Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"
Ahmed Ouyahia à Addis-Abeba sur la réforme de l'ua :
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 11 - 2018

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a réaffirmé hier àAddis-Abeba la nécessité depréserver le traité constitutifde l'Union africaine (UA) de"toute révision", soulignantqu'il "incarne les principes etles valeurs qui nous unissent".
Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a réaffirmé hier àAddis-Abeba la nécessité depréserver le traité constitutifde l'Union africaine (UA) de"toute révision", soulignantqu'il "incarne les principes etles valeurs qui nous unissent".
Le traité constitutif de l'UA "doit être préservé de toute révision, car ilincarne les principes et les valeurs quinous unissent", a en effet déclaré Ouyahiaà l'ouverture des travaux du 11e sommetextraordinaire de l'UA, consacré pour lapremière fois à la réforme institutionnellede l'Organisation panafricaine. Il a ajouté que l'UA devait demeurer "sousle contrôle souverain de ses états membres", estimant que c'est de cette "manièrequ'elle représentera les peuples africains".
Il a par ailleurs appelé à la révision dubarème des contributions des Etats membrespour une "répartition équitable", rappelant
dans ce sens que "l'Algérie a toujoursdonné l'exemple par sa disponibilitéet sa régularité en matière de paiement".Durant deux jours, les chefs d'Etat et degouvernement des pays membres de l'UA, dont l'Algérie, auront à examiner le "projetde décisions" sur la réforme institutionnelle
de l'UA, finalisé lors de la 20e sessionextraordinaire du conseil exécutifréuni mercredi et jeudi derniers à Addis-Abeba. Asseoir un système de gestionbasé sur la performance, la compétence etla rationalisation des dépenses des différentsorganes de l'UA, constituent lesprincipales propositions retenues du processusde réforme de cette Organisationpanafricaine, appelée à renforcer son unitéet à fonctionner de façon optimale.Ouyahia a souligné à l'ouverture de cesommet que "l'Algérie sera aujourd'hui etdemain un défenseur et un acteurconvaincu d'une organisation continentalepensée et promue par les Africains et pourles Africains", ajoutant que c'est "uneorganisation où se retrouve et où fusionnent souverainement nos volontés nationales au profit de notre unité et de notre solidarité". Il a également mis en exergue l'importance qu'accorde l'Algérie à l'Afrique en déclarant qu'elle "considère son appartenance africaine comme un élément central de son identité et demeure fidèle aux solidarités qu'elle a partagéesavec les autres peuples et pays du continent pour les causes de la liberté et du développement".
Ce sommet étant axé sur la question de la réforme institutionnelle de l'UA, Ouyahia a, tout en soulignant l'adhésion de l'Algérie à ce processus et enfaisant part de sa satisfaction des nombreux consensus dégagés autour de certaines questions, appelé à poursuivre la finalisation des aspects toujours en discussion. A ce titre, Ouyahia a réaffirmé un certain nombre de principes que l'Algérie considère comme "essentiels" pour le succèsde la réforme de l'organisation continentale. Il s'agit en premier lieu, a indiqué Ouyahia, des "principes et valeurs contenus" dans l'Acte constitutif de l'UA et quicontinuent d'unir ses Etats. Il a, dans cecadre, ajouté que "l'Union africaine doit, naturellement, demeurer sous le contrôle souverain des Etats membres et ses mécanismesont la charge de mettre en oeuvre les décisions et les politiques arrêtées par les instances délibérantes". Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de maintenir la procédure d'élection des membres de la commission de l'Union africaine, selon les critères de parité de et de représentation équitable. S'agissant des questions d'intégration régionale,
Ouyahia a appelé à la préservation de la place des sous-régions et des communautés économiques régionales, en relevant que la création de la zone de libre échange continentale et le renforcement du rôle de la Commission de l'Union ne doivent pas remettre en cause ces réalités. Dans le même sillage, Ouyahia a abordé la question liée à la future agence de développement de l'UA en relevant que celle-ci "devra préserver et mettre en oeuvre les décisions déjà adoptées par l'Union en matière de développement, qu'il s'agisse de programmes prioritaires ou qu'il s'agisse de l'Agenda 2063, tout en préservant les acquis légués par le Nepad et en consolidant ses projections de développement".S'agissant du Mécanisme africaind'évaluation par les pairs (MAEP), lePremier ministre a appelé au maintien ducaractère volontaire de ce mécanisme. Lesquestions de la gestion administrative et financière étant également à l'ordre du jour du Sommet, Ouyahia a indiqué que "l'Union africaine doit accorder une grande importance à la rationalisation des dépenses, surtout que nous voulions affirmerl'autonomie financière de notre Union".
Il a, dans le même ordre d'idée,appelé à la révision du barème des contributionsdes Etats membres en soutenant que "l'Algérie qui a toujours donné l'exemple par sa disponibilité et sa régularité en la matière, considère qu'une répartition plus équitable des contributions financières entre les Etats membres est aussi un élément important dans le cadre de la réforme de l'Union africaine". Enfin,Ouyahia a déclaré que l'Algérie partage lanécessité de consolider le rôle de laCommission. Cependant, elle insiste surla préservation des Missions du ComitéReprésentants permanents (Corep) quiest l'organe du contrôle permanent del'Union africaine par ses Etats membres. Ouyahia est accompagné de AbdelkaderMessahel, ministres des Affaires étrangères.
