se sont agglutinées près de la Maison Blanche en criant leur joie, à grand coup de slogans "USA, USA!". Dans la foule, on entend des slogans « nous avons gagné ». « Je n'ai jamais ressenti pareille émotion, raconte un des participants, cité par le monde.fr. C'est quelque chose que nous avons attendu si longtemps! »Et pendant ce temps-là, le dollar grimpe sur les marchés financiers. Beaucoup d'américains ont posté des vidéos amateures sur You Tube, afin de partager ce moment.
Ankara salue la mort de Ben Laden
Le président turc Abdullah Gül a salué hier, la mort du chef du réseau terroriste d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden, tué lors d'une opération de commandos américains près d'Islamabad (Pakistan). "J'accueille avec grande satisfaction sa mort », a déclaré M. Gül à des médias, dans sa première réaction à l'annonce de la mort de Ben Laden, faite dimanche soir par le président américain Barack Obama. La métropole turque Istanbul a été touchée en novembre 2003 par des attentats qui avaient fait 63 morts, dont le consul britannique. Ces attaques ont été attribuées par les autorités turques à une cellule d'Al-Qaïda implantée dans le pays.
Tokyo se félicite
Le Japon s'est félicité, hier, de la mort du chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, en soulignant qu'il s'agit d'"un progrès significatif" dans la lutte contre le terrorisme. Dans une déclaration, citée par les médias nippons, le ministre japonais des Affaires étrangères, Takeaki Matsumoto a affirmé que son pays avait "également activement participé aux efforts pour éliminer le terrorisme, en particulier à travers sa coopération en Afghanistan et au Pakistan".. Matsumoto a toutefois mis en garde que la mort du chef d'Al-Qaïda ne signifie pas "la fin de cette histoire", ajoutant que le Japon allait renforcer la sécurité de ses bases militaires. "Il n'est pas facile de prévoir quelles pourraient être les éventuelles représailles, mais nous allons augmenter le nombre de patrouilles de sécurité sur les bases des Forces d'autodéfense (armée nippone)", a-t-il encore dit.
L'UE qualifie la mort de Ben Laden de « résultat majeur » dans la lutte contre le terrorisme
L'Union européenne (UE) a qualifié, hier, la mort du chef du réseau terroriste Al Qaïda, Oussama Ben Laden, de « résultat majeur » dans la lutte contre le terrorisme. Dans un communiqué rendu public, les présidents de l'Union européenne Herman Van Rompuy et de la Commission européenne José Manuel Barroso ont souligné que cette annonce est « un résultat majeur dans nos efforts en vue de débarrasser le monde du terrorisme ». MM. Van Rompuy et Barroso ont estimé, à ce propos, que la mort de Ben Laden « rend le monde plus sûr et montre que de tels crimes » qui ont coûté la vie à « des milliers d'innocents », ne « peuvent rester impunis ». "L'Union européenne continue à se tenir aux côtés des Etats-Unis, de nos partenaires internationaux et de nos amis dans le monde musulman pour combattre le fléau de l'extrémisme mondial et pour bâtir un monde de paix, de sécurité et de prospérité pour tous », est-il souligné.
«Un succès important» selon la Russie
Dans un communiqué, la Présidence russe a salué l'élimination de Ben Laden la qualifiant de « succès important obtenu par les Etats-Unis dans la guerre contre le terrorisme international ». « La Russie est l'un des premiers pays à avoir fait face à la menace posée par le terrorisme global", a-t-elle ajouté.
Paris, Londres, Rome et Berlin saluent
La Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, ont eux aussi, salué « une victoire des forces de paix », un « Evènement majeur dans la lutte anti-terroriste » et « un grand soulagement pour les peuples dans le monde ». Par la voix de son ministre des Affaires étrangères Franco Frattini, l'Italie a salué « une grande victoire du bien contre le mal ».
Ryad espère que la mort de Ben Laden va renforcer la lutte antiterroriste
L'Arabie saoudite a exprimé l'espoir que l'élimination d'Oussama Ben Laden, déchu de sa nationalité saoudienne,« contribuera à renforcer » la lutte internationale « contre le terrorisme », dans un communiqué officiel.
L'Inde dénonce le Pakistan jugé « sanctuaire » terroriste
L'Inde estime que la mort d'Oussama Ben Laden au Pakistan montre à quel point son voisin d'Asie du Sud est un« sanctuaire » pour les terroristes, appelant une nouvelle fois Islamabad à arrêter les cerveaux présumés des sanglants attentats de Bombay en 2008, qui ont fait 166 morts.
