Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bilan et symptômes
Thyroïde
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 06 - 2012

Hypothyroïdie, hyperthyroïdie, goitre, nodule chaud, hormones hypophysaires... Fatigue, nervosité, hyperactivité, variation du poids... La thyroïde peut faire parler d'elle de bien des façons.
En quoi consiste
le bilan de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde peut être réalisé à partir d'une prise de sang. On mesure les taux des hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine et le taux d'une hormone hypophysaire, appelée TSH, laquelle reflète la fonction thyroïdienne. Lorsqu'elle est élevée, on pense à une hypothyroïdie. Inversement, lorsqu'elle est basse, on pense à une hyperthyroïdie. Ce bilan sanguin est réalisé lorsqu'un patient présente des symptômes évocateurs d'hypothyroïdie ou d'hyperthyroïdie.
On vérifie ainsi si les symptômes correspondent bien à une maladie de la thyroïde. On peut également réaliser ce type de bilan, en cas d'anomalies évocatrices d'une association avec une pathologie thyroïdienne, comme une hypercholestérolémie ou un diabète de type 1. L'autre bilan est morphologique.
Le médecin palpe la glande thyroïde, située à la base du coup. Il peut alors repérer une anomalie, comme un goitre (qui veut dire grosse thyroïde) ou un nodule.
Le patient est parfois gêné au niveau du cou ou peut repérer une grosseur devant son miroir. On réalise alors une échographie de la glande thyroïde, à partir de la laquelle on mesure la taille de la thyroïde, on évalue son échogénéicité, on repère les nodules et on les mesure. De temps en temps, en seconde intention, on pratique une scintigraphie, afin de savoir si le nodule repéré est hyper-fonctionnel, c'est-à-dire s'il capte le produit injecté en scintigraphie, c'est alors un nodule chaud, ou s'il est hypo-fonctionnel, dans ce cas il ne capte pas le produit injecté. Si un goitre ou un nodule est repéré, on réalise une prise de sang afin de déterminer si cette anomalie morphologique de la glande thyroïde s'accompagne aussi d'une anomalie hormonale.
Quand réaliser ces deux bilans de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde ne se justifie pas en l'absence de symptôme. A l'heure actuelle, la seule prévention est réalisée chez le nouveau-né : on mesure le taux de TSH afin de savoir si l'enfant a une hypothyroïdie néonatale.
Ce dépistage est obligatoire au 3e jour de vie et consiste à déposer une goutte de sang sur un buvard. On repère ainsi cette pathologie qui grève complètement le futur développement normal du bébé, notamment au niveau de son cerveau. Il n'existe aucun dépistage chez l'adulte, ni même chez la femme enceinte ou après la ménopause, alors que c'est une question qui pourrait être posée.
Hypothyroïdie, hyperthyroïdie, goitre, nodule chaud, hormones hypophysaires... Fatigue, nervosité, hyperactivité, variation du poids... La thyroïde peut faire parler d'elle de bien des façons.
En quoi consiste
le bilan de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde peut être réalisé à partir d'une prise de sang. On mesure les taux des hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine et le taux d'une hormone hypophysaire, appelée TSH, laquelle reflète la fonction thyroïdienne. Lorsqu'elle est élevée, on pense à une hypothyroïdie. Inversement, lorsqu'elle est basse, on pense à une hyperthyroïdie. Ce bilan sanguin est réalisé lorsqu'un patient présente des symptômes évocateurs d'hypothyroïdie ou d'hyperthyroïdie.
On vérifie ainsi si les symptômes correspondent bien à une maladie de la thyroïde. On peut également réaliser ce type de bilan, en cas d'anomalies évocatrices d'une association avec une pathologie thyroïdienne, comme une hypercholestérolémie ou un diabète de type 1. L'autre bilan est morphologique.
Le médecin palpe la glande thyroïde, située à la base du coup. Il peut alors repérer une anomalie, comme un goitre (qui veut dire grosse thyroïde) ou un nodule.
Le patient est parfois gêné au niveau du cou ou peut repérer une grosseur devant son miroir. On réalise alors une échographie de la glande thyroïde, à partir de la laquelle on mesure la taille de la thyroïde, on évalue son échogénéicité, on repère les nodules et on les mesure. De temps en temps, en seconde intention, on pratique une scintigraphie, afin de savoir si le nodule repéré est hyper-fonctionnel, c'est-à-dire s'il capte le produit injecté en scintigraphie, c'est alors un nodule chaud, ou s'il est hypo-fonctionnel, dans ce cas il ne capte pas le produit injecté. Si un goitre ou un nodule est repéré, on réalise une prise de sang afin de déterminer si cette anomalie morphologique de la glande thyroïde s'accompagne aussi d'une anomalie hormonale.
Quand réaliser ces deux bilans de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde ne se justifie pas en l'absence de symptôme. A l'heure actuelle, la seule prévention est réalisée chez le nouveau-né : on mesure le taux de TSH afin de savoir si l'enfant a une hypothyroïdie néonatale.
Ce dépistage est obligatoire au 3e jour de vie et consiste à déposer une goutte de sang sur un buvard. On repère ainsi cette pathologie qui grève complètement le futur développement normal du bébé, notamment au niveau de son cerveau. Il n'existe aucun dépistage chez l'adulte, ni même chez la femme enceinte ou après la ménopause, alors que c'est une question qui pourrait être posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.