Le traité constitutif de l'UA "doit être préservé de toute révision, car ilincarne les principes et les valeurs quinous unissent", a en effet déclaré Ouyahiaà l'ouverture des travaux du 11e sommetextraordinaire de l'UA, consacré pour lapremière fois à la réforme institutionnellede l'Organisation panafricaine. Il a ajouté que l'UA devait demeurer "sousle contrôle souverain de ses états membres", estimant que c'est de cette "manièrequ'elle représentera les peuples africains".
Il a par ailleurs appelé à la révision dubarème des contributions des Etats membrespour une "répartition équitable", rappelant
dans ce sens que "l'Algérie a toujoursdonné l'exemple par sa disponibilitéet sa régularité en matière de paiement".Durant deux jours, les chefs d'Etat et degouvernement des pays membres de l'UA, dont l'Algérie, auront à examiner le "projetde décisions" sur la réforme institutionnelle
de l'UA, finalisé lors de la 20e sessionextraordinaire du conseil exécutifréuni mercredi et jeudi derniers à Addis-Abeba. Asseoir un système de gestionbasé sur la performance, la compétence etla rationalisation des dépenses des différentsorganes de l'UA, constituent lesprincipales propositions retenues du processusde réforme de cette Organisationpanafricaine, appelée à renforcer son unitéet à fonctionner de façon optimale.Ouyahia a souligné à l'ouverture de cesommet que "l'Algérie sera aujourd'hui etdemain un défenseur et un acteurconvaincu d'une organisation continentalepensée et promue par les Africains et pourles Africains", ajoutant que c'est "uneorganisation où se retrouve et où fusionnent souverainement nos volontés nationales au profit de notre unité et de notre solidarité". Il a également mis en exergue l'importance qu'accorde l'Algérie à l'Afrique en déclarant qu'elle "considère son appartenance africaine comme un élément central de son identité et demeure fidèle aux solidarités qu'elle a partagéesavec les autres peuples et pays du continent pour les causes de la liberté et du développement".
Ce sommet étant axé sur la question de la réforme institutionnelle de l'UA, Ouyahia a, tout en soulignant l'adhésion de l'Algérie à ce processus et enfaisant part de sa satisfaction des nombreux consensus dégagés autour de certaines questions, appelé à poursuivre la finalisation des aspects toujours en discussion. A ce titre, Ouyahia a réaffirmé un certain nombre de principes que l'Algérie considère comme "essentiels" pour le succèsde la réforme de l'organisation continentale. Il s'agit en premier lieu, a indiqué Ouyahia, des "principes et valeurs contenus" dans l'Acte constitutif de l'UA et quicontinuent d'unir ses Etats. Il a, dans cecadre, ajouté que "l'Union africaine doit, naturellement, demeurer sous le contrôle souverain des Etats membres et ses mécanismesont la charge de mettre en oeuvre les décisions et les politiques arrêtées par les instances délibérantes". Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de maintenir la procédure d'élection des membres de la commission de l'Union africaine, selon les critères de parité de et de représentation équitable. S'agissant des questions d'intégration régionale,
Ouyahia a appelé à la préservation de la place des sous-régions et des communautés économiques régionales, en relevant que la création de la zone de libre échange continentale et le renforcement du rôle de la Commission de l'Union ne doivent pas remettre en cause ces réalités. Dans le même sillage, Ouyahia a abordé la question liée à la future agence de développement de l'UA en relevant que celle-ci "devra préserver et mettre en oeuvre les décisions déjà adoptées par l'Union en matière de développement, qu'il s'agisse de programmes prioritaires ou qu'il s'agisse de l'Agenda 2063, tout en préservant les acquis légués par le Nepad et en consolidant ses projections de développement".S'agissant du Mécanisme africaind'évaluation par les pairs (MAEP), lePremier ministre a appelé au maintien ducaractère volontaire de ce mécanisme. Lesquestions de la gestion administrative et financière étant également à l'ordre du jour du Sommet, Ouyahia a indiqué que "l'Union africaine doit accorder une grande importance à la rationalisation des dépenses, surtout que nous voulions affirmerl'autonomie financière de notre Union".
Il a, dans le même ordre d'idée,appelé à la révision du barème des contributionsdes Etats membres en soutenant que "l'Algérie qui a toujours donné l'exemple par sa disponibilité et sa régularité en la matière, considère qu'une répartition plus équitable des contributions financières entre les Etats membres est aussi un élément important dans le cadre de la réforme de l'Union africaine". Enfin,Ouyahia a déclaré que l'Algérie partage lanécessité de consolider le rôle de laCommission. Cependant, elle insiste surla préservation des Missions du ComitéReprésentants permanents (Corep) quiest l'organe du contrôle permanent del'Union africaine par ses Etats membres. Ouyahia est accompagné de AbdelkaderMessahel, ministres des Affaires étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.