La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Oran abrite le championnat régional    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Arrestation de 12 narcotrafiquants et saisis de 11 qx de kif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    La CAF rejette le recours de la FAF    Bouteflika demain à Genève    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Plus de 11.000 infractions en 2018    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Bilel Naïli suspendu pour dopage    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Catastrophes naturelles Indemnisations de 7 milliards de dinars    Contestation à Sidi Lahcèn.. La liste des 327 logements sociaux gelée    Air Algérie.. Les vols vers l'étranger à moitié prix    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Conseil constitutionnel.. Belaiz prête serment devant Bouteflika    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    La main cachée du FIS    Inde et pakistan.. Le spectre d'une guerre au Cachemire    Espionnage économique.. Un franco-algérien condamné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    Blida.. Plus de 11 quintaux de kif traité saisis    MASCARA : Un homme s'immole à Tighennif    TIARET : Crash d'un avion militaire à Rechaiga    EMPLOI : 50.000 nouveaux postes pour les affaires sociales    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Manifestations contre le 5e mandat à Sétif et Bougaa (vidéo)    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    La CAF confirme les sanctions de Bahloul et Fertoul    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"
Migration illégale :
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 01 - 2019

Le directeur de recherche au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement), Mohamed Saïb Musette, a affirmé hier que le phénomène des harraga ne représente "qu'un symptôme, qu'une petite hémorragie dans le corps social".
Le directeur de recherche au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement), Mohamed Saïb Musette, a affirmé hier que le phénomène des harraga ne représente "qu'un symptôme, qu'une petite hémorragie dans le corps social".
La "harga pour moi n'est qu'un symptôme, qu'une petite hémorragiedans le corps social. Nous avons d'autres hémorragies comme la fuite des cerveaux", a affirmé M. Musette dans un entretien accordé à la
chaîne 3 de la Radio nationale. "Ce n'estpas seulement en soignant une petiteplaie, qui fait mal actuellement, qu'onva arrêter le saignement. Il faut traiter lecorps social dans sa totalité, que ce soiten termes de mobilité ou de migrationinternationale", a-t-il estimé. "Est-ceque nous sommes devant un problème demigration illégale internationale, ou sommes-nous devant un phénomène social impliquant directement la jeunesse? Je pense que le phénomène aévolué, nous sommes devant un phénomènede société. La migration irrégulièrene concerne plus que le jeune seulement,des familles sont impliquées età tout âge on voit des personnes quiprennent le risque de partir", a expliquéM. Musette.
Ce dernier a également rappelé que lephénomène des harraga n'est pas nouveau."Depuis l'an 2000, on compte nosmorts et on compte les disparus. Onsavait dejà que les réseaux s'activaient. Les études effectuées démontrent qu'on savait pertinemment bien qu'il y avait des disparus et des morts. Maintenant le problème de migration est devenu international,avec d'autres phénomènes", a indiqué Mohamed Saïb Mussette.Le directeur général du Centre a par ailleurs déploré l'absence de recherches approfondies sur le sujet. "Sur le plan de la harga, on n'a jamais fait de recherche sur le phénomène en Algérie. La première des choses pour moi serait de faire un diagnostic stratégique du phénomène dans toutes ses dimensions.
Une fois fait, on peut sortir avec un plan d'action puis une stratégie de communication", a-t-il préconisé. Hier, le ministre de l'Intérieur, Nourredine Bedoui, a réduit le phénomène de l'immigration aux jeunes qui risquent leur vie, en tentant de traverser la Méditerranée, à bord d'embarcations de fortune, pour rejoindre l'Europe. Il a mis en cause notamment les réseaux sociaux dans le développement du phénomène de l'immigration clandestine, en affirmant que "dans la plupart des cas, les harraga recherchent "l'élévation soc ale et les gains rapides"
La "harga pour moi n'est qu'un symptôme, qu'une petite hémorragiedans le corps social. Nous avons d'autres hémorragies comme la fuite des cerveaux", a affirmé M. Musette dans un entretien accordé à la
chaîne 3 de la Radio nationale. "Ce n'estpas seulement en soignant une petiteplaie, qui fait mal actuellement, qu'onva arrêter le saignement. Il faut traiter lecorps social dans sa totalité, que ce soiten termes de mobilité ou de migrationinternationale", a-t-il estimé. "Est-ceque nous sommes devant un problème demigration illégale internationale, ou sommes-nous devant un phénomène social impliquant directement la jeunesse? Je pense que le phénomène aévolué, nous sommes devant un phénomènede société. La migration irrégulièrene concerne plus que le jeune seulement,des familles sont impliquées età tout âge on voit des personnes quiprennent le risque de partir", a expliquéM. Musette.
Ce dernier a également rappelé que lephénomène des harraga n'est pas nouveau."Depuis l'an 2000, on compte nosmorts et on compte les disparus. Onsavait dejà que les réseaux s'activaient. Les études effectuées démontrent qu'on savait pertinemment bien qu'il y avait des disparus et des morts. Maintenant le problème de migration est devenu international,avec d'autres phénomènes", a indiqué Mohamed Saïb Mussette.Le directeur général du Centre a par ailleurs déploré l'absence de recherches approfondies sur le sujet. "Sur le plan de la harga, on n'a jamais fait de recherche sur le phénomène en Algérie. La première des choses pour moi serait de faire un diagnostic stratégique du phénomène dans toutes ses dimensions.
Une fois fait, on peut sortir avec un plan d'action puis une stratégie de communication", a-t-il préconisé. Hier, le ministre de l'Intérieur, Nourredine Bedoui, a réduit le phénomène de l'immigration aux jeunes qui risquent leur vie, en tentant de traverser la Méditerranée, à bord d'embarcations de fortune, pour rejoindre l'Europe. Il a mis en cause notamment les réseaux sociaux dans le développement du phénomène de l'immigration clandestine, en affirmant que "dans la plupart des cas, les harraga recherchent "l'élévation soc ale et les gains rapides"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.