Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des changements en vue
Billets de 500 et 1000 da
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 11 - 2018

La situation financière des banques est "forte", a indiquéle gouverneur de la Banqued'Algérie, Mohamed Loukal,qui a précisé que le systèmebancaire du pays est en"situation d'excès deliquidités".
La situation financière des banques est "forte", a indiquéle gouverneur de la Banqued'Algérie, Mohamed Loukal,qui a précisé que le systèmebancaire du pays est en"situation d'excès deliquidités".
En abordant le financement de l'économie lors d'une réunion tenue jeudidernier à Alger, avec les dirigeantsdes banques aux fins d'information,notamment sur les dernières décisions duConseil de la monnaie et du crédit priseslors de sa session du 4 novembre en cours,M. Loukal a fait savoir, qu'en matière de liquidités bancaires, la situation financièredes banques
commerciales et, corrélativement,leur capacité à assurer le financement"sain" de l'économie nationale, est"forte" et "établie", ont indiqué à l'APS,des responsables de la Banque d'Algérie àpropos de la teneur de cette rencontre."S'il est vrai que la baisse de la liquiditébancaire, en réalité de la baisse de l'excèsde liquidité bancaire, liée aux importantsdéficits de la balance des paiements, entaméeen 2015, s'est poursuivie en 2016, latrésorerie des banques s'est, néanmoins,stabilisée à compter du premier semestre2017,
affichant un niveau de près de 780milliards de dinars (mds DA), à fin juin2017", selon M. Loukal."Cette stabilisation de la liquidité bancaire,au 1er semestre de 2017, est concomitanteau lancement des opérationsd'open market, d'injection de liquidité àdiverses échéances, à partir de mars 2017", a-t-il poursuivi.
Forte augmentation de la liquidité suite à la mise en oeuvre du financement non conventionnel
La liquidité s'est, ensuite, fortement accrue dès novembre 2017, suite à la miseen oeuvre du financement non conventionnel,a relevé le gouverneur en précisantque cette liquidité a atteint 1.380,6 mds DA à fin décembre 2017, soit une croissance de 77% par rapport à son niveau au 1er semestre de l'année 2017, selon lemême responsable. Pour les dix (10) premiers mois de 2018, la liquidité bancaire s'est située entre 1.400 et 1.500 mds de DA, a-t-il détaillé. Selon M. Loukal, depuis janvier 2018, le système bancaire algérien, dans sa globalité, "est en situation d'excès de liquidités qui lui permet d'assurer aisément lesbesoins de financement sain de l'économie nationale".
Par ailleurs, il a rappelé avec insistance àla place bancaire du pays, l'importance de l'inclusion financière qui doit être accompagnée par des efforts accrus, en matière d'attractivité et de captage de la ressource, notamment celle échappant au circuit traditionnelbancaire.C'est ainsi que, le gouverneur de la Banque centrale a rappelé la nécessité d'une inclusion financière efficace destinée à assurer à l'économie, une croissance inclusive. En effet, "ces deux (2) fonctions étant indissociables pour la poursuite du développement et de la diversification plus prononcée de notre économie et ce, d'autant que les obstacles à l'inclusion financière, ont été levés par la Banque d'Algérie, à travers la promulgation de directives appropriées", a-t-il soutenu. Dans ce sens, M. Loukal a informé les dirigeants des banques, de la décision prise par le
Conseil de la monnaie et du crédit (CMC) pour l'élargissement de l'offre bancaire, à travers l'adoption d'un règlement consacrant la finance "participative" (produits financiers conformes à laCharia), devant permettre aux banques,notamment universelles, de compléter etde diversifier la promotion de la gamme de leurs produits et services bancaires, à tous les segments de la clientèle.L'autre décision du CMC, a-t-il ajouté, est
l'augmentation du capital minimum requis des banques, passant à vingt (20) milliards de DA contre dix (10) milliards de DA, tandis que le capital minimumrequis des établissements financiers, passe à 6,5 milliards de DA contre 3,5 milliards de DA. A cet égard, un délai de deux (2) années est accordé aux institutions concernées, pourse conformer à cette exigence réglementaire. Cet ajustement du capital minimum, "ne préjuge en rien de la solidité du système bancaire algérien, dans son ensemble, de ses capacités de résilience déjà éprouvées face aux chocs externes, et de sa relative rentabilité", a expliqué le gouverneur.
De surcroît, il a porté à la connaissance de la place bancaire, de l'autre décision du CMC portant sur l'émission imminente de nouvelles coupures de billets de banque de 500 et 1.000 DA, et de la pièce de monnaie de 100 DA, dans le cadre d'une opération de rafraichissement des monnaies. Il a alors expliqué, qu'il s'agissait d'une "opération classique de rafraîchissement des monnaies déjà en circulation, certaines datant de plus de trois (3) décennies,alliant, par ailleurs, les nouvelles techniques de sécurisation et de promotion del'évolution de l'Algérie, en matière de développement et de modernisation". A ce propos, M. Loukal a souligné avecinsistance, que "cette action ne constitue qu'une substitution progressive, enmatière de recyclage des billets en circulationde 500 et 1.000 DA, à même valeurfaciale". Cette opération, a tenu à préciser le gouverneurde la Banque centrale, "ne peut êtreet ne doit pas être interprétée comme unchangement de la monnaie nationale".
