Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poésie populaire et chanson bédouine
Tissemsilt
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 11 - 2011

Le coup d'envoi de la 8e édition du Festival national de poésie populaire et de la chanson bédouine a été donné, lundi à Tissemsilt, par un défilé des participants au centre-ville. L'ouverture de cette manifestation à la maison de la Culture Mouloud Kacim-Naït Belkacem, coïncidant avec la célébration du 57e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution armée, a donné lieu également à des représentations folkloriques et de fantasia animées par la troupe El Wancharissi. Intervenant à cette occasion, le représentant du ministère de la Culture, M. Omar Benaicha, a indiqué que le ministère accorde une grande importance aux arts populaires qui contribuent à la construction de la personnalité et l'identité, tout en rappelant que la poésie populaire a joué un rôle important de sensibilisation durant la Guerre de libération nationale, par le biais du meddah (conteur) dans les quartiers et les marchés populaires. La première journée de ce festival, qui se poursuivra jusqu'au 4 novembre prochain, a été marquée par la présentation de chansons bedouines par le groupe Cheikh El Miloud El Fialari de Tissemsilt et du groupe de la chanson populaire Assouat Tindouf. De nombreux poètes du melhoun ont animé aussi un récital poétique glorifiant les hauts faits de la Révolution du 1er Novembre 1954. Cette édition du Festival national de la poésie populaire et de la chanson bédouine a vu la participation d'une trentaine de groupes de la chanson bédouine et plus d'une centaine de poètes venant de 37 wilayas du pays. En parallèle, le commissariat du festival a programmé plusieurs activités dont des conférences animées par des professeurs du centre universitaire de Tissemsilt s'articulant autour de divers thèmes abordant la chanson bédouine, la poésie populaire, les cercles de poètes et les grands maîtres de la chanson bédouine, ainsi que des ateliers de formation et de sensibilisation sur ces deux genres artistiques authentiques au profit des jeunes. Le hall de la maison de la culture Mouloud Kacim-Naït Belkacem a abrité, pour la circonstance, une exposition mettant en relief le patrimoine artisanal que recèle la région de Tissemsilt dont la tapisserie et la maroquinerie, ainsi que des photos de la précédente édition de ce festival.
5e festival de la musique San'a a
Cheikh Mustapha Benguergoura donne le coup de starter
Le 5e Festival national de musique San'a s'est ouvert, lundi soir, à la salle Ibn-Zeydoun (Alger), avec une nouba Mezmoum interprétée par cheikh Mustapha Benguergoura accompagné par l'Ensemble régional de musique andalouse d'Alger. D'une voix chaude et grave au timbre mélancolique, l'artiste a entamé la nouba par un M'çeder Ya Men Saken Sadri, clamant des paroles exprimant le trouble d'un homme amoureux au coeur profondément épris. Il a poursuivi la nouba par un Betaïhi Atani Rassoul, un Derdj Saraqa El Ghosnou, un Inciraf Koum Yassir Lana pour la terminer par deux Khlass Ya Moukabil et Ya Rouhi, dans un enchaînement harmonieux des morceaux avec une justesse remarquable dans la voix. L'amour, la passion, le printemps, la nature, les fleurs et tout ce qui peut suggérer la beauté, se sont dégagés de la poésie andalouse chantée par cheikh Benguergoura qui était installé au milieu des musiciens de l'Ensemble régional d'Alger, dirigé par cheikh Mokdad Zerrouk, également commissaire du festival. La deuxième partie de la soirée inaugurale du festival, avec la participation de treize associations de musique andalouse, a été animée par les associations El Fen Wa Nachat de Mostaganem et les Beaux-Arts d'Alger qui ont gratifié respectivement l'assistance de deux noubas dans les modes Dil et Ghrib. Outre ces deux associations, la compétition pour décrocher le premier prix du festival concernera, également, les associations Amel Sougueur (Tiaret), El Motribi (Blida), El Youssoufia (Miliana), Er-Rachidia (Cherchel), Es-Sendoussia (Alger), Cordoba (Alger), Er-Rachidia (Mascara), El Fen Ouel Adab (Blida), Djenadia (Boufarik), El Fen El Acil (Khemis Miliana) et Ibnou Badja (Mostaganem). Le festival, dédié à la San'a, un genre musical dérivé de la musique andalouse propre à l'école d'Alger tout comme le Gharnati (Tlemcen) et le Malouf (Constantine), se poursuivra jusqu'au 5 novembre. Un hommage sera rendu au maître de la mandoline et de la kwitra, Mustapha Bahar, appelé aussi El Hassar, lors de la soirée de clôture qui verra le passage sur scène de l'Ensemble de musique andalouse d'Alger et l'association El Kaïssaria de Cherchell.
