L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Na Cherifa, une grande dame de la chanson kabyle
Deux ans déjà depuis son décès
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 03 - 2016

Grande dame de la chanson algérienne en langue tamazight, Na Cherifa a composé un répertoire de près de mille chansons, dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II.
Grande dame de la chanson algérienne en langue tamazight, Na Cherifa a composé un répertoire de près de mille chansons, dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II.
Le 13 mars 2014 est décédé la grande diva de la chanson berbère Na Cherifa à Alger. De son vrai nom Ouerdia Bouchemlal, elle est née le 9 janvier 1926 à Ilmayen, Akbou, en Kabylie. Grande dame de la chanson algérienne enlangue tamazight, elle a composé un répertoire de près de mille chansons dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II. La plupart de ses oeuvres sont inédites.
Voila un patrimoine à exploiter pour qui veut relancer un pan de la culture algérienne. Répertoire forgé dans la douleur, car comme disait Dda L'Mouloud Nath Maâmer a propos de Jean Amrouche : « Le poète participe d'un monde étranger et supérieur au nôtre, quasi divin... Le poète est un personnage respecté, il a été choisi pour porter la parole... celle qui peut guérir ou tuer... Mais il ne suffit pas quela souffrance étreigne un être pour le métamorphoser en poète. Il faut encore qu'elle le transfigure et qu'il la dépasse.
Si cette alchimie de l'âme et du monde n'a pas pris, c'est que la souffrance était de médiocre qualité et, donc, médiocre l'oeuvre. » La douleur, en effet, n'a pas épargné notrediva nationale et c'est à travers elle que Cherifa s'est exprimée.
Au deuxième jour de sa naissance, sa mère est répudiée. Cette dernière prend alors son enfant et retourne chez ses parents. Cependant, pour une femme divorcée, vivre parmi ses belles-soeurs n'est vraiment pas une sinécure. Sous nos latitudes, le statut de femme divorcée n'est pas enviable, et c'est d'ailleurs, malheureusement, le cas toujours jusqu'à l'heure actuelle.
Aussi, sa maman ne tarda pas à se remarier laissant derrière elle la petite Cherifa qui se retrouve orpheline, du vivant de ses parents, et à la merci de ses oncles maternels. Mais il faut croire que Dame Nature n'a pas totalement abandonné Cherifa puisqu'elle l'a dotée d'une voix magnifique et d'une imagination fertile. C'est, donc, très tôt, dès sa prime enfance, que notre poétesse met des notes musicales à ses textes juvéniles.
En gardant ses moutons, Cherifa chante toute la journée à la fois pour compenser et le manque d'affection parentale et les affres de la faim. Il faut dire, néanmoins, que dans la Kabylie des années 40, chanter est déshonorant (pour une femme c'est doublement déshonorant). Le paradoxe est que nous aimons les artistes à condition qu'ils ne soient pas nos proches.
D'ailleurs c'est pourquoi le célèbre chanteur Idir dans les années 70 avait caché à sa mère qu'il chantait pour ne pas la décevoir alors que ses chansons sublimes étaient appréciées de celle-ci en l'ignorance de leur auteur-interprète. La petite Cherifa, donc, recevait des corrections de ses tuteurs inhumains lorsqu'ils la surprenaient en train de se laisser aller dans le monde mystérieux de la poésie chantée.
L'arrachant de cette évasion mystique, les punitions atroces venaient l'envahir surtout qu'elles consistaient, par exemple, à la tremper en plein hiver dans des torrents glacials ou de l'enfoncer dans la neige jusqu'à presque en mourir de froid comme si on voulait se débarrasser d'elle (des sévices que nos moudjahidate subissaient des mains du joug colonial). Voila les conditions de vie de Cherifa chez ses oncles maternels jusqu'à ce qu'elle soit prise en pitié par sa cousine Lla Yamina, son aînée, chanteuse d'expression kabyle.
Cette dernière lui propose de quitter le village pour des cieux plus cléments alors qu'elle venait d'avoir ses 16 printemps. C'est dans le train qui l'emmenait vers Alger et au coup de sifflet du chef de gare sachant qu'elle ne verra plus de si tôt sa Kabylie natale, sous peine de mort car ses oncles n'allaient pas lui pardonner sa fugue, qui les déshonoraient selon leur conception de la vie, que l'inspiration lui vint et qu'elle composa « Abka waâla khir ay akbou » en 1952. Texte poignant rendu éternel par une voix sublime.
A Alger, elle chante à la Radio Chaîne II, cependant le fisc devient de plus en plus gourmand sur les droits d'auteur insuffisants et la galère reprend jusqu'à être obligée de quitter la radio et de faire le ménage dans une caserne durant environ sept années.
Même si sa propre souffrance était incommensurable, cela ne l'empêche pas à sublimer cette douleur dans des textes poétiques, d'autant plus qu'elle devint pour la gent féminine kabyle une véritable thérapie musicale à travers laquelle elles s'identifièrent. Son destin est semblable aux milliers de femmes algériennes en général et kabyles en particulier qui souffraient au début d'un manque paternel puis marital.
Aussi très sensible à la condition féminine de ses concitoyennes, la chanson « Aya zarzour tevit a el vavour » s'impose à elle pour témoigner de la situation des femmes séduites et abandonnées.
Cherifa chante la douleur en paroles, mais demeure sereine, à l'image de ces femmes perchées sur les hautes montagnes de Kabylie, comme si son attitude nous commandait de ne pas désespérer, elle ne sourit pas non plus, du moins rarement car peut-être qu'inconsciemment elle pense son combat contre la condition féminine trop grave et sérieux. Une attitude de la femme non pas soumise à son destin mais confiante en l'avenir de ses filles.
