Présidentielle: Feu vert pour le retrait des formulaires de souscription    Essais nucléaires français en Algérie: Quand la raison d'Etat consacre l'impunité    Les souscripteurs aux logements AADL2 protestent    Constantine - Déclaration des travailleurs étrangers aux assurances sociales: Les Subsahariens coincés entre le séjour au noir et le travail au noir    Un Forum national sur le phénomène: A la recherche d'un remède contre la «harga»    Le faux vrai désengagement américain    Droit d'asile: L'Allemagne ferme son territoire aux Algériens    Ligue 1: Belle affaire pour la JSK    Ligue 2: La course au titre relancée    JS Saoura: Nabil Neghiz limogé    Blida: Les projets en cours d'exécution à Béni Mered et Ouled Yaiche    Les syndicats autonomes boycottent une rencontre avec Benghabrit    Des mesures coercitives contre les contrevenants: Une cinquantaine d'autorisations aux commerçants pour les soldes d'hiver    Tiaret: Le musée communal inauguré    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    Que décidera Bouteflika ?    Poutine accueilli par une marée humaine    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Trois casemates pour terroristes détruites    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Les supporters réclament le départ de Hamar    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Na Cherifa, une grande dame de la chanson kabyle
Deux ans déjà depuis son décès
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 03 - 2016

Grande dame de la chanson algérienne en langue tamazight, Na Cherifa a composé un répertoire de près de mille chansons, dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II.
Grande dame de la chanson algérienne en langue tamazight, Na Cherifa a composé un répertoire de près de mille chansons, dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II.
Le 13 mars 2014 est décédé la grande diva de la chanson berbère Na Cherifa à Alger. De son vrai nom Ouerdia Bouchemlal, elle est née le 9 janvier 1926 à Ilmayen, Akbou, en Kabylie. Grande dame de la chanson algérienne enlangue tamazight, elle a composé un répertoire de près de mille chansons dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II. La plupart de ses oeuvres sont inédites.
Voila un patrimoine à exploiter pour qui veut relancer un pan de la culture algérienne. Répertoire forgé dans la douleur, car comme disait Dda L'Mouloud Nath Maâmer a propos de Jean Amrouche : « Le poète participe d'un monde étranger et supérieur au nôtre, quasi divin... Le poète est un personnage respecté, il a été choisi pour porter la parole... celle qui peut guérir ou tuer... Mais il ne suffit pas quela souffrance étreigne un être pour le métamorphoser en poète. Il faut encore qu'elle le transfigure et qu'il la dépasse.
Si cette alchimie de l'âme et du monde n'a pas pris, c'est que la souffrance était de médiocre qualité et, donc, médiocre l'oeuvre. » La douleur, en effet, n'a pas épargné notrediva nationale et c'est à travers elle que Cherifa s'est exprimée.
Au deuxième jour de sa naissance, sa mère est répudiée. Cette dernière prend alors son enfant et retourne chez ses parents. Cependant, pour une femme divorcée, vivre parmi ses belles-soeurs n'est vraiment pas une sinécure. Sous nos latitudes, le statut de femme divorcée n'est pas enviable, et c'est d'ailleurs, malheureusement, le cas toujours jusqu'à l'heure actuelle.
Aussi, sa maman ne tarda pas à se remarier laissant derrière elle la petite Cherifa qui se retrouve orpheline, du vivant de ses parents, et à la merci de ses oncles maternels. Mais il faut croire que Dame Nature n'a pas totalement abandonné Cherifa puisqu'elle l'a dotée d'une voix magnifique et d'une imagination fertile. C'est, donc, très tôt, dès sa prime enfance, que notre poétesse met des notes musicales à ses textes juvéniles.
En gardant ses moutons, Cherifa chante toute la journée à la fois pour compenser et le manque d'affection parentale et les affres de la faim. Il faut dire, néanmoins, que dans la Kabylie des années 40, chanter est déshonorant (pour une femme c'est doublement déshonorant). Le paradoxe est que nous aimons les artistes à condition qu'ils ne soient pas nos proches.