Le coup d'envoi de la 8e édition du Festival national de poésie populaire et de la chanson bédouine a été donné, lundi à Tissemsilt, par un défilé des participants au centre-ville. L'ouverture de cette manifestation à la maison de la Culture Mouloud Kacim-Naït Belkacem, coïncidant avec la célébration du 57e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution armée, a donné lieu également à des représentations folkloriques et de fantasia animées par la troupe El Wancharissi. Intervenant à cette occasion, le représentant du ministère de la Culture, M. Omar Benaicha, a indiqué que le ministère accorde une grande importance aux arts populaires qui contribuent à la construction de la personnalité et l'identité, tout en rappelant que la poésie populaire a joué un rôle important de sensibilisation durant la Guerre de libération nationale, par le biais du meddah (conteur) dans les quartiers et les marchés populaires. La première journée de ce festival, qui se poursuivra jusqu'au 4 novembre prochain, a été marquée par la présentation de chansons bedouines par le groupe Cheikh El Miloud El Fialari de Tissemsilt et du groupe de la chanson populaire Assouat Tindouf. De nombreux poètes du melhoun ont animé aussi un récital poétique glorifiant les hauts faits de la Révolution du 1er Novembre 1954. Cette édition du Festival national de la poésie populaire et de la chanson bédouine a vu la participation d'une trentaine de groupes de la chanson bédouine et plus d'une centaine de poètes venant de 37 wilayas du pays. En parallèle, le commissariat du festival a programmé plusieurs activités dont des conférences animées par des professeurs du centre universitaire de Tissemsilt s'articulant autour de divers thèmes abordant la chanson bédouine, la poésie populaire, les cercles de poètes et les grands maîtres de la chanson bédouine, ainsi que des ateliers de formation et de sensibilisation sur ces deux genres artistiques authentiques au profit des jeunes. Le hall de la maison de la culture Mouloud Kacim-Naït Belkacem a abrité, pour la circonstance, une exposition mettant en relief le patrimoine artisanal que recèle la région de Tissemsilt dont la tapisserie et la maroquinerie, ainsi que des photos de la précédente édition de ce festival.
5e festival de la musique San'a a
Cheikh Mustapha Benguergoura donne le coup de starter
Le 5e Festival national de musique San'a s'est ouvert, lundi soir, à la salle Ibn-Zeydoun (Alger), avec une nouba Mezmoum interprétée par cheikh Mustapha Benguergoura accompagné par l'Ensemble régional de musique andalouse d'Alger. D'une voix chaude et grave au timbre mélancolique, l'artiste a entamé la nouba par un M'çeder Ya Men Saken Sadri, clamant des paroles exprimant le trouble d'un homme amoureux au coeur profondément épris. Il a poursuivi la nouba par un Betaïhi Atani Rassoul, un Derdj Saraqa El Ghosnou, un Inciraf Koum Yassir Lana pour la terminer par deux Khlass Ya Moukabil et Ya Rouhi, dans un enchaînement harmonieux des morceaux avec une justesse remarquable dans la voix. L'amour, la passion, le printemps, la nature, les fleurs et tout ce qui peut suggérer la beauté, se sont dégagés de la poésie andalouse chantée par cheikh Benguergoura qui était installé au milieu des musiciens de l'Ensemble régional d'Alger, dirigé par cheikh Mokdad Zerrouk, également commissaire du festival. La deuxième partie de la soirée inaugurale du festival, avec la participation de treize associations de musique andalouse, a été animée par les associations El Fen Wa Nachat de Mostaganem et les Beaux-Arts d'Alger qui ont gratifié respectivement l'assistance de deux noubas dans les modes Dil et Ghrib. Outre ces deux associations, la compétition pour décrocher le premier prix du festival concernera, également, les associations Amel Sougueur (Tiaret), El Motribi (Blida), El Youssoufia (Miliana), Er-Rachidia (Cherchel), Es-Sendoussia (Alger), Cordoba (Alger), Er-Rachidia (Mascara), El Fen Ouel Adab (Blida), Djenadia (Boufarik), El Fen El Acil (Khemis Miliana) et Ibnou Badja (Mostaganem). Le festival, dédié à la San'a, un genre musical dérivé de la musique andalouse propre à l'école d'Alger tout comme le Gharnati (Tlemcen) et le Malouf (Constantine), se poursuivra jusqu'au 5 novembre. Un hommage sera rendu au maître de la mandoline et de la kwitra, Mustapha Bahar, appelé aussi El Hassar, lors de la soirée de clôture qui verra le passage sur scène de l'Ensemble de musique andalouse d'Alger et l'association El Kaïssaria de Cherchell.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.