Le 13 mars 2014 est décédé la grande diva de la chanson berbère Na Cherifa à Alger. De son vrai nom Ouerdia Bouchemlal, elle est née le 9 janvier 1926 à Ilmayen, Akbou, en Kabylie. Grande dame de la chanson algérienne enlangue tamazight, elle a composé un répertoire de près de mille chansons dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II. La plupart de ses oeuvres sont inédites.
Voila un patrimoine à exploiter pour qui veut relancer un pan de la culture algérienne. Répertoire forgé dans la douleur, car comme disait Dda L'Mouloud Nath Maâmer a propos de Jean Amrouche : « Le poète participe d'un monde étranger et supérieur au nôtre, quasi divin... Le poète est un personnage respecté, il a été choisi pour porter la parole... celle qui peut guérir ou tuer... Mais il ne suffit pas quela souffrance étreigne un être pour le métamorphoser en poète. Il faut encore qu'elle le transfigure et qu'il la dépasse.
Si cette alchimie de l'âme et du monde n'a pas pris, c'est que la souffrance était de médiocre qualité et, donc, médiocre l'oeuvre. » La douleur, en effet, n'a pas épargné notrediva nationale et c'est à travers elle que Cherifa s'est exprimée.
Au deuxième jour de sa naissance, sa mère est répudiée. Cette dernière prend alors son enfant et retourne chez ses parents. Cependant, pour une femme divorcée, vivre parmi ses belles-soeurs n'est vraiment pas une sinécure. Sous nos latitudes, le statut de femme divorcée n'est pas enviable, et c'est d'ailleurs, malheureusement, le cas toujours jusqu'à l'heure actuelle.
Aussi, sa maman ne tarda pas à se remarier laissant derrière elle la petite Cherifa qui se retrouve orpheline, du vivant de ses parents, et à la merci de ses oncles maternels. Mais il faut croire que Dame Nature n'a pas totalement abandonné Cherifa puisqu'elle l'a dotée d'une voix magnifique et d'une imagination fertile. C'est, donc, très tôt, dès sa prime enfance, que notre poétesse met des notes musicales à ses textes juvéniles.
En gardant ses moutons, Cherifa chante toute la journée à la fois pour compenser et le manque d'affection parentale et les affres de la faim. Il faut dire, néanmoins, que dans la Kabylie des années 40, chanter est déshonorant (pour une femme c'est doublement déshonorant). Le paradoxe est que nous aimons les artistes à condition qu'ils ne soient pas nos proches.
D'ailleurs c'est pourquoi le célèbre chanteur Idir dans les années 70 avait caché à sa mère qu'il chantait pour ne pas la décevoir alors que ses chansons sublimes étaient appréciées de celle-ci en l'ignorance de leur auteur-interprète. La petite Cherifa, donc, recevait des corrections de ses tuteurs inhumains lorsqu'ils la surprenaient en train de se laisser aller dans le monde mystérieux de la poésie chantée.
L'arrachant de cette évasion mystique, les punitions atroces venaient l'envahir surtout qu'elles consistaient, par exemple, à la tremper en plein hiver dans des torrents glacials ou de l'enfoncer dans la neige jusqu'à presque en mourir de froid comme si on voulait se débarrasser d'elle (des sévices que nos moudjahidate subissaient des mains du joug colonial). Voila les conditions de vie de Cherifa chez ses oncles maternels jusqu'à ce qu'elle soit prise en pitié par sa cousine Lla Yamina, son aînée, chanteuse d'expression kabyle.
Cette dernière lui propose de quitter le village pour des cieux plus cléments alors qu'elle venait d'avoir ses 16 printemps. C'est dans le train qui l'emmenait vers Alger et au coup de sifflet du chef de gare sachant qu'elle ne verra plus de si tôt sa Kabylie natale, sous peine de mort car ses oncles n'allaient pas lui pardonner sa fugue, qui les déshonoraient selon leur conception de la vie, que l'inspiration lui vint et qu'elle composa « Abka waâla khir ay akbou » en 1952. Texte poignant rendu éternel par une voix sublime.
A Alger, elle chante à la Radio Chaîne II, cependant le fisc devient de plus en plus gourmand sur les droits d'auteur insuffisants et la galère reprend jusqu'à être obligée de quitter la radio et de faire le ménage dans une caserne durant environ sept années.
Même si sa propre souffrance était incommensurable, cela ne l'empêche pas à sublimer cette douleur dans des textes poétiques, d'autant plus qu'elle devint pour la gent féminine kabyle une véritable thérapie musicale à travers laquelle elles s'identifièrent. Son destin est semblable aux milliers de femmes algériennes en général et kabyles en particulier qui souffraient au début d'un manque paternel puis marital.
Aussi très sensible à la condition féminine de ses concitoyennes, la chanson « Aya zarzour tevit a el vavour » s'impose à elle pour témoigner de la situation des femmes séduites et abandonnées.
Cherifa chante la douleur en paroles, mais demeure sereine, à l'image de ces femmes perchées sur les hautes montagnes de Kabylie, comme si son attitude nous commandait de ne pas désespérer, elle ne sourit pas non plus, du moins rarement car peut-être qu'inconsciemment elle pense son combat contre la condition féminine trop grave et sérieux. Une attitude de la femme non pas soumise à son destin mais confiante en l'avenir de ses filles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.