D'ailleurs c'est pourquoi le célèbre chanteur Idir dans les années 70 avait caché à sa mère qu'il chantait pour ne pas la décevoir alors que ses chansons sublimes étaient appréciées de celle-ci en l'ignorance de leur auteur-interprète. La petite Cherifa, donc, recevait des corrections de ses tuteurs inhumains lorsqu'ils la surprenaient en train de se laisser aller dans le monde mystérieux de la poésie chantée.
L'arrachant de cette évasion mystique, les punitions atroces venaient l'envahir surtout qu'elles consistaient, par exemple, à la tremper en plein hiver dans des torrents glacials ou de l'enfoncer dans la neige jusqu'à presque en mourir de froid comme si on voulait se débarrasser d'elle (des sévices que nos moudjahidate subissaient des mains du joug colonial). Voila les conditions de vie de Cherifa chez ses oncles maternels jusqu'à ce qu'elle soit prise en pitié par sa cousine Lla Yamina, son aînée, chanteuse d'expression kabyle.
Cette dernière lui propose de quitter le village pour des cieux plus cléments alors qu'elle venait d'avoir ses 16 printemps. C'est dans le train qui l'emmenait vers Alger et au coup de sifflet du chef de gare sachant qu'elle ne verra plus de si tôt sa Kabylie natale, sous peine de mort car ses oncles n'allaient pas lui pardonner sa fugue, qui les déshonoraient selon leur conception de la vie, que l'inspiration lui vint et qu'elle composa « Abka waâla khir ay akbou » en 1952. Texte poignant rendu éternel par une voix sublime.
A Alger, elle chante à la Radio Chaîne II, cependant le fisc devient de plus en plus gourmand sur les droits d'auteur insuffisants et la galère reprend jusqu'à être obligée de quitter la radio et de faire le ménage dans une caserne durant environ sept années.
Même si sa propre souffrance était incommensurable, cela ne l'empêche pas à sublimer cette douleur dans des textes poétiques, d'autant plus qu'elle devint pour la gent féminine kabyle une véritable thérapie musicale à travers laquelle elles s'identifièrent. Son destin est semblable aux milliers de femmes algériennes en général et kabyles en particulier qui souffraient au début d'un manque paternel puis marital.
Aussi très sensible à la condition féminine de ses concitoyennes, la chanson « Aya zarzour tevit a el vavour » s'impose à elle pour témoigner de la situation des femmes séduites et abandonnées.
Cherifa chante la douleur en paroles, mais demeure sereine, à l'image de ces femmes perchées sur les hautes montagnes de Kabylie, comme si son attitude nous commandait de ne pas désespérer, elle ne sourit pas non plus, du moins rarement car peut-être qu'inconsciemment elle pense son combat contre la condition féminine trop grave et sérieux. Une attitude de la femme non pas soumise à son destin mais confiante en l'avenir de ses filles.
Le 13 mars 2014 est décédé la grande diva de la chanson berbère Na Cherifa à Alger. De son vrai nom Ouerdia Bouchemlal, elle est née le 9 janvier 1926 à Ilmayen, Akbou, en Kabylie. Grande dame de la chanson algérienne enlangue tamazight, elle a composé un répertoire de près de mille chansons dont uniquement sept cents sont enregistrées à la Radio Chaîne II. La plupart de ses oeuvres sont inédites.
Voila un patrimoine à exploiter pour qui veut relancer un pan de la culture algérienne. Répertoire forgé dans la douleur, car comme disait Dda L'Mouloud Nath Maâmer a propos de Jean Amrouche : « Le poète participe d'un monde étranger et supérieur au nôtre, quasi divin... Le poète est un personnage respecté, il a été choisi pour porter la parole... celle qui peut guérir ou tuer... Mais il ne suffit pas quela souffrance étreigne un être pour le métamorphoser en poète. Il faut encore qu'elle le transfigure et qu'il la dépasse.
Si cette alchimie de l'âme et du monde n'a pas pris, c'est que la souffrance était de médiocre qualité et, donc, médiocre l'oeuvre. » La douleur, en effet, n'a pas épargné notrediva nationale et c'est à travers elle que Cherifa s'est exprimée.
