Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme    Annaba: installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    Condoléances    Attar prendra part mercredi aux travaux de la 20e réunion du JMMC    Les précisions d'Air Algérie    Panique et inquiétude des clients    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Les avancées de Hyundai Trucks    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Coup d'épée dans l'eau    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Le directeur de l'hôpital n'a dû son salut qu'en sautant depuis la fenêtre de son bureau    10 décès et 527 nouveaux cas en 24 heures    Ces chiffres qui déroutent la population à Tizi Ouzou    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La communauté internationale au chevet du Mali    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    Les explications de Azzedine Arab    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ali Ghediri entame une grève de la faim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat assurera la sécurité
Plages publiques et gratuites
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 07 - 2015

La suspension de la concession des plages a créé la polémique. Désormais ce sont les walis qui décident d'accorder ou non l'autorisation de gestion à de tierces personnes. Mais une note vient de signifier que l'accès sera gratuit aux estivants.
La suspension de la concession des plages a créé la polémique. Désormais ce sont les walis qui décident d'accorder ou non l'autorisation de gestion à de tierces personnes. Mais une note vient de signifier que l'accès sera gratuit aux estivants.
Avec la saison des grosses chaleurs, c'est la ruée sur les plages. Mais cette fois, les estivants auront l'accès gratuit et aucune personne ne se plantera devant eux pour réclamer une somme d'argent se faisant passer pour un concessionnaire de plages.
Le ministère de l'Intérieur a adressé une instruction aux walis des villes côtières où il leur rappelle l'interdiction faite à toute concession. Les services de wilaya devront mobiliser des équipes de jeunes pour les questions d'accueil, de gardiennage et de nettoyage des plages. Ces derniers devront selon une source concordante remplacer les concessionnaires à qui auparavant on avait accordé un droit de jouissance des périmètres de plages. Sauf que ces derniers faisaient même payer l'accès aux estivants sans compter les dépenses sur le parasol, transat pour toute la journée.
Sans oublier de mentionner toute la prestation médiocre loin des normes requises pour l'exploitation de ces concessions. Des échauffourées entre estivants et «gardiens de plages» ont été déplorées l'été dernier sur les tarifs vertigineux appliqués en la circonstance. Cette fois, il semble que les autorités vont devoir mettre de l'ordre tout juste après le Ramadhan. Pour toute concession, l'autorisation se fera par cas selon l'appréciation du wali du dossier. A l'échelle nationale, les plages à proximité de certains hôtels devront avoir une limitation pour faire accéder les clients des hôtels ou des complexes touristiques.
Désormais, aucune personne ne pourra accéder à ces plages s'il n'aurait pas à s'acquitter d'un droit d'entrée. C'est aussi valable pour certaines piscines d'hôtels luxueux ou de grand standing qui ont cette fois interdit à tout estivant l'accès sauf pour les locataires. On s'attendra donc à un rush qui va essaimer partout dans les côtes algériennes. Dans le cadre de la sécurité publique, les équipes de la DGSN et la Gendarmerie nationale seront mobilisées pour garantir la quiétude des estivants mais aussi prévenir et surveiller certains « squatteurs » qui tenteront d'établir leurs camps pour imposer leur diktat.
Bien au contraire, des équipes de volontaires parmi les citoyens et les associations ont déjà lancé des campagnes d'assainissement et de nettoyage des plages sous le slogan « plages propres pour l'été 2015 ». Cette campagne se poursuivra dans toutes plages autorisées à la baignade.
On apprend également que des équipes spécialisées seront à pied d'oeuvre pour l'analyse des échantillons de l'eau de mer afin de prévenir contre le rejet des eaux usées et des foyers bactériologiques qui peuvent constituer des dangers pour la baignade. Le ministère du Tourisme dépêchera également des inspecteurs pour voir de plus prés le respect à la conformité des eaux de baignade selon les paramètres de gestion des plages.
Avec la saison des grosses chaleurs, c'est la ruée sur les plages. Mais cette fois, les estivants auront l'accès gratuit et aucune personne ne se plantera devant eux pour réclamer une somme d'argent se faisant passer pour un concessionnaire de plages.
Le ministère de l'Intérieur a adressé une instruction aux walis des villes côtières où il leur rappelle l'interdiction faite à toute concession. Les services de wilaya devront mobiliser des équipes de jeunes pour les questions d'accueil, de gardiennage et de nettoyage des plages. Ces derniers devront selon une source concordante remplacer les concessionnaires à qui auparavant on avait accordé un droit de jouissance des périmètres de plages. Sauf que ces derniers faisaient même payer l'accès aux estivants sans compter les dépenses sur le parasol, transat pour toute la journée.
Sans oublier de mentionner toute la prestation médiocre loin des normes requises pour l'exploitation de ces concessions. Des échauffourées entre estivants et «gardiens de plages» ont été déplorées l'été dernier sur les tarifs vertigineux appliqués en la circonstance. Cette fois, il semble que les autorités vont devoir mettre de l'ordre tout juste après le Ramadhan. Pour toute concession, l'autorisation se fera par cas selon l'appréciation du wali du dossier. A l'échelle nationale, les plages à proximité de certains hôtels devront avoir une limitation pour faire accéder les clients des hôtels ou des complexes touristiques.
Désormais, aucune personne ne pourra accéder à ces plages s'il n'aurait pas à s'acquitter d'un droit d'entrée. C'est aussi valable pour certaines piscines d'hôtels luxueux ou de grand standing qui ont cette fois interdit à tout estivant l'accès sauf pour les locataires. On s'attendra donc à un rush qui va essaimer partout dans les côtes algériennes. Dans le cadre de la sécurité publique, les équipes de la DGSN et la Gendarmerie nationale seront mobilisées pour garantir la quiétude des estivants mais aussi prévenir et surveiller certains « squatteurs » qui tenteront d'établir leurs camps pour imposer leur diktat.
Bien au contraire, des équipes de volontaires parmi les citoyens et les associations ont déjà lancé des campagnes d'assainissement et de nettoyage des plages sous le slogan « plages propres pour l'été 2015 ». Cette campagne se poursuivra dans toutes plages autorisées à la baignade.
On apprend également que des équipes spécialisées seront à pied d'oeuvre pour l'analyse des échantillons de l'eau de mer afin de prévenir contre le rejet des eaux usées et des foyers bactériologiques qui peuvent constituer des dangers pour la baignade. Le ministère du Tourisme dépêchera également des inspecteurs pour voir de plus prés le respect à la conformité des eaux de baignade selon les paramètres de gestion des plages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.