«Un dispositif sera mis en place sous l'autorité du ministère de la Justice»    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Le verdict mis en délibéré pour le 3 mars    Un an d'assiduité au hirak    «Bouteflika est un cachotier qui n'a pas d'amis»    Viandes rouges : des concertations pour fixer des prix "raisonnables"    40% des vols annulés    Aït-Ali promet une grande purge    Une délégation du FMI chez Djerad    Consulat de la Côte d'Ivoire ouvert à El-Ayoun occupée: la RASD condamne "un acte hostile"    Boukadoum à Tripoli pour relancer le dialogue interlibyen    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    On continue à se chamailler entre partis politiques    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Changements en profondeur    Aït Djoudi (NAHD), Ighil (JSS) et Biskri (DRBT) suspendus    Les Sang et Or n'y arrivent plus    Belhocini file en tête avec 10 buts    Les parents d'élèves tirent la sonnette d'alarme    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Logements AADL: Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Défauts de conformité des immeubles: la commission technique présente ses résultats au ministre de l'Habitat    Pharmacie-clinique : Les conséquences de l'accès au résidanat sans concours    Université Badji Mokhtar Annaba : Workshop sur le Master professionnel en maintenance    La faille nord-sud à l'étude    Commentaire : La grève des joueurs et l'intégrité de la compétition    Vers l'élaboration d'un plan national de prise en charge des enfants autistes    USM Alger : Fin de la spirale des défaites    ES Sétif : L'Entente, en mode jeunots…    Danger, intolérance    Université d'Alger 2 : Le Wati club organise la première compétition d'orthographe    Mohand Ouramdane Sadaoui : Hommage à un baroudeur    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Des marchés de proximité toujours fermés    La mobilisation estudiantine se poursuit    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    Football - Ligue 2 : L'ASMO coule à Boussaâda, le RCA troisième    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Les âmes trouées    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faux scoops et vrais bobards
Des tv étrangéres s'adoonent à de la manipulation
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 03 - 2019

Les marches populaires en Algérie ont fait l'objet de manipulations visibles par desTV étrangères tant européennes qu'arabes.
Les marches populaires en Algérie ont fait l'objet de manipulations visibles par desTV étrangères tant européennes qu'arabes.
Des images de guerre en boucle et des arrestations massives ont étédiffusées alors que les manifestionspubliques n'ont pas bénéficié d'un traitementobjectif. Sur les écrans de France24 dans sa version arabe et anglaise, lesimages chocs de "casseurs et odeurs defumées" ont été relayées sans discontinuité.Les présentateurs entament leurs sujets par des jeunes en proie à la violence en montrant la mise à sac d'unhôtel et d'une agence bancaire. Desimages qui n'ont montré qu'un aspect desmanifestations publiques qui se sont déroulées dans le calme, de l'aveu de tous les observateurs. Sur la BBC versionarabe, de vieilles images datant d'octobre1988 ont été montrées à l'écran alors quele débat se déroule en 2019. Sous prétextede relancer le processus de démocratisationen
Algérie depuis la fin desannées 80, on voyait des images dejeunes de cette époque qui "cassaient lesédifices publics" sous le sobriquet de larévolte des jeunes. La chaîne El Ghad quise singularise dans ces scénarii, préfèredonner la parole à de "jeunes désoeuvrés"ne tenant pas un discours cohérent alorsque le correspondant avait un large choixd'interviews avec des citoyens de toutescatégories. Pour sa part, la chaîne ElDjazira El Moubasher (direct) n'a pas hésité à diffuser les images du CHU deGenève où se soigne le Président Boutefika poussant l'insolence jusqu'à montrer une image dégradante de l'état de santé du chef de l'Etat. Une grave entorse aux règles de l'éthique pousse ces TV à grande audience à jouer sur la fibre sentimentale de ces téléspectateurs algériens.
Des entretiens sont aussitôt animés avec des citoyens algériens résidant en Suisse qui se permettent tous les "ragots" et autres infos de "caniveau" sur la personne du Président, sachant que c'est au personnel soignant et aux autorités algériennes d'en informer le public. Sous prétexte de verrouillage de l'information, ces médias "travaillent" selon leurs propres agendas l'opinion publique selon un dosage allant dans le sens du sensationnel et du fait brut en diffusant des images résultant des autres conflits. Une chaîne proche des thèses de la mouvance islamiste recycle les images datant de la tragédie nationale pour illustrer à coup de fake news et de désinformations systématiques sur toute l'actualité brûlante nationale. La palme d'or revient à El Magharibia (chaîne de proximité islamiste) dans la manipulation par des émissions où les raccourcis, les insultes et le parjure sont légion.
Les images montrent généralement des quartiers sordides et des terrains vagues pleins de détritus pour illustrer uniquement le côté sombre du pays. En l'absence de toute déontologie, ces chaînes déversent leur fiel sans retenue où l'opinion partiale l'emporte sur le débat objectif et où l'insulte et les accusations gratuites sans fondements sur des personnes s'érigenten dogme.
Des images de guerre en boucle et des arrestations massives ont étédiffusées alors que les manifestionspubliques n'ont pas bénéficié d'un traitementobjectif. Sur les écrans de France24 dans sa version arabe et anglaise, lesimages chocs de "casseurs et odeurs defumées" ont été relayées sans discontinuité.Les présentateurs entament leurs sujets par des jeunes en proie à la violence en montrant la mise à sac d'unhôtel et d'une agence bancaire. Desimