L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bilan et symptômes
Thyroïde
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 11 - 2011

Hypothyroïdie, hyperthyroïdie, goitre, nodule chaud, hormones hypophysaires... Fatigue, nervosité, hyperactivité, variation du poids... La thyroïde peut faire parler d'elle de bien des façons.
En quoi consiste
le bilan de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde peut être réalisé à partir d'une prise de sang. On mesure les taux des hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine et le taux d'une hormone hypophysaire, appelée TSH, laquelle reflète la fonction thyroïdienne. Lorsqu'elle est élevée, on pense à une hypothyroïdie. Inversement, lorsqu'elle est basse, on pense à une hyperthyroïdie. Ce bilan sanguin est réalisé lorsqu'un patient présente des symptômes évocateurs d'hypothyroïdie ou d'hyperthyroïdie.
On vérifie ainsi si les symptômes correspondent bien à une maladie de la thyroïde. On peut également réaliser ce type de bilan, en cas d'anomalies évocatrices d'une association avec une pathologie thyroïdienne, comme une hypercholestérolémie ou un diabète de type 1. L'autre bilan est morphologique.
Le médecin palpe la glande thyroïde, située à la base du coup. Il peut alors repérer une anomalie, comme un goitre (qui veut dire grosse thyroïde) ou un nodule.
Le patient est parfois gêné au niveau du cou ou peut repérer une grosseur devant son miroir. On réalise alors une échographie de la glande thyroïde, à partir de la laquelle on mesure la taille de la thyroïde, on évalue son échogénéicité, on repère les nodules et on les mesure. De temps en temps, en seconde intention, on pratique une scintigraphie, afin de savoir si le nodule repéré est hyper-fonctionnel, c'est-à-dire s'il capte le produit injecté en scintigraphie, c'est alors un nodule chaud, ou s'il est hypo-fonctionnel, dans ce cas il ne capte pas le produit injecté. Si un goitre ou un nodule est repéré, on réalise une prise de sang afin de déterminer si cette anomalie morphologique de la glande thyroïde s'accompagne aussi d'une anomalie hormonale.
Quand réaliser ces deux bilans de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde ne se justifie pas en l'absence de symptôme. A l'heure actuelle, la seule prévention est réalisée chez le nouveau-né : on mesure le taux de TSH afin de savoir si l'enfant a une hypothyroïdie néonatale.
Ce dépistage est obligatoire au 3e jour de vie et consiste à déposer une goutte de sang sur un buvard. On repère ainsi cette pathologie qui grève complètement le futur développement normal du bébé, notamment au niveau de son cerveau. Il n'existe aucun dépistage chez l'adulte, ni même chez la femme enceinte ou après la ménopause, alors que c'est une question qui pourrait être posée.
Hypothyroïdie, hyperthyroïdie, goitre, nodule chaud, hormones hypophysaires... Fatigue, nervosité, hyperactivité, variation du poids... La thyroïde peut faire parler d'elle de bien des façons.
En quoi consiste
le bilan de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde peut être réalisé à partir d'une prise de sang. On mesure les taux des hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine et le taux d'une hormone hypophysaire, appelée TSH, laquelle reflète la fonction thyroïdienne. Lorsqu'elle est élevée, on pense à une hypothyroïdie. Inversement, lorsqu'elle est basse, on pense à une hyperthyroïdie. Ce bilan sanguin est réalisé lorsqu'un patient présente des symptômes évocateurs d'hypothyroïdie ou d'hyperthyroïdie.
On vérifie ainsi si les symptômes correspondent bien à une maladie de la thyroïde. On peut également réaliser ce type de bilan, en cas d'anomalies évocatrices d'une association avec une pathologie thyroïdienne, comme une hypercholestérolémie ou un diabète de type 1. L'autre bilan est morphologique.
Le médecin palpe la glande thyroïde, située à la base du coup. Il peut alors repérer une anomalie, comme un goitre (qui veut dire grosse thyroïde) ou un nodule.
Le patient est parfois gêné au niveau du cou ou peut repérer une grosseur devant son miroir. On réalise alors une échographie de la glande thyroïde, à partir de la laquelle on mesure la taille de la thyroïde, on évalue son échogénéicité, on repère les nodules et on les mesure. De temps en temps, en seconde intention, on pratique une scintigraphie, afin de savoir si le nodule repéré est hyper-fonctionnel, c'est-à-dire s'il capte le produit injecté en scintigraphie, c'est alors un nodule chaud, ou s'il est hypo-fonctionnel, dans ce cas il ne capte pas le produit injecté. Si un goitre ou un nodule est repéré, on réalise une prise de sang afin de déterminer si cette anomalie morphologique de la glande thyroïde s'accompagne aussi d'une anomalie hormonale.
Quand réaliser ces deux bilans de la thyroïde ?
Le bilan de la thyroïde ne se justifie pas en l'absence de symptôme. A l'heure actuelle, la seule prévention est réalisée chez le nouveau-né : on mesure le taux de TSH afin de savoir si l'enfant a une hypothyroïdie néonatale.
Ce dépistage est obligatoire au 3e jour de vie et consiste à déposer une goutte de sang sur un buvard. On repère ainsi cette pathologie qui grève complètement le futur développement normal du bébé, notamment au niveau de son cerveau. Il n'existe aucun dépistage chez l'adulte, ni même chez la femme enceinte ou après la ménopause, alors que c'est une question qui pourrait être posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.