«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère du Commerce saisit la justice
L'affaire du café non-conforme à la consommation
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 11 - 2018

Le récent scandale sur le café non-conforme à laconsommation a fait réagir leministère du Commerce. Ilvient de déposer plaintedevant la justice, contrecertaines entreprisesimpliquées dans ce trafic. Lestorréfacteurs, complices de cette vente, ne seront pas nonplus épargnés.
Le récent scandale sur le café non-conforme à laconsommation a fait réagir leministère du Commerce. Ilvient de déposer plaintedevant la justice, contrecertaines entreprisesimpliquées dans ce trafic. Lestorréfacteurs, complices de cette vente, ne seront pas nonplus épargnés.
Finalement, le ministère du Commerce a préféré la voie judiciaire contre ceuxqui sont responsables "d'empoisonnement"des consommateurs algériens.En effet, selon des échos du département deSaïd Djellab, une plainte a été instruite auniveau de la justice contre 12 entreprisesspécialisées dans la commercialisation ducafé.Ces dernières sont accusées, selon leministère, de "surdosage en sucre des produitsde café", d'après les échantillonsd'analyses fournies par les laboratoires decontrôle et de vérification de la qualité.
Après le scandale retentissant révélé parl'Association nationale de défense desconsommateurs, précisant que 84% du caféest non-conforme, le ministère va encoreapprofondir l'enquête sur tous le réseaucommercial du café, qui inclut les torréfacteursqui se sont multipliés ces dernierstemps.Il s'est avéré que 5 marques, sur les 12,sont conformes puisqu'elles ne dépassentpas le taux autorisé de 3% de sucre ajoutécomme ingrédient dans la fabrication ducafé.Quant aux autres, elles font fi de la réglementationen la matière, ajoutant jusqu'à5% de sucre.Une source du département de contrôle dela qualité du ministère a indiqué, dernièrement,
que des inspections seront entaméesd'ici peu, pour "s'enquérir de cesréseaux de vente, et de procéder à d'autresanalyses sur le café écoulé". On retient,d'ores et déjà, que la plupart des torréfacteursn'indiquent pas dans leur étiquetage,les ingrédients et encore moins, la spécificité du café selon lequel il s'agit de Robusta ou d'Arabica, deux références mondiales dans les transactions du café.Pis encore, il existerait des matières dangereuseset cancérigènes, dans certaines marques de café qui s'emploient à introduiredes extraits non autorisés. L'article 21 du décret n° 17-99 de février 2017,
le précise clairement : "Les ingrédients demélange d'extraits doivent être indiquéspar ordre décroissant", ajoutant que "ladénomination du café doit être suivie d'une mention faisant connaître la nature et la proportion de la matière étrangère au café,constituant son enrobage".Ces mentions, qui doivent être impérativementindiquées au consommateur, ne lesont pas dans la plupart des cas, alors queles marques qui font des matraquagespublicitaires de leurs produits, sont peuregardantes sur le respect de ces normes. Et depuis, les craintes du consommateur sur le "café frelaté", n'ont pas cessé dès lors que, les Algériens sont réputés d'en être de grands consommateurs.
Finalement, le ministère du Commerce a préféré la voie judiciaire contre ceuxqui sont responsables "d'empoisonnement"des consommateurs algériens.En effet, selon des échos du département deSaïd Djellab, une plainte a été instruite auniveau de la justice contre 12 entreprisesspécialisées dans la commercialisation ducafé.Ces dernières sont accusées, selon leministère, de "surdosage en sucre des produitsde café", d'après les échantillonsd'analyses fournies par les laboratoires decontrôle et de vérification de la qualité.
Après le scandale retentissant révélé parl'Association nationale de défense desconsommateurs, précisant que 84% du caféest non-conforme, le ministère va encoreapprofondir l'enquête sur tous le réseaucommercial du café, qui inclut les torréfacteursqui se sont multipliés ces dernierstemps.Il s'est avéré que 5 marques, sur les 12,sont conformes puisqu'elles ne dépassentpas le taux autorisé de 3% de sucre ajoutécomme ingrédient dans la fabrication ducafé.Quant aux autres, elles font fi de la réglementationen la matière, ajoutant jusqu'à5% de sucre.Une source du département de contrôle dela qualité du ministère a indiqué, dernièrement,
que des inspections seront entaméesd'ici peu, pour "s'enquérir de cesréseaux de vente, et de procéder à d'autresanalyses sur le café écoulé". On retient,d'ores et déjà, que la plupart des torréfacteursn'indiquent pas dans leur étiquetage,les ingrédients et encore moins, la spécificité du café selon lequel il s'agit de Robusta ou d'Arabica, deux références mondiales dans les transactions du café.Pis encore, il existerait des matières dangereuseset cancérigènes, dans certaines marques de café qui s'emploient à introduiredes extraits non autorisés. L'article 21 du décret n° 17-99 de février 2017,
le précise clairement : "Les ingrédients demélange d'extraits doivent être indiquéspar ordre décroissant", ajoutant que "ladénomination du café doit être suivie d'une mention faisant connaître la nature et la proportion de la matière étrangère au café,constituant son enrobage".Ces mentions, qui doivent être impérativementindiquées au consommateur, ne lesont pas dans la plupart des cas, alors queles marques qui font des matraquagespublicitaires de leurs produits, sont peuregardantes sur le respect de ces normes. Et depuis, les craintes du consommateur sur le "café frelaté", n'ont pas cessé dès lors que, les Algériens sont réputés d'en être de grands consommateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.