Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Gaïd Salah s'offusque du boycott de la conférence de Bensalah    Le Brent à 74,43 dollars mardi à Londres    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole iranien: Pékin proteste contre les sanctions américaines    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    La justice militaire passe à l'acte    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    Sous le spectre du boycott    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    La rue applaudit les décisions    Le bal des hypocrites    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère du Commerce saisit la justice
L'affaire du café non-conforme à la consommation
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 11 - 2018

Le récent scandale sur le café non-conforme à laconsommation a fait réagir leministère du Commerce. Ilvient de déposer plaintedevant la justice, contrecertaines entreprisesimpliquées dans ce trafic. Lestorréfacteurs, complices de cette vente, ne seront pas nonplus épargnés.
Le récent scandale sur le café non-conforme à laconsommation a fait réagir leministère du Commerce. Ilvient de déposer plaintedevant la justice, contrecertaines entreprisesimpliquées dans ce trafic. Lestorréfacteurs, complices de cette vente, ne seront pas nonplus épargnés.
Finalement, le ministère du Commerce a préféré la voie judiciaire contre ceuxqui sont responsables "d'empoisonnement"des consommateurs algériens.En effet, selon des échos du département deSaïd Djellab, une plainte a été instruite auniveau de la justice contre 12 entreprisesspécialisées dans la commercialisation ducafé.Ces dernières sont accusées, selon leministère, de "surdosage en sucre des produitsde café", d'après les échantillonsd'analyses fournies par les laboratoires decontrôle et de vérification de la qualité.
Après le scandale retentissant révélé parl'Association nationale de défense desconsommateurs, précisant que 84% du caféest non-conforme, le ministère va encoreapprofondir l'enquête sur tous le réseaucommercial du café, qui inclut les torréfacteursqui se sont multipliés ces dernierstemps.Il s'est avéré que 5 marques, sur les 12,sont conformes puisqu'elles ne dépassentpas le taux autorisé de 3% de sucre ajoutécomme ingrédient dans la fabrication ducafé.Quant aux autres, elles font fi de la réglementationen la matière, ajoutant jusqu'à5% de sucre.Une source du département de contrôle dela qualité du ministère a indiqué, dernièrement,
que des inspections seront entaméesd'ici peu, pour "s'enquérir de cesréseaux de vente, et de procéder à d'autresanalyses sur le café écoulé". On retient,d'ores et déjà, que la plupart des torréfacteursn'indiquent pas dans leur étiquetage,les ingrédients et encore moins, la spécificité du café selon lequel il s'agit de Robusta ou d'Arabica, deux références mondiales dans les transactions du café.Pis encore, il existerait des matières dangereuseset cancérigènes, dans certaines marques de café qui s'emploient à introduiredes extraits non autorisés. L'article 21 du décret n° 17-99 de février 2017,
le précise clairement : "Les ingrédients demélange d'extraits doivent être indiquéspar ordre décroissant", ajoutant que "ladénomination du café doit être suivie d'une mention faisant connaître la nature et la proportion de la matière étrangère au café,constituant son enrobage".Ces mentions, qui doivent être impérativementindiquées au consommateur, ne lesont pas dans la plupart des cas, alors queles marques qui font des matraquagespublicitaires de leurs produits, sont peuregardantes sur le respect de ces normes. Et depuis, les craintes du consommateur sur le "café frelaté", n'ont pas cessé dès lors que, les Algériens sont réputés d'en être de grands consommateurs.
Finalement, le ministère du Commerce a préféré la voie judiciaire contre ceuxqui sont responsables "d'empoisonnement"des consommateurs algériens.En effet, selon des échos du département deSaïd Djellab, une plainte a été instruite auniveau de la justice contre 12 entreprisesspécialisées dans la commercialisation ducafé.Ces dernières sont accusées, selon leministère, de "surdosage en sucre des produitsde café", d'après les échantillonsd'analyses fournies par les laboratoires decontrôle et de vérification de la qualité.
Après le scandale retentissant révélé parl'Association nationale de défense desconsommateurs, précisant que 84% du caféest non-conforme, le ministère va encoreapprofondir l'enquête sur tous le réseaucommercial du café, qui inclut les torréfacteursqui se sont multipliés ces dernierstemps.Il s'est avéré que 5 marques, sur les 12,sont conformes puisqu'elles ne dépassentpas le taux autorisé de 3% de sucre ajoutécomme ingrédient dans la fabrication ducafé.Quant aux autres, elles font fi de la réglementationen la matière, ajoutant jusqu'à5% de sucre.Une source du département de contrôle dela qualité du ministère a indiqué, dernièrement,
que des inspections seront entaméesd'ici peu, pour "s'enquérir de cesréseaux de vente, et de procéder à d'autresanalyses sur le café écoulé". On retient,d'ores et déjà, que la plupart des torréfacteursn'indiquent pas dans leur étiquetage,les ingrédients et encore moins, la spécificité du café selon lequel il s'agit de Robusta ou d'Arabica, deux références mondiales dans les transactions du café.Pis encore, il existerait des matières dangereuseset cancérigènes, dans certaines marques de café qui s'emploient à introduiredes extraits non autorisés. L'article 21 du décret n° 17-99 de février 2017,
le précise clairement : "Les ingrédients demélange d'extraits doivent être indiquéspar ordre décroissant", ajoutant que "ladénomination du café doit être suivie d'une mention faisant connaître la nature et la proportion de la matière étrangère au café,constituant son enrobage".Ces mentions, qui doivent être impérativementindiquées au consommateur, ne lesont pas dans la plupart des cas, alors queles marques qui font des matraquagespublicitaires de leurs produits, sont peuregardantes sur le respect de ces normes. Et depuis, les craintes du consommateur sur le "café frelaté", n'ont pas cessé dès lors que, les Algériens sont réputés d'en être de grands consommateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.