DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faux scoops et vrais bobards
Des tv étrangéres s'adoonent à de la manipulation
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 03 - 2019

Les marches populaires en Algérie ont fait l'objet de manipulations visibles par desTV étrangères tant européennes qu'arabes.
Les marches populaires en Algérie ont fait l'objet de manipulations visibles par desTV étrangères tant européennes qu'arabes.
Des images de guerre en boucle et des arrestations massives ont étédiffusées alors que les manifestionspubliques n'ont pas bénéficié d'un traitementobjectif. Sur les écrans de France24 dans sa version arabe et anglaise, lesimages chocs de "casseurs et odeurs defumées" ont été relayées sans discontinuité.Les présentateurs entament leurs sujets par des jeunes en proie à la violence en montrant la mise à sac d'unhôtel et d'une agence bancaire. Desimages qui n'ont montré qu'un aspect desmanifestations publiques qui se sont déroulées dans le calme, de l'aveu de tous les observateurs. Sur la BBC versionarabe, de vieilles images datant d'octobre1988 ont été montrées à l'écran alors quele débat se déroule en 2019. Sous prétextede relancer le processus de démocratisationen
Algérie depuis la fin desannées 80, on voyait des images dejeunes de cette époque qui "cassaient lesédifices publics" sous le sobriquet de larévolte des jeunes. La chaîne El Ghad quise singularise dans ces scénarii, préfèredonner la parole à de "jeunes désoeuvrés"ne tenant pas un discours cohérent alorsque le correspondant avait un large choixd'interviews avec des citoyens de toutescatégories. Pour sa part, la chaîne ElDjazira El Moubasher (direct) n'a pas hésité à diffuser les images du CHU deGenève où se soigne le Président Boutefika poussant l'insolence jusqu'à montrer une image dégradante de l'état de santé du chef de l'Etat. Une grave entorse aux règles de l'éthique pousse ces TV à grande audience à jouer sur la fibre sentimentale de ces téléspectateurs algériens.
Des entretiens sont aussitôt animés avec des citoyens algériens résidant en Suisse qui se permettent tous les "ragots" et autres infos de "caniveau" sur la personne du Président, sachant que c'est au personnel soignant et aux autorités algériennes d'en informer le public. Sous prétexte de verrouillage de l'information, ces médias "travaillent" selon leurs propres agendas l'opinion publique selon un dosage allant dans le sens du sensationnel et du fait brut en diffusant des images résultant des autres conflits. Une chaîne proche des thèses de la mouvance islamiste recycle les images datant de la tragédie nationale pour illustrer à coup de fake news et de désinformations systématiques sur toute l'actualité brûlante nationale. La palme d'or revient à El Magharibia (chaîne de proximité islamiste) dans la manipulation par des émissions où les raccourcis, les insultes et le parjure sont légion.
Les images montrent généralement des quartiers sordides et des terrains vagues pleins de détritus pour illustrer uniquement le côté sombre du pays. En l'absence de toute déontologie, ces chaînes déversent leur fiel sans retenue où l'opinion partiale l'emporte sur le débat objectif et où l'insulte et les accusations gratuites sans fondements sur des personnes s'érigenten dogme.
Des images de guerre en boucle et des arrestations massives ont étédiffusées alors que les manifestionspubliques n'ont pas bénéficié d'un traitementobjectif. Sur les écrans de France24 dans sa version arabe et anglaise, lesimages chocs de "casseurs et odeurs defumées" ont été relayées sans discontinuité.Les présentateurs entament leurs sujets par des jeunes en proie à la violence en montrant la mise à sac d'unhôtel et d'une agence bancaire. Desimages qui n'ont montré qu'un aspect desmanifestations publiques qui se sont déroulées dans le calme, de l'aveu de tous les observateurs. Sur la BBC versionarabe, de vieilles images datant d'octobre1988 ont été montrées à l'écran alors quele débat se déroule en 2019. Sous prétextede relancer le processus de démocratisationen
Algérie depuis la fin desannées 80, on voyait des images dejeunes de cette époque qui "cassaient lesédifices publics" sous le sobriquet de larévolte des jeunes. La chaîne El Ghad quise singularise dans ces scénarii, préfèredonner la parole à de "jeunes désoeuvrés"ne tenant pas un discours cohérent alorsque le correspondant avait un large choixd'interviews avec des citoyens de toutescatégories. Pour sa part, la chaîne ElDjazira El Moubasher (direct) n'a pas hésité à diffuser les images du CHU deGenève où se soigne le Président Boutefika poussant l'insolence jusqu'à montrer une image dégradante de l'état de santé du chef de l'Etat. Une grave entorse aux règles de l'éthique pousse ces TV à grande audience à jouer sur la fibre sentimentale de ces téléspectateurs algériens.
Des entretiens sont aussitôt animés avec des citoyens algériens résidant en Suisse qui se permettent tous les "ragots" et autres infos de "caniveau" sur la personne du Président, sachant que c'est au personnel soignant et aux autorités algériennes d'en informer le public. Sous prétexte de verrouillage de l'information, ces médias "travaillent" selon leurs propres agendas l'opinion publique selon un dosage allant dans le sens du sensationnel et du fait brut en diffusant des images résultant des autres conflits. Une chaîne proche des thèses de la mouvance islamiste recycle les images datant de la tragédie nationale pour illustrer à coup de fake news et de désinformations systématiques sur toute l'actualité brûlante nationale. La palme d'or revient à El Magharibia (chaîne de proximité islamiste) dans la manipulation par des émissions où les raccourcis, les insultes et le parjure sont légion.
Les images montrent généralement des quartiers sordides et des terrains vagues pleins de détritus pour illustrer uniquement le côté sombre du pays. En l'absence de toute déontologie, ces chaînes déversent leur fiel sans retenue où l'opinion partiale l'emporte sur le débat objectif et où l'insulte et les accusations gratuites sans fondements sur des personnes s'érigenten dogme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.