Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère du Commerce saisit la justice
L'affaire du café non-conforme à la consommation
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 11 - 2018

Le récent scandale sur le café non-conforme à laconsommation a fait réagir leministère du Commerce. Ilvient de déposer plaintedevant la justice, contrecertaines entreprisesimpliquées dans ce trafic. Lestorréfacteurs, complices de cette vente, ne seront pas nonplus épargnés.
Le récent scandale sur le café non-conforme à laconsommation a fait réagir leministère du Commerce. Ilvient de déposer plaintedevant la justice, contrecertaines entreprisesimpliquées dans ce trafic. Lestorréfacteurs, complices de cette vente, ne seront pas nonplus épargnés.
Finalement, le ministère du Commerce a préféré la voie judiciaire contre ceuxqui sont responsables "d'empoisonnement"des consommateurs algériens.En effet, selon des échos du département deSaïd Djellab, une plainte a été instruite auniveau de la justice contre 12 entreprisesspécialisées dans la commercialisation ducafé.Ces dernières sont accusées, selon leministère, de "surdosage en sucre des produitsde café", d'après les échantillonsd'analyses fournies par les laboratoires decontrôle et de vérification de la qualité.
Après le scandale retentissant révélé parl'Association nationale de défense desconsommateurs, précisant que 84% du caféest non-conforme, le ministère va encoreapprofondir l'enquête sur tous le réseaucommercial du café, qui inclut les torréfacteursqui se sont multipliés ces dernierstemps.Il s'est avéré que 5 marques, sur les 12,sont conformes puisqu'elles ne dépassentpas le taux autorisé de 3% de sucre ajoutécomme ingrédient dans la fabrication ducafé.Quant aux autres, elles font fi de la réglementationen la matière, ajoutant jusqu'à5% de sucre.Une source du département de contrôle dela qualité du ministère a indiqué, dernièrement,
que des inspections seront entaméesd'ici peu, pour "s'enquérir de cesréseaux de vente, et de procéder à d'autresanalyses sur le café écoulé". On retient,d'ores et déjà, que la plupart des torréfacteursn'indiquent pas dans leur étiquetage,les ingrédients et encore moins, la spécificité du café selon lequel il s'agit de Robusta ou d'Arabica, deux références mondiales dans les transactions du café.Pis encore, il existerait des matières dangereuseset cancérigènes, dans certaines marques de café qui s'emploient à introduiredes extraits non autorisés. L'article 21 du décret n° 17-99 de février 2017,
le précise clairement : "Les ingrédients demélange d'extraits doivent être indiquéspar ordre décroissant", ajoutant que "ladénomination du café doit être suivie d'une mention faisant connaître la nature et la proportion de la matière étrangère au café,constituant son enrobage".Ces mentions, qui doivent être impérativementindiquées au consommateur, ne lesont pas dans la plupart des cas, alors queles marques qui font des matraquagespublicitaires de leurs produits, sont peuregardantes sur le respect de ces normes. Et depuis, les craintes du consommateur sur le "café frelaté", n'ont pas cessé dès lors que, les Algériens sont réputés d'en être de grands consommateurs.
Finalement, le ministère du Commerce a préféré la voie judiciaire contre ceuxqui sont responsables "d'empoisonnement"des consommateurs algériens.En effet, selon des échos du département deSaïd Djellab, une plainte a été instruite auniveau de la justice contre 12 entreprisesspécialisées dans la commercialisation ducafé.Ces dernières sont accusées, selon leministère, de "surdosage en sucre des produitsde café", d'après les échantillonsd'analyses fournies par les laboratoires decontrôle et de vérification de la qualité.
Après le scandale retentissant révélé parl'Association nationale de défense desconsommateurs, précisant que 84% du caféest non-conforme, le ministère va encoreapprofondir l'enquête sur tous le réseaucommercial du café, qui inclut les torréfacteursqui se sont multipliés ces dernierstemps.Il s'est avéré que 5 marques, sur les 12,sont conformes puisqu'elles ne dépassentpas le taux autorisé de 3% de sucre ajoutécomme ingrédient dans la fabrication ducafé.Quant aux autres, elles font fi de la réglementationen la matière, ajoutant jusqu'à5% de sucre.Une source du département de contrôle dela qualité du ministère a indiqué, dernièrement,
que des inspections seront entaméesd'ici peu, pour "s'enquérir de cesréseaux de vente, et de procéder à d'autresanalyses sur le café écoulé". On retient,d'ores et déjà, que la plupart des torréfacteursn'indiquent pas dans leur étiquetage,les ingrédients et encore moins, la spécificité du café selon lequel il s'agit de Robusta ou d'Arabica, deux références mondiales dans les transactions du café.Pis encore, il existerait des matières dangereuseset cancérigènes, dans certaines marques de café qui s'emploient à introduiredes extraits non autorisés. L'article 21 du décret n° 17-99 de février 2017,
le précise clairement : "Les ingrédients demélange d'extraits doivent être indiquéspar ordre décroissant", ajoutant que "ladénomination du café doit être suivie d'une mention faisant connaître la nature et la proportion de la matière étrangère au café,constituant son enrobage".Ces mentions, qui doivent être impérativementindiquées au consommateur, ne lesont pas dans la plupart des cas, alors queles marques qui font des matraquagespublicitaires de leurs produits, sont peuregardantes sur le respect de ces normes. Et depuis, les craintes du consommateur sur le "café frelaté", n'ont pas cessé dès lors que, les Algériens sont réputés d'en être de grands consommateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.