L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"
Migration illégale :
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 01 - 2019

Le directeur de recherche au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement), Mohamed Saïb Musette, a affirmé hier que le phénomène des harraga ne représente "qu'un symptôme, qu'une petite hémorragie dans le corps social".
Le directeur de recherche au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement), Mohamed Saïb Musette, a affirmé hier que le phénomène des harraga ne représente "qu'un symptôme, qu'une petite hémorragie dans le corps social".
La "harga pour moi n'est qu'un symptôme, qu'une petite hémorragiedans le corps social. Nous avons d'autres hémorragies comme la fuite des cerveaux", a affirmé M. Musette dans un entretien accordé à la
chaîne 3 de la Radio nationale. "Ce n'estpas seulement en soignant une petiteplaie, qui fait mal actuellement, qu'onva arrêter le saignement. Il faut traiter lecorps social dans sa totalité, que ce soiten termes de mobilité ou de migrationinternationale", a-t-il estimé. "Est-ceque nous sommes devant un problème demigration illégale internationale, ou sommes-nous devant un phénomène social impliquant directement la jeunesse? Je pense que le phénomène aévolué, nous sommes devant un phénomènede société. La migration irrégulièrene concerne plus que le jeune seulement,des familles sont impliquées età tout âge on voit des personnes quiprennent le risque de partir", a expliquéM. Musette.
Ce dernier a également rappelé que lephénomène des harraga n'est pas nouveau."Depuis l'an 2000, on compte nosmorts et on compte les disparus. Onsavait dejà que les réseaux s'activaient. Les études effectuées démontrent qu'on savait pertinemment bien qu'il y avait des disparus et des morts. Maintenant le problème de migration est devenu international,avec d'autres phénomènes", a indiqué Mohamed Saïb Mussette.Le directeur général du Centre a par ailleurs déploré l'absence de recherches approfondies sur le sujet. "Sur le plan de la harga, on n'a jamais fait de recherche sur le phénomène en Algérie. La première des choses pour moi serait de faire un diagnostic stratégique du phénomène dans toutes ses dimensions.
Une fois fait, on peut sortir avec un plan d'action puis une stratégie de communication", a-t-il préconisé. Hier, le ministre de l'Intérieur, Nourredine Bedoui, a réduit le phénomène de l'immigration aux jeunes qui risquent leur vie, en tentant de traverser la Méditerranée, à bord d'embarcations de fortune, pour rejoindre l'Europe. Il a mis en cause notamment les réseaux sociaux dans le développement du phénomène de l'immigration clandestine, en affirmant que "dans la plupart des cas, les harraga recherchent "l'élévation soc ale et les gains rapides"
La "harga pour moi n'est qu'un symptôme, qu'une petite hémorragiedans le corps social. Nous avons d'autres hémorragies comme la fuite des cerveaux", a affirmé M. Musette dans un entretien accordé à la
chaîne 3 de la Radio nationale. "Ce n'estpas seulement en soignant une petiteplaie, qui fait mal actuellement, qu'onva arrêter le saignement. Il faut traiter lecorps social dans sa totalité, que ce soiten termes de mobilité ou de migrationinternationale", a-t-il estimé. "Est-ceque nous sommes devant un problème demigration illégale internationale, ou sommes-nous devant un phénomène social impliquant directement la jeunesse? Je pense que le phénomène aévolué, nous sommes devant un phénomènede société. La migration irrégulièrene concerne plus que le jeune seulement,des familles sont impliquées età tout âge on voit des personnes quiprennent le risque de partir", a expliquéM. Musette.
Ce dernier a également rappelé que lephénomène des harraga n'est pas nouveau."Depuis l'an 2000, on compte nosmorts et on compte les disparus. Onsavait dejà que les réseaux s'activaient. Les études effectuées démontrent qu'on savait pertinemment bien qu'il y avait des disparus et des morts. Maintenant le problème de migration est devenu international,avec d'autres phénomènes", a indiqué Mohamed Saïb Mussette.Le directeur général du Centre a par ailleurs déploré l'absence de recherches approfondies sur le sujet. "Sur le plan de la harga, on n'a jamais fait de recherche sur le phénomène en Algérie. La première des choses pour moi serait de faire un diagnostic stratégique du phénomène dans toutes ses dimensions.
Une fois fait, on peut sortir avec un plan d'action puis une stratégie de communication", a-t-il préconisé. Hier, le ministre de l'Intérieur, Nourredine Bedoui, a réduit le phénomène de l'immigration aux jeunes qui risquent leur vie, en tentant de traverser la Méditerranée, à bord d'embarcations de fortune, pour rejoindre l'Europe. Il a mis en cause notamment les réseaux sociaux dans le développement du phénomène de l'immigration clandestine, en affirmant que "dans la plupart des cas, les harraga recherchent "l'élévation soc ale et les gains rapides"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.