« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La "référence religieuse nationale s'inspire de notre appartenance civilisationnelle"
Mohamed Aissa, ministre des affaires religieuses et des wakfs
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 04 - 2015

C'est ce qu'a déclaré le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa, lors de son intervention au forum d'un quotidien régional à Oran.
C'est ce qu'a déclaré le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa, lors de son intervention au forum d'un quotidien régional à Oran.
Il a souligné que la référence religieuse nationale puise son essence de « notre appartenance à notre civilisation et au choix de nos aïeux oulémas et savants » de l'exégèse basée sur le rite malékite, tout en ajoutant que le discours religieux en Algérie s'appuie sur le Coran, la Sunna et la dimension nationale.
De nombreux Etats bénéficient de cette expérience, a relevé Mohamed Aissa, soulignant que l'attachement des Algériens à la référence nationale « les a protégés et immunisés contre les idées extrémistes (...). »
Le ministre a précisé, dans ce contexte, que la loi d'orientation en matière d'affaires religieuses qui s'inscrit dans le cadre du plan national 2015-2019 protège, à travers ses grandes résolutions,la référence religieuse et garantit la promotion du discours religieux. Il a également fait savoir que son département ministériel a proposé la création d'un observatoire national pour prémunir la société contre des idées importées dont le chiisme et le charlatanisme, soulignant que cet instrument permettra la prise de mesures préventives et l'immunisation de la société.
M. Mohamed Aissa a insisté aussi sur la lutte contre le phénomène de prosélytisme qui affecte de nombreux pays dont ceux du Maghreb, tout en affirmant que la loi de la République permet à d'autres religions de pratiquer leur culte dans les lieux autorisés par l'Etat. Au sujet du projet d'amendement du code pénal concernant la violence exercée sur la femme, il a indiqué que le fiqh islamique accorde à la femme le droit de demander le divorce et une réparation quand le mari exerce sur elle la violence lui causant des blessures. Par ailleurs, le ministre a qualifié de « non sens » la demande d'une personnalité algérienne de revoir le classement des sourate dans le Coran, expliquant que l'ordre des sourate dans le Coran est du ressort de Dieu.
Il a souligné que la référence religieuse nationale puise son essence de « notre appartenance à notre civilisation et au choix de nos aïeux oulémas et savants » de l'exégèse basée sur le rite malékite, tout en ajoutant que le discours religieux en Algérie s'appuie sur le Coran, la Sunna et la dimension nationale.
De nombreux Etats bénéficient de cette expérience, a relevé Mohamed Aissa, soulignant que l'attachement des Algériens à la référence nationale « les a protégés et immunisés contre les idées extrémistes (...). »
Le ministre a précisé, dans ce contexte, que la loi d'orientation en matière d'affaires religieuses qui s'inscrit dans le cadre du plan national 2015-2019 protège, à travers ses grandes résolutions,la référence religieuse et garantit la promotion du discours religieux. Il a également fait savoir que son département ministériel a proposé la création d'un observatoire national pour prémunir la société contre des idées importées dont le chiisme et le charlatanisme, soulignant que cet instrument permettra la prise de mesures préventives et l'immunisation de la société.
M. Mohamed Aissa a insisté aussi sur la lutte contre le phénomène de prosélytisme qui affecte de nombreux pays dont ceux du Maghreb, tout en affirmant que la loi de la République permet à d'autres religions de pratiquer leur culte dans les lieux autorisés par l'Etat. Au sujet du projet d'amendement du code pénal concernant la violence exercée sur la femme, il a indiqué que le fiqh islamique accorde à la femme le droit de demander le divorce et une réparation quand le mari exerce sur elle la violence lui causant des blessures. Par ailleurs, le ministre a qualifié de « non sens » la demande d'une personnalité algérienne de revoir le classement des sourate dans le Coran, expliquant que l'ordre des sourate dans le Coran est du ressort de Dieu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.