Le désormais ex- chef d'Al Qaïda a été localisé et tué par conséquent dans une résidence à Abbottabad, une ville située à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale pakistanaise, Islamabad, dans un complexe résidentiel où il se cachait et ce, après un échange de tirs. C'est donc la fin d'une traque qui a duré presque dix années, soit depuis les sanglants attentats du 11 septembre 2001, qui ont visé le World Trade Center de New York. Des attentats qui ont causé la mort de milliers de personnes et ont, de par leur ampleur, leur originalité et leur audace, traumatisé le pays de l'Oncle Sam. Cet événement a été dès lors, on s'en doute, accueilli avec joie dans le monde entier comme l'attestent les réactions en série. « Je peux faire part au peuple américain et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben Laden, le chef d'Al Qaïda et un terroriste qui est responsable de l'assassinat de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants innocents », a indiqué tard dans la nuit du dimanche au lundi le président des Etats-Unis, Barak Obama, dans une allocution télévisée. Pour le président des Etats-Unis, qui a eu donc le privilège d'annoncer cette nouvelle au monde entier, Al Qaïda « est une organisation dirigée par Oussama Ben Laden, qui avait ouvertement déclaré la guerre aux Etats-Unis et s'était engagée à tuer des innocents dans notre pays et partout dans le monde ». Le chef de la Maison Blanche a aussi précisé, dans son discours, que depuis quelques mois, et grâce au travail « minitieux » mené par les services américains du renseignement, la « nasse » s'est peu à peu refermée sur le terroriste le plus recherché dans le monde et dont la tête à été mise à prix pour la somme de 25 millions de dollars.
Une affaire de renseignement
Finalement donc les Etats-Unis sont venus à bout du chef d'Al-Qaïda, considéré par tous les observateurs comme la bête noire de la première puissance du monde. Cette réussite est due en premier lieu à un travail minitieux des services du renseignement américain en général et de la CIA en particulier, puisque c'est un commando de cette dernière qui a accompli cette mission au cœur du Pakistan. Le chef de la Maison Blanche a, dans son allocution, donné quelques précisions à ce propos. Barak Obama a en effet précisé que c'est au mois d'août de l'année passée qu'il a été informé d'une « piste » sur Ben Laden. « La semaine dernière, j'ai finalement confirmé que nous avions suffisamment d'informations sur l'endroit exact où il se trouvait » a-t-il souligné ajoutant qu' « aujourd'hui, sous ma direction, les Etats-Unis ont lancé une opération contre ce complexe résidentiel, qui se trouve à Abbottabad (Pakistan), et menée par une petite équipe de militaires américains qui a pris soin d'éviter les pertes civiles. Après un échange de tirs, ils ont tué Oussama Ben Laden et gardé son corps ». Le chef du réseau islamiste Al Qaïda se cachait dans un vaste complexe résidentiel fortement protégé à Abbottabad, une ville aisée située à une soixantaine de kilomètres au nord d'Islamabad, la capitale pakistanaise. Selon ce qui a filtré de cette opération menée par les forces spéciales Oussama Ben Laden a été touché mortellement à la tête au cours de la fusillade. Trois autres hommes ont péri, dont un fils d'Oussama ben Laden, ainsi qu'une femme, annoncent en outre certaines agences de presse. « Justice a été faite », a déclaré le président américain Barak Obama, quia cependant averti que sa mort « ne marque pas la fin de nos efforts contre les terroristes d'Al Qaïda qui va continuer à tenter de mener des attaques ».
Une traque de dix ans
Les Etats-Unis ont mis ainsi beaucoup de temps, une décennie, pour mette hors d'état de nuire le chef d'Al Qaïda. Une très longue durée, qui a même soulevé moult interrogations et jeté la suspicion sur les intentions réelles des Etats-Unis.
Car pour certains, la plus grande puissance au monde avait besoin d'Oussama Ben Laden vivant, pour pouvoir justifier toutes les stratégies employées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme qui est une priorité absolue pour l'administration américaine. Même les frappes les plus chirurgicales, lors de l'invasion de l'Afghanistan n'ont pas permis à l'armée américaine de tuer Ben Laden qui s'est installé dans ce pays dès 1996. Il reste donc introuvable. Ainsi dès la fin décembre de l'année 2001, les renseignements américains croient le localiser dans les grottes et les souterrains de Tora Bora, dans l'est de l'Afghanistan, près de la frontière pakistanaise. Mais depuis toutes les informations se sont estimées être erronées et Oussama Ben Laden continuait, de temps à d'autre, de narguer les puissances occidentales par le biais d'enregistrements vidéo ou audio en appelant ses troupes à poursuivre la lutte contre les « impies ».
REACTIONS :
Washington n'a pas prévenu Islamabad de l'opération contre Ben Laden)
Un haut responsable américain a annoncé hier, que son pays n'avait pas partagé avec le Pakistan "les renseignements sur la résidence ou se trouvait le chef du reseau terroriste Al-Qaïda, Oussama Ben Laden", tué dimanche dans une opération commando américaine. "Nous n'avons partagé les renseignements sur la résidence (où se trouvait le chef d'Al Qaïda) avec aucun autre pays, y compris le Pakistan", a déclaré le haut responsable américain, cité par les médias américains. Le même responsable américain a ajouté que son pays "avait été clair avec le Pakistan qu'il poursuivrait Ben Laden où qu'il se trouve". "Le Pakistan a compris depuis longtemps que nous sommes en guerre contre le réseau terroriste Al-Qaïda, les Etats-Unis avaient l'obligation légale et morale d'agir sur la base des informations dont ils disposaient", a-t-il justifié.