Au deuxième jour de sa naissance, sa mère est répudiée. Cette dernière prend alors son enfant et retourne chez ses parents. Cependant, pour une femme divorcée, vivre parmi ses belles-soeurs n'est vraiment pas une sinécure. Sous nos latitudes, le statut de femme divorcée n'est pas enviable, et c'est d'ailleurs, malheureusement, le cas toujours jusqu'à l'heure actuelle.
Aussi, sa maman ne tarda pas à se remarier laissant derrière elle la petite Cherifa qui se retrouve orpheline, du vivant de ses parents, et à la merci de ses oncles maternels. Mais il faut croire que Dame Nature n'a pas totalement abandonné Cherifa puisqu'elle l'a dotée d'une voix magnifique et d'une imagination fertile. C'est, donc, très tôt, dès sa prime enfance, que notre poétesse met des notes musicales à ses textes juvéniles.
En gardant ses moutons, Cherifa chante toute la journée à la fois pour compenser et le manque d'affection parentale et les affres de la faim. Il faut dire, néanmoins, que dans la Kabylie des années 40, chanter est déshonorant (pour une femme c'est doublement déshonorant). Le paradoxe est que nous aimons les artistes à condition qu'ils ne soient pas nos proches.
D'ailleurs c'est pourquoi le célèbre chanteur Idir dans les années 70 avait caché à sa mère qu'il chantait pour ne pas la décevoir alors que ses chansons sublimes étaient appréciées de celle-ci en l'ignorance de leur auteur-interprète. La petite Cherifa, donc, recevait des corrections de ses tuteurs inhumains lorsqu'ils la surprenaient en train de se laisser aller dans le monde mystérieux de la poésie chantée.
L'arrachant de cette évasion mystique, les punitions atroces venaient l'envahir surtout qu'elles consistaient, par exemple, à la tremper en plein hiver dans des torrents glacials ou de l'enfoncer dans la neige jusqu'à presque en mourir de froid comme si on voulait se débarrasser d'elle (des sévices que nos moudjahidate subissaient des mains du joug colonial). Voila les conditions de vie de Cherifa chez ses oncles maternels jusqu'à ce qu'elle soit prise en pitié par sa cousine Lla Yamina, son aînée, chanteuse d'expression kabyle.
Cette dernière lui propose de quitter le village pour des cieux plus cléments alors qu'elle venait d'avoir ses 16 printemps. C'est dans le train qui l'emmenait vers Alger et au coup de sifflet du chef de gare sachant qu'elle ne verra plus de si tôt sa Kabylie natale, sous peine de mort car ses oncles n'allaient pas lui pardonner sa fugue, qui les déshonoraient selon leur conception de la vie, que l'inspiration lui vint et qu'elle composa « Abka waâla khir ay akbou » en 1952. Texte poignant rendu éternel par une voix sublime.
A Alger, elle chante à la Radio Chaîne II, cependant le fisc devient de plus en plus gourmand sur les droits d'auteur insuffisants et la galère reprend jusqu'à être obligée de quitter la radio et de faire le ménage dans une caserne durant environ sept années.
Même si sa propre souffrance était incommensurable, cela ne l'empêche pas à sublimer cette douleur dans des textes poétiques, d'autant plus qu'elle devint pour la gent féminine kabyle une véritable thérapie musicale à travers laquelle elles s'identifièrent. Son destin est semblable aux milliers de femmes algériennes en général et kabyles en particulier qui souffraient au début d'un manque paternel puis marital.
Aussi très sensible à la condition féminine de ses concitoyennes, la chanson « Aya zarzour tevit a el vavour » s'impose à elle pour témoigner de la situation des femmes séduites et abandonnées.
Cherifa chante la douleur en paroles, mais demeure sereine, à l'image de ces femmes perchées sur les hautes montagnes de Kabylie, comme si son attitude nous commandait de ne pas désespérer, elle ne sourit pas non plus, du moins rarement car peut-être qu'inconsciemment elle pense son combat contre la condition féminine trop grave et sérieux. Une attitude de la femme non pas soumise à son destin mais confiante en l'avenir de ses filles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.