En abordant le financement de l'économie lors d'une réunion tenue jeudidernier à Alger, avec les dirigeantsdes banques aux fins d'information,notamment sur les dernières décisions duConseil de la monnaie et du crédit priseslors de sa session du 4 novembre en cours,M. Loukal a fait savoir, qu'en matière de liquidités bancaires, la situation financièredes banques
commerciales et, corrélativement,leur capacité à assurer le financement"sain" de l'économie nationale, est"forte" et "établie", ont indiqué à l'APS,des responsables de la Banque d'Algérie àpropos de la teneur de cette rencontre."S'il est vrai que la baisse de la liquiditébancaire, en réalité de la baisse de l'excèsde liquidité bancaire, liée aux importantsdéficits de la balance des paiements, entaméeen 2015, s'est poursuivie en 2016, latrésorerie des banques s'est, néanmoins,stabilisée à compter du premier semestre2017,
affichant un niveau de près de 780milliards de dinars (mds DA), à fin juin2017", selon M. Loukal."Cette stabilisation de la liquidité bancaire,au 1er semestre de 2017, est concomitanteau lancement des opérationsd'open market, d'injection de liquidité àdiverses échéances, à partir de mars 2017", a-t-il poursuivi.
Forte augmentation de la liquidité suite à la mise en oeuvre du financement non conventionnel
La liquidité s'est, ensuite, fortement accrue dès novembre 2017, suite à la miseen oeuvre du financement non conventionnel,a relevé le gouverneur en précisantque cette liquidité a atteint 1.380,6 mds DA à fin décembre 2017, soit une croissance de 77% par rapport à son niveau au 1er semestre de l'année 2017, selon lemême responsable. Pour les dix (10) premiers mois de 2018, la liquidité bancaire s'est située entre 1.400 et 1.500 mds de DA, a-t-il détaillé. Selon M. Loukal, depuis janvier 2018, le système bancaire algérien, dans sa globalité, "est en situation d'excès de liquidités qui lui permet d'assurer aisément lesbesoins de financement sain de l'économie nationale".
Par ailleurs, il a rappelé avec insistance àla place bancaire du pays, l'importance de l'inclusion financière qui doit être accompagnée par des efforts accrus, en matière d'attractivité et de captage de la ressource, notamment celle échappant au circuit traditionnelbancaire.C'est ainsi que, le gouverneur de la Banque centrale a rappelé la nécessité d'une inclusion financière efficace destinée à assurer à l'économie, une croissance inclusive. En effet, "ces deux (2) fonctions étant indissociables pour la poursuite du développement et de la diversification plus prononcée de notre économie et ce, d'autant que les obstacles à l'inclusion financière, ont été levés par la Banque d'Algérie, à travers la promulgation de directives appropriées", a-t-il soutenu. Dans ce sens, M. Loukal a informé les dirigeants des banques, de la décision prise par le
Conseil de la monnaie et du crédit (CMC) pour l'élargissement de l'offre bancaire, à travers l'adoption d'un règlement consacrant la finance "participative" (produits financiers conformes à laCharia), devant permettre aux banques,notamment universelles, de compléter etde diversifier la promotion de la gamme de leurs produits et services bancaires, à tous les segments de la clientèle.L'autre décision du CMC, a-t-il ajouté, est
l'augmentation du capital minimum requis des banques, passant à vingt (20) milliards de DA contre dix (10) milliards de DA, tandis que le capital minimumrequis des établissements financiers, passe à 6,5 milliards de DA contre 3,5 milliards de DA. A cet égard, un délai de deux (2) années est accordé aux institutions concernées, pourse conformer à cette exigence réglementaire. Cet ajustement du capital minimum, "ne préjuge en rien de la solidité du système bancaire algérien, dans son ensemble, de ses capacités de résilience déjà éprouvées face aux chocs externes, et de sa relative rentabilité", a expliqué le gouverneur.
De surcroît, il a porté à la connaissance de la place bancaire, de l'autre décision du CMC portant sur l'émission imminente de nouvelles coupures de billets de banque de 500 et 1.000 DA, et de la pièce de monnaie de 100 DA, dans le cadre d'une opération de rafraichissement des monnaies. Il a alors expliqué, qu'il s'agissait d'une "opération classique de rafraîchissement des monnaies déjà en circulation, certaines datant de plus de trois (3) décennies,alliant, par ailleurs, les nouvelles techniques de sécurisation et de promotion del'évolution de l'Algérie, en matière de développement et de modernisation". A ce propos, M. Loukal a souligné avecinsistance, que "cette action ne constitue qu'une substitution progressive, enmatière de recyclage des billets en circulationde 500 et 1.000 DA, à même valeurfaciale". Cette opération, a tenu à préciser le gouverneurde la Banque centrale, "ne peut êtreet ne doit pas être interprétée comme unchangement de la monnaie nationale".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.