Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Houda-Imane Faraoun promet une amélioration avant fin 2018
Débit de la connexion internet
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 06 - 2018

Les deux nouveaux câbles sous-marins de fibre optique,devant améliorer lesconnexions internet en Algérie,seront mis à l'essai durant le dernier trimestre de l'année en cours.
Les deux nouveaux câbles sous-marins de fibre optique,devant améliorer lesconnexions internet en Algérie,seront mis à l'essai durant le dernier trimestre de l'année en cours.
L'annonce en a été faite, hier, par Houda- Imane Faraoun, ministre de la Poste,des Télécommunications, desTechnologies et duNumérique sur les ondes dela chaîne III de la Radio nationale.
Le premier câble va relier Alger et Oran àl'Espagne (Valence) et le deuxième relieraAnnaba à un câble international enMéditerranée facilitant l'accès à l'Asie. "Celapermettra d'avoir assez de débit pour tous lesAlgériens en plus de la sécurité.En plus de la capacité de connectivité qu'onva acheter à l'étranger, il y a le réseau interwilayasde haut débit qu'il faut renforcer. Entre chacune des wilayas, il faudrait plusieurs câblesd'interconnexion (...) Tout cela a étérefait. Il reste quelques wilayas, notammentdans le grandSud, parce que c'est extrêmementvaste", a précisé la ministre.
Un tiers des clients d'Algérie Télécom sont à Alger
Houda Faraoun a rappelé qu'Algérie Télécom a trois millions de clients en résidentiel actuellement. "Si tous ces clients optaient pour undébit de 20 Mega, le débit actuel ne suffiraitpas. Rétablir un bon débit d'Internet ne peutpas se faire en une seule opération. Nous avons un territoire très large avec un réseau qui a cumulébeaucoup de problèmes. Un réseau qui n'a pas subi de modernisation etd'assainissement", a-t-elle justifié.
L'Algériepossède actuellement 120.000 kilomètres deréseau de fibre optique.Selon la ministre, un tiers des clients d'Algérie Télécom se trouve à Alger où le réseau est sous-dimensionné. "Le réseaumétropolitain d'Alger est le plus archaïque. Ila été conçu pour transporter la voix etlorsqu'on a ajouté l'internet, le réseau n'a pasété mis àniveau.
Progressivement, noussommes en train de mettre à niveau le réseaucompte tenu de la complexité du tissu urbain",a-t-elle souligné.Malgré ces lacunes, il existe en Algérie, selonla ministre, un réseau qui permet l'amorce del'économie numérique. "Ce qui manque parcontre, c'est l'état d'esprit du secteur économiquequi doit investir dans le contenu. Investir dans le numérique ne veut pas direacheter de la fibre (optique) et de la déployer.Investir dans le numérique, c'est investir dansla valeur ajoutée, dans les moyens d'optimisation,dans le contenu, dans l'hébergementet dans les data centers", a-t-elle expliqué.
Test "grandeur nature" des TPE d'Enie à la fin juin
Houda Faraoun a annoncé que les textes d'application de la loi sur le commerce électronique,adoptée par le Parlement en février2018, seront déposés au niveau du gouvernementla semaine prochaine. À la fin du moisen cours, des TPE (Terminaux de payementélectroniques), fabriqués par l'Enie Sidi Bel-Abbès, seront testés dans l'Algérois.
Identifier "le modèle économique" avant de créer la Banque postale
"On a de l'argent, on peut envisager de passer à laBanque postale. Il faudrait déposer un dossierauprès de la Banque d'Algérie pour avoir la licence d'être une banque. Si on ne met pas tous les facteurs pour que ça réussisse, vautmieux ne pas créer cette banque postale.
Avant de déposer le dossier, il faut identifier exactement le modèle économique : quels services ?Quel coût ? Quel système d'information?Quelle formation ?Quel leadership ? Lemétier postal diffère du métier bancaire", a préconisé la ministre précisant que la "Postecommencera à assurer des services bancaires d'une manière progressive. On demandera l'autorisation de la Banque d'Algérie pourdévelopper, par exemple, une forme d'épargne pour les ménages, une forme de facilité de caisse.
Ces services bancaires permettront de générer des bénéfices et de s'approprier le métier en attendant la création de la Banque postale. Cette transition se fera en 2019", at- elle annoncé. Pour la ministre, "avoir desagences bancaires de proximité permet de multiplier l'inclusion bancaire dans le pays.Les PME et les salariés pourraient, selon elle,être intéressés par la future Banque postale".
Mobilis, candidat pour une licence mobile au Mali
Houda Faraoun s'est montrée très optimistequant à la possibilité pour Mobilis de s'implanter auMali qui amis en vente sa quatrième licence mobile. "Tous les facteurs de réussite sont de notre côté au Mali. Notre dossier est bien ficelé. Nous avons fait une offre trèsintéressante", a indiqué la ministre, ajoutant que ce marché devrait permettre à Mobilis de devenir une entreprise très performante.
Il en est demême pour la présence de Mobilis enEspagne, ajoute la première responsable du secteur. "Le projet de Mobilis en Espagne est en phase finale. Le câble déployé a atterri sur les côtés espagnoles. Les derniers aménagementsdevraient intervenir au début du mois d'octobre prochain pour une connexion au réseau urbain de Valence", a-t-elle conclu.
L'annonce en a été faite, hier, par Houda- Imane Faraoun, ministre de la Poste,des Télécommunications, desTechnologies et duNumérique sur les ondes dela chaîne III de la Radio nationale.
Le premier câble va relier Alger et Oran àl'Espagne (Valence) et le deuxième relieraAnnaba à un câble international enMéditerranée facilitant l'accès à l'Asie. "Celapermettra d'avoir assez de débit pour tous lesAlgériens en plus de la sécurité.En plus de la capacité de connectivité qu'onva acheter à l'étranger, il y a le réseau interwilayasde haut débit qu'il faut renforcer. Entre chacune des wilayas, il faudrait plusieurs câblesd'interconnexion (...) Tout cela a étérefait. Il reste quelques wilayas, notammentdans le grandSud, parce que c'est extrêmementvaste", a précisé la ministre.
Un tiers des clients d'Algérie Télécom sont à Alger
Houda Faraoun a rappelé qu'Algérie Télécom a trois millions de clients en résidentiel actuellement. "Si tous ces clients optaient pour undébit de 20 Mega, le débit actuel ne suffiraitpas. Rétablir un bon débit d'Internet ne peutpas se faire en une seule opération. Nous avons un territoire très large avec un réseau qui a cumulébeaucoup de problèmes. Un réseau qui n'a pas subi de modernisation etd'assainissement", a-t-elle justifié.
L'Algériepossède actuellement 120.000 kilomètres deréseau de fibre optique.Selon la ministre, un tiers des clients d'Algérie Télécom se trouve à Alger où le réseau est sous-dimensionné. "Le réseaumétropolitain d'Alger est le plus archaïque. Ila été conçu pour transporter la voix etlorsqu'on a ajouté l'internet, le réseau n'a pasété mis àniveau.
Progressivement, noussommes en train de mettre à niveau le réseaucompte tenu de la complexité du tissu urbain",a-t-elle souligné.Malgré ces lacunes, il existe en Algérie, selonla ministre, un réseau qui permet l'amorce del'économie numérique. "Ce qui manque parcontre, c'est l'état d'esprit du secteur économiquequi doit investir dans le contenu. Investir dans le numérique ne veut pas direacheter de la fibre (optique) et de la déployer.Investir dans le numérique, c'est investir dansla valeur ajoutée, dans les moyens d'optimisation,dans le contenu, dans l'hébergementet dans les data centers", a-t-elle expliqué.
Test "grandeur nature" des TPE d'Enie à la fin juin
Houda Faraoun a annoncé que les textes d'application de la loi sur le commerce électronique,adoptée par le Parlement en février2018, seront déposés au niveau du gouvernementla semaine prochaine. À la fin du moisen cours, des TPE (Terminaux de payementélectroniques), fabriqués par l'Enie Sidi Bel-Abbès, seront testés dans l'Algérois.
Identifier "le modèle économique" avant de créer la Banque postale
"On a de l'argent, on peut envisager de passer à laBanque postale. Il faudrait déposer un dossierauprès de la Banque d'Algérie pour avoir la licence d'être une banque. Si on ne met pas tous les facteurs pour que ça réussisse, vautmieux ne pas créer cette banque postale.
Avant de déposer le dossier, il faut identifier exactement le modèle économique : quels services ?Quel coût ? Quel système d'information?Quelle formation ?Quel leadership ? Lemétier postal diffère du métier bancaire", a préconisé la ministre précisant que la "Postecommencera à assurer des services bancaires d'une manière progressive. On demandera l'autorisation de la Banque d'Algérie pourdévelopper, par exemple, une forme d'épargne pour les ménages, une forme de facilité de caisse.
Ces services bancaires permettront de générer des bénéfices et de s'approprier le métier en attendant la création de la Banque postale. Cette transition se fera en 2019", at- elle annoncé. Pour la ministre, "avoir desagences bancaires de proximité permet de multiplier l'inclusion bancaire dans le pays.Les PME et les salariés pourraient, selon elle,être intéressés par la future Banque postale".
Mobilis, candidat pour une licence mobile au Mali
Houda Faraoun s'est montrée très optimistequant à la possibilité pour Mobilis de s'implanter auMali qui amis en vente sa quatrième licence mobile. "Tous les facteurs de réussite sont de notre côté au Mali. Notre dossier est bien ficelé. Nous avons fait une offre trèsintéressante", a indiqué la ministre, ajoutant que ce marché devrait permettre à Mobilis de devenir une entreprise très performante.
Il en est demême pour la présence de Mobilis enEspagne, ajoute la première responsable du secteur. "Le projet de Mobilis en Espagne est en phase finale. Le câble déployé a atterri sur les côtés espagnoles. Les derniers aménagementsdevraient intervenir au début du mois d'octobre prochain pour une connexion au réseau urbain de Valence", a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.