Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UGTA condamne
Campagne d'agressions contre les imams
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 08 - 2017

Les menaces à l'encontre des imams ne laissent personne indifférent. En attestent les réactions qui s'enchaînent. Des réactions qui dénoncent les campagnes haineuses et les menaces proférées contre les gens du culte par certains courants qui ambitionnent d'accaparer des tribunes des mosquées à des fins qui ne souffrent d'aucune équivoque.
Les menaces à l'encontre des imams ne laissent personne indifférent. En attestent les réactions qui s'enchaînent. Des réactions qui dénoncent les campagnes haineuses et les menaces proférées contre les gens du culte par certains courants qui ambitionnent d'accaparer des tribunes des mosquées à des fins qui ne souffrent d'aucune équivoque.
Certains imams des mosquées et les chouyoukhs des zaouias sont actuellement la cible d'une campagne d'agressions physiques et de dénigrement de la part de personnes se réclamant ouvertement du courant salafiste qui remet en cause le référent religieux national. L'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) vient de se manifester à son tour en condamnant cette campagne.
La centrale syndicale indique d'emblée dans un communiqué rendu public hier que cette campagne "fait peser de sérieuses menaces sur la stabilité du pays". Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l'UGTA, signataire de ce communiqué, exprime toute sa solidarité avec ces fonctionnaires du ministère des Affaires religieuse et les chouyoukhs des zaouïas "gardiens des valeurs nationales, de la conscience religieuse nationale".
Pour l'UGTA, "ceux qui font usage des agressions physiques, des menaces verbales, de la manipulation des esprits, du takfir et portent atteinte à la dignité, à la réputation et au statut des hommes et des femmes du secteur des Affaires religieuses, dans le cadre de l'exercice de leur noble mission et de l'application du véritable miracle divin, dela Sunna, dans le cadre du référent religieux national sont des intégristes et des extrémistes."
Le chef de file de l'UGTA estime que ceux qui sont derrière "ces agressions sont mus par la nostalgie du retour à la décennie noir, aux années des massacres et des égorgements collectifs et de la destruction de l'infrastructure de la Nation". Pour le parton de l'UGTA, ces agressions "n'entameront pas la détermination des imams intègres et des vaillants chouyoukhs à poursuivre leur noble mission au service de notre peuple musulman, amazigh et arabe et surtout au service des générations montantes pour conforter la stabilité et la sécurité du pays et surtout la politique de réconciliation nationale dont l'architecte est le président Abdelaziz Bouteflika".
L'UGTA a enfin exprimé sa conviction que "nos imams restent bouclier protecteur contre toute forme de turbulence, de dérive, de nature à saper la stabilité du pays, notamment dans cette conjoncture régionale et internationale, marquée pardes tensions multiples". Cette réaction de l'UGTA vient s'ajouterà toutes celles l'ayant précédé. Ace titre, samedi dernier, le ministère del'Intérieur a pris des mesures pour lasécurité des imams. Le ministère de l'Intérieur a en effetindiqué avoir instruit les walis et lesservices de sécurité d'assurer la sécurité et la tranquillité des imams et de les protéger contre les actes d'agression et de violence verbale.
"Conscient desdernières préoccupations de nos imams en ce qui concerne leur sécurité et tranquillité menacées par des actes d'agression et de violence verbale, qui restent isolés, le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et del'Aménagement du territoire confirmeavoir pris immédiatement les mesures qui s'imposent devant telle situation",indique le communiqué. Ainsi, les walis t les éléments des services de sécurité sont chargés d'"assurer la sécurité et la tranquillité des imams et leur fournirtoute la protection et les conditions favorables à l'exercice de leur noble tâche".
Certains imams des mosquées et les chouyoukhs des zaouias sont actuellement la cible d'une campagne d'agressions physiques et de dénigrement de la part de personnes se réclamant ouvertement du courant salafiste qui remet en cause le référent religieux national. L'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) vient de se manifester à son tour en condamnant cette campagne.
La centrale syndicale indique d'emblée dans un communiqué rendu public hier que cette campagne "fait peser de sérieuses menaces sur la stabilité du pays". Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l'UGTA, signataire de ce communiqué, exprime toute sa solidarité avec ces fonctionnaires du ministère des Affaires religieuse et les chouyoukhs des zaouïas "gardiens des valeurs nationales, de la conscience religieuse nationale".
Pour l'UGTA, "ceux qui font usage des agressions physiques, des menaces verbales, de la manipulation des esprits, du takfir et portent atteinte à la dignité, à la réputation et au statut des hommes et des femmes du secteur des Affaires religieuses, dans le cadre de l'exercice de leur noble mission et de l'application du véritable miracle divin, dela Sunna, dans le cadre du référent religieux national sont des intégristes et des extrémistes."
Le chef de file de l'UGTA estime que ceux qui sont derrière "ces agressions sont mus par la nostalgie du retour à la décennie noir, aux années des massacres et des égorgements collectifs et de la destruction de l'infrastructure de la Nation". Pour le parton de l'UGTA, ces agressions "n'entameront pas la détermination des imams intègres et des vaillants chouyoukhs à poursuivre leur noble mission au service de notre peuple musulman, amazigh et arabe et surtout au service des générations montantes pour conforter la stabilité et la sécurité du pays et surtout la politique de réconciliation nationale dont l'architecte est le président Abdelaziz Bouteflika".
L'UGTA a enfin exprimé sa conviction que "nos imams restent bouclier protecteur contre toute forme de turbulence, de dérive, de nature à saper la stabilité du pays, notamment dans cette conjoncture régionale et internationale, marquée pardes tensions multiples". Cette réaction de l'UGTA vient s'ajouterà toutes celles l'ayant précédé. Ace titre, samedi dernier, le ministère del'Intérieur a pris des mesures pour lasécurité des imams. Le ministère de l'Intérieur a en effetindiqué avoir instruit les walis et lesservices de sécurité d'assurer la sécurité et la tranquillité des imams et de les protéger contre les actes d'agression et de violence verbale.
"Conscient desdernières préoccupations de nos imams en ce qui concerne leur sécurité et tranquillité menacées par des actes d'agression et de violence verbale, qui restent isolés, le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et del'Aménagement du territoire confirmeavoir pris immédiatement les mesures qui s'imposent devant telle situation",indique le communiqué. Ainsi, les walis t les éléments des services de sécurité sont chargés d'"assurer la sécurité et la tranquillité des imams et leur fournirtoute la protection et les conditions favorables à l'exercice de leur noble tâche".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.