PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat assurera la sécurité
Plages publiques et gratuites
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 07 - 2015

La suspension de la concession des plages a créé la polémique. Désormais ce sont les walis qui décident d'accorder ou non l'autorisation de gestion à de tierces personnes. Mais une note vient de signifier que l'accès sera gratuit aux estivants.
La suspension de la concession des plages a créé la polémique. Désormais ce sont les walis qui décident d'accorder ou non l'autorisation de gestion à de tierces personnes. Mais une note vient de signifier que l'accès sera gratuit aux estivants.
Avec la saison des grosses chaleurs, c'est la ruée sur les plages. Mais cette fois, les estivants auront l'accès gratuit et aucune personne ne se plantera devant eux pour réclamer une somme d'argent se faisant passer pour un concessionnaire de plages.
Le ministère de l'Intérieur a adressé une instruction aux walis des villes côtières où il leur rappelle l'interdiction faite à toute concession. Les services de wilaya devront mobiliser des équipes de jeunes pour les questions d'accueil, de gardiennage et de nettoyage des plages. Ces derniers devront selon une source concordante remplacer les concessionnaires à qui auparavant on avait accordé un droit de jouissance des périmètres de plages. Sauf que ces derniers faisaient même payer l'accès aux estivants sans compter les dépenses sur le parasol, transat pour toute la journée.
Sans oublier de mentionner toute la prestation médiocre loin des normes requises pour l'exploitation de ces concessions. Des échauffourées entre estivants et «gardiens de plages» ont été déplorées l'été dernier sur les tarifs vertigineux appliqués en la circonstance. Cette fois, il semble que les autorités vont devoir mettre de l'ordre tout juste après le Ramadhan. Pour toute concession, l'autorisation se fera par cas selon l'appréciation du wali du dossier. A l'échelle nationale, les plages à proximité de certains hôtels devront avoir une limitation pour faire accéder les clients des hôtels ou des complexes touristiques.
Désormais, aucune personne ne pourra accéder à ces plages s'il n'aurait pas à s'acquitter d'un droit d'entrée. C'est aussi valable pour certaines piscines d'hôtels luxueux ou de grand standing qui ont cette fois interdit à tout estivant l'accès sauf pour les locataires. On s'attendra donc à un rush qui va essaimer partout dans les côtes algériennes. Dans le cadre de la sécurité publique, les équipes de la DGSN et la Gendarmerie nationale seront mobilisées pour garantir la quiétude des estivants mais aussi prévenir et surveiller certains « squatteurs » qui tenteront d'établir leurs camps pour imposer leur diktat.
Bien au contraire, des équipes de volontaires parmi les citoyens et les associations ont déjà lancé des campagnes d'assainissement et de nettoyage des plages sous le slogan « plages propres pour l'été 2015 ». Cette campagne se poursuivra dans toutes plages autorisées à la baignade.
On apprend également que des équipes spécialisées seront à pied d'oeuvre pour l'analyse des échantillons de l'eau de mer afin de prévenir contre le rejet des eaux usées et des foyers bactériologiques qui peuvent constituer des dangers pour la baignade. Le ministère du Tourisme dépêchera également des inspecteurs pour voir de plus prés le respect à la conformité des eaux de baignade selon les paramètres de gestion des plages.
Avec la saison des grosses chaleurs, c'est la ruée sur les plages. Mais cette fois, les estivants auront l'accès gratuit et aucune personne ne se plantera devant eux pour réclamer une somme d'argent se faisant passer pour un concessionnaire de plages.
Le ministère de l'Intérieur a adressé une instruction aux walis des villes côtières où il leur rappelle l'interdiction faite à toute concession. Les services de wilaya devront mobiliser des équipes de jeunes pour les questions d'accueil, de gardiennage et de nettoyage des plages. Ces derniers devront selon une source concordante remplacer les concessionnaires à qui auparavant on avait accordé un droit de jouissance des périmètres de plages. Sauf que ces derniers faisaient même payer l'accès aux estivants sans compter les dépenses sur le parasol, transat pour toute la journée.
Sans oublier de mentionner toute la prestation médiocre loin des normes requises pour l'exploitation de ces concessions. Des échauffourées entre estivants et «gardiens de plages» ont été déplorées l'été dernier sur les tarifs vertigineux appliqués en la circonstance. Cette fois, il semble que les autorités vont devoir mettre de l'ordre tout juste après le Ramadhan. Pour toute concession, l'autorisation se fera par cas selon l'appréciation du wali du dossier. A l'échelle nationale, les plages à proximité de certains hôtels devront avoir une limitation pour faire accéder les clients des hôtels ou des complexes touristiques.
Désormais, aucune personne ne pourra accéder à ces plages s'il n'aurait pas à s'acquitter d'un droit d'entrée. C'est aussi valable pour certaines piscines d'hôtels luxueux ou de grand standing qui ont cette fois interdit à tout estivant l'accès sauf pour les locataires. On s'attendra donc à un rush qui va essaimer partout dans les côtes algériennes. Dans le cadre de la sécurité publique, les équipes de la DGSN et la Gendarmerie nationale seront mobilisées pour garantir la quiétude des estivants mais aussi prévenir et surveiller certains « squatteurs » qui tenteront d'établir leurs camps pour imposer leur diktat.
Bien au contraire, des équipes de volontaires parmi les citoyens et les associations ont déjà lancé des campagnes d'assainissement et de nettoyage des plages sous le slogan « plages propres pour l'été 2015 ». Cette campagne se poursuivra dans toutes plages autorisées à la baignade.
On apprend également que des équipes spécialisées seront à pied d'oeuvre pour l'analyse des échantillons de l'eau de mer afin de prévenir contre le rejet des eaux usées et des foyers bactériologiques qui peuvent constituer des dangers pour la baignade. Le ministère du Tourisme dépêchera également des inspecteurs pour voir de plus prés le respect à la conformité des eaux de baignade selon les paramètres de gestion des plages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.