Scènes de liesse aux Etats-Unis
Il était 23 heures passées quand l'Amérique a appris la nouvelle. La rumeur courait, depuis qu'un haut fonctionnaire avait vendu la mèche. L'annonce d'un discours du président Obama a confirmé la nouvelle, et ce sont des centaines de personnes d'abord, puis des milliers qui se sont agglutinées près de la Maison Blanche en criant leur joie, à grand coup de slogans "USA, USA!". Dans la foule, on entend des slogans « nous avons gagné ». « Je n'ai jamais ressenti pareille émotion, raconte un des participants, cité par le monde.fr. C'est quelque chose que nous avons attendu si longtemps! »Et pendant ce temps-là, le dollar grimpe sur les marchés financiers. Beaucoup d'américains ont posté des vidéos amateures sur You Tube, afin de partager ce moment.
Ankara salue la mort de Ben Laden
Le président turc Abdullah Gül a salué hier, la mort du chef du réseau terroriste d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden, tué lors d'une opération de commandos américains près d'Islamabad (Pakistan). "J'accueille avec grande satisfaction sa mort », a déclaré M. Gül à des médias, dans sa première réaction à l'annonce de la mort de Ben Laden, faite dimanche soir par le président américain Barack Obama. La métropole turque Istanbul a été touchée en novembre 2003 par des attentats qui avaient fait 63 morts, dont le consul britannique. Ces attaques ont été attribuées par les autorités turques à une cellule d'Al-Qaïda implantée dans le pays.
Tokyo se félicite
Le Japon s'est félicité, hier, de la mort du chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, en soulignant qu'il s'agit d'"un progrès significatif" dans la lutte contre le terrorisme. Dans une déclaration, citée par les médias nippons, le ministre japonais des Affaires étrangères, Takeaki Matsumoto a affirmé que son pays avait "également activement participé aux efforts pour éliminer le terrorisme, en particulier à travers sa coopération en Afghanistan et au Pakistan".. Matsumoto a toutefois mis en garde que la mort du chef d'Al-Qaïda ne signifie pas "la fin de cette histoire", ajoutant que le Japon allait renforcer la sécurité de ses bases militaires. "Il n'est pas facile de prévoir quelles pourraient être les éventuelles représailles, mais nous allons augmenter le nombre de patrouilles de sécurité sur les bases des Forces d'autodéfense (armée nippone)", a-t-il encore dit.
L'UE qualifie la mort de Ben Laden de « résultat majeur » dans la lutte contre le terrorisme
L'Union européenne (UE) a qualifié, hier, la mort du chef du réseau terroriste Al Qaïda, Oussama Ben Laden, de « résultat majeur » dans la lutte contre le terrorisme. Dans un communiqué rendu public, les présidents de l'Union européenne Herman Van Rompuy et de la Commission européenne José Manuel Barroso ont souligné que cette annonce est « un résultat majeur dans nos efforts en vue de débarrasser le monde du terrorisme ». MM. Van Rompuy et Barroso ont estimé, à ce propos, que la mort de Ben Laden « rend le monde plus sûr et montre que de tels crimes » qui ont coûté la vie à « des milliers d'innocents », ne « peuvent rester impunis ». "L'Union européenne continue à se tenir aux côtés des Etats-Unis, de nos partenaires internationaux et de nos amis dans le monde musulman pour combattre le fléau de l'extrémisme mondial et pour bâtir un monde de paix, de sécurité et de prospérité pour tous », est-il souligné.
«Un succès important» selon la Russie
Dans un communiqué, la Présidence russe a salué l'élimination de Ben Laden la qualifiant de « succès important obtenu par les Etats-Unis dans la guerre contre le terrorisme international ». « La Russie est l'un des premiers pays à avoir fait face à la menace posée par le terrorisme global", a-t-elle ajouté.
Paris, Londres, Rome et Berlin saluent
La Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, ont eux aussi, salué « une victoire des forces de paix », un « Evènement majeur dans la lutte anti-terroriste » et « un grand soulagement pour les peuples dans le monde ». Par la voix de son ministre des Affaires étrangères Franco Frattini, l'Italie a salué « une grande victoire du bien contre le mal ».
Ryad espère que la mort de Ben Laden va renforcer la lutte antiterroriste
L'Arabie saoudite a exprimé l'espoir que l'élimination d'Oussama Ben Laden, déchu de sa nationalité saoudienne,« contribuera à renforcer » la lutte internationale « contre le terrorisme », dans un communiqué officiel.
L'Inde dénonce le Pakistan jugé « sanctuaire » terroriste
L'Inde estime que la mort d'Oussama Ben Laden au Pakistan montre à quel point son voisin d'Asie du Sud est un« sanctuaire » pour les terroristes, appelant une nouvelle fois Islamabad à arrêter les cerveaux présumés des sanglants attentats de Bombay en 2008, qui ont fait 166 morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.