Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faux scoops et vrais bobards
Des tv étrangéres s'adoonent à de la manipulation
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 03 - 2019

Les marches populaires en Algérie ont fait l'objet de manipulations visibles par desTV étrangères tant européennes qu'arabes.
Les marches populaires en Algérie ont fait l'objet de manipulations visibles par desTV étrangères tant européennes qu'arabes.
Des images de guerre en boucle et des arrestations massives ont étédiffusées alors que les manifestionspubliques n'ont pas bénéficié d'un traitementobjectif. Sur les écrans de France24 dans sa version arabe et anglaise, lesimages chocs de "casseurs et odeurs defumées" ont été relayées sans discontinuité.Les présentateurs entament leurs sujets par des jeunes en proie à la violence en montrant la mise à sac d'unhôtel et d'une agence bancaire. Desimages qui n'ont montré qu'un aspect desmanifestations publiques qui se sont déroulées dans le calme, de l'aveu de tous les observateurs. Sur la BBC versionarabe, de vieilles images datant d'octobre1988 ont été montrées à l'écran alors quele débat se déroule en 2019. Sous prétextede relancer le processus de démocratisationen
Algérie depuis la fin desannées 80, on voyait des images dejeunes de cette époque qui "cassaient lesédifices publics" sous le sobriquet de larévolte des jeunes. La chaîne El Ghad quise singularise dans ces scénarii, préfèredonner la parole à de "jeunes désoeuvrés"ne tenant pas un discours cohérent alorsque le correspondant avait un large choixd'interviews avec des citoyens de toutescatégories. Pour sa part, la chaîne ElDjazira El Moubasher (direct) n'a pas hésité à diffuser les images du CHU deGenève où se soigne le Président Boutefika poussant l'insolence jusqu'à montrer une image dégradante de l'état de santé du chef de l'Etat. Une grave entorse aux règles de l'éthique pousse ces TV à grande audience à jouer sur la fibre sentimentale de ces téléspectateurs algériens.
Des entretiens sont aussitôt animés avec des citoyens algériens résidant en Suisse qui se permettent tous les "ragots" et autres infos de "caniveau" sur la personne du Président, sachant que c'est au personnel soignant et aux autorités algériennes d'en informer le public. Sous prétexte de verrouillage de l'information, ces médias "travaillent" selon leurs propres agendas l'opinion publique selon un dosage allant dans le sens du sensationnel et du fait brut en diffusant des images résultant des autres conflits. Une chaîne proche des thèses de la mouvance islamiste recycle les images datant de la tragédie nationale pour illustrer à coup de fake news et de désinformations systématiques sur toute l'actualité brûlante nationale. La palme d'or revient à El Magharibia (chaîne de proximité islamiste) dans la manipulation par des émissions où les raccourcis, les insultes et le parjure sont légion.
Les images montrent généralement des quartiers sordides et des terrains vagues pleins de détritus pour illustrer uniquement le côté sombre du pays. En l'absence de toute déontologie, ces chaînes déversent leur fiel sans retenue où l'opinion partiale l'emporte sur le débat objectif et où l'insulte et les accusations gratuites sans fondements sur des personnes s'érigenten dogme.
Des images de guerre en boucle et des arrestations massives ont étédiffusées alors que les manifestionspubliques n'ont pas bénéficié d'un traitementobjectif. Sur les écrans de France24 dans sa version arabe et anglaise, lesimages chocs de "casseurs et odeurs defumées" ont été relayées sans discontinuité.Les présentateurs entament leurs sujets par des jeunes en proie à la violence en montrant la mise à sac d'unhôtel et d'une agence bancaire. Desimages qui n'ont montré qu'un aspect desmanifestations publiques qui se sont déroulées dans le calme, de l'aveu de tous les observateurs. Sur la BBC versionarabe, de vieilles images datant d'octobre1988 ont été montrées à l'écran alors quele débat se déroule en 2019. Sous prétextede relancer le processus de démocratisationen
Algérie depuis la fin desannées 80, on voyait des images dejeunes de cette époque qui "cassaient lesédifices publics" sous le sobriquet de larévolte des jeunes. La chaîne El Ghad quise singularise dans ces scénarii, préfèredonner la parole à de "jeunes désoeuvrés"ne tenant pas un discours cohérent alorsque le correspondant avait un large choixd'interviews avec des citoyens de toutescatégories. Pour sa part, la chaîne ElDjazira El Moubasher (direct) n'a pas hésité à diffuser les images du CHU deGenève où se soigne le Président Boutefika poussant l'insolence jusqu'à montrer une image dégradante de l'état de santé du chef de l'Etat. Une grave entorse aux règles de l'éthique pousse ces TV à grande audience à jouer sur la fibre sentimentale de ces téléspectateurs algériens.
Des entretiens sont aussitôt animés avec des citoyens algériens résidant en Suisse qui se permettent tous les "ragots" et autres infos de "caniveau" sur la personne du Président, sachant que c'est au personnel soignant et aux autorités algériennes d'en informer le public. Sous prétexte de verrouillage de l'information, ces médias "travaillent" selon leurs propres agendas l'opinion publique selon un dosage allant dans le sens du sensationnel et du fait brut en diffusant des images résultant des autres conflits. Une chaîne proche des thèses de la mouvance islamiste recycle les images datant de la tragédie nationale pour illustrer à coup de fake news et de désinformations systématiques sur toute l'actualité brûlante nationale. La palme d'or revient à El Magharibia (chaîne de proximité islamiste) dans la manipulation par des émissions où les raccourcis, les insultes et le parjure sont légion.
Les images montrent généralement des quartiers sordides et des terrains vagues pleins de détritus pour illustrer uniquement le côté sombre du pays. En l'absence de toute déontologie, ces chaînes déversent leur fiel sans retenue où l'opinion partiale l'emporte sur le débat objectif et où l'insulte et les accusations gratuites sans fondements sur des personnes s'érigenten dogme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.