Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tayeb Louh dit tout
Affaire de la saisie des 701 kilos de cocaïne
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 06 - 2018

L'opinion publique nationale en sait, désormais, un peuplus sur l'affaire de la saisiedes 701 kilos de cocaïne au port d'Oran. Une affaire qui adéfrayé la chronique, euégard à ses ramifications etsurtout aux profils des personnes qui seraientimpliquées.
L'opinion publique nationale en sait, désormais, un peuplus sur l'affaire de la saisiedes 701 kilos de cocaïne au port d'Oran. Une affaire qui adéfrayé la chronique, euégard à ses ramifications etsurtout aux profils des personnes qui seraientimpliquées.
Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a en effet rompu hier le silence par des révélations qui éclairent un peu mieux la lanternedes Algériens. Dans une conférence de presse, organisée hier en marge d'une séance plénière de l'APN consacrée à l'adoption d'un projet de loi proposé par son département ministériel, Tayeb, Louh a tenu d'emblée à battre en brèche la confusion ayant entouré cette scabreus affaire. Pour le conférencier il y a quatre affaires distinctes, dont la principale demeure celle relative à la saisie de cette importante quantité de cocaïne.
Il a indiqué que trois autres affaires concernent le trafic d'influence, le blanchiment d'argent et les magouilles dans la promotion immobilière. "Les perquisitions faites par les autorités compétentesdans le cadre de la saisie de la cocaïne ont permis de récupérer du matériel informatique, des caméras de surveillance, des téléphones portables.
L'analyse de ces équipements a permis de déclencher d'autres enquêtes en margede l'enquête principale » a indiqué le ministre". En tout cas sur la principale affaire, celle de la c ocaïne, Louh a révélé que pour l'heure six personnes seulement en lien direct avec l'affaire de la cocaïne ont été écrouées sur la base "de preuves tangibles". Il a de même annoncé que douze autres personnes ont été présentées hier ou le serontaujourd'hui. Ces douze autres personnes, qui occupent des postes dans les administrations de l'urbanisme et la conservation foncière, seraient impliquésdans une troisième affaire. Ils. auraient reçu des "avantages de la part du bouchi".
Selon les révélations de la presse des magistrats figurent parmi les suspects. Il faut dire que le nom du fils de l'ancien Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a aussi été cité dans l'affaire ainsi que le chauffeur du général-major Abdelghani El Hamel, le directeur général de la sureté nationale. Mais la DGSN a, dans un communiqué, démenti cette information confirmant que le chauffeur en question n'est pas le chauffeur personnel du général-major. Sur le transfert de l'affaire au parquet d'Alger, alors que la cocaïne a été saisie à Oran, le ministre a souligné que lessuspects résident à Alger et le siège de lasociété importatrice est basé, elle aussi, à Alger.
En outre le ministre a précisé que le principal accusé dans l'affaire, amal Chikhi dit "El Bouchi" faisait l'objet depuis quelques mois, d'une enquête judiciaire sur le blanchement'argent, en lien avec son activité de promoteur immobilière en ajoutant que la quantité de drogue saisie est illustrative du fait que le pays fait face à un réseau international. D'où l'envoi de commissions rogatoires internationales au Bresil, d'où provient la cargaison de cocaïne, et en Espagne, où le bateau a transité, pour faire toute la lumière sur l'affaire. Dans les autres affaires, celle particulièrement de la promotion immobiliere,le "boucher" aurait obtenu "des avantage et des facilitations de la part des personnes et des fonctionnaires (sans citer leur grades ou leurs domaines d'activité) dans le sillage de son activité", apoursuivi Louh.
Pour ce dernier, les premiers éléments de l'enquête confirment l'implication des suspects dans des affaires de corruption. Cela dit le ministre a déploré laconfusion entre l'affaire de la cocaïne et les autres affaires en regrettant la publication dans la presse de certains noms, tout en insistant sur le principe de la présomption d'innocence. Enfin, Tayeb Louh, s'est voulu rassurant en indiquant que la justice suivra son cours et qu'aucune personne coupable n'échappera aux sanctions.
Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a en effet rompu hier le silence par des révélations qui éclairent un peu mieux la lanternedes Algériens. Dans une conférence de presse, organisée hier en marge d'une séance plénière de l'APN consacrée à l'adoption d'un projet de loi proposé par son département ministériel, Tayeb, Louh a tenu d'emblée à battre en brèche la confusion ayant entouré cette scabreus affaire. Pour le conférencier il y a quatre affaires distinctes, dont la principale demeure celle relative à la saisie de cette importante quantité de cocaïne.
Il a indiqué que trois autres affaires concernent le trafic d'influence, le blanchiment d'argent et les magouilles dans la promotion immobilière. "Les perquisitions faites par les autorités compétentesdans le cadre de la saisie de la cocaïne ont permis de récupérer du matériel informatique, des caméras de surveillance, des téléphones portables.
L'analyse de ces équipements a permis de déclencher d'autres enquêtes en margede l'enquête principale » a indiqué le ministre". En tout cas sur la principale affaire, celle de la c ocaïne, Louh a révélé que pour l'heure six personnes seulement en lien direct avec l'affaire de la cocaïne ont été écrouées sur la base "de preuves tangibles". Il a de même annoncé que douze autres personnes ont été présentées hier ou le serontaujourd'hui. Ces douze autres personnes, qui occupent des postes dans les administrations de l'urbanisme et la conservation foncière, seraient impliquésdans une troisième affaire. Ils. auraient reçu des "avantages de la part du bouchi".
Selon les révélations de la presse des magistrats figurent parmi les suspects. Il faut dire que le nom du fils de l'ancien Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a aussi été cité dans l'affaire ainsi que le chauffeur du général-major Abdelghani El Hamel, le directeur général de la sureté nationale. Mais la DGSN a, dans un communiqué, démenti cette information confirmant que le chauffeur en question n'est pas le chauffeur personnel du général-major. Sur le transfert de l'affaire au parquet d'Alger, alors que la cocaïne a été saisie à Oran, le ministre a souligné que lessuspects résident à Alger et le siège de lasociété importatrice est basé, elle aussi, à Alger.
En outre le ministre a précisé que le principal accusé dans l'affaire, amal Chikhi dit "El Bouchi" faisait l'objet depuis quelques mois, d'une enquête judiciaire sur le blanchement'argent, en lien avec son activité de promoteur immobilière en ajoutant que la quantité de drogue saisie est illustrative du fait que le pays fait face à un réseau international. D'où l'envoi de commissions rogatoires internationales au Bresil, d'où provient la cargaison de cocaïne, et en Espagne, où le bateau a transité, pour faire toute la lumière sur l'affaire. Dans les autres affaires, celle particulièrement de la promotion immobiliere,le "boucher" aurait obtenu "des avantage et des facilitations de la part des personnes et des fonctionnaires (sans citer leur grades ou leurs domaines d'activité) dans le sillage de son activité", apoursuivi Louh.
Pour ce dernier, les premiers éléments de l'enquête confirment l'implication des suspects dans des affaires de corruption. Cela dit le ministre a déploré laconfusion entre l'affaire de la cocaïne et les autres affaires en regrettant la publication dans la presse de certains noms, tout en insistant sur le principe de la présomption d'innocence. Enfin, Tayeb Louh, s'est voulu rassurant en indiquant que la justice suivra son cours et qu'aucune personne coupable n'échappera aux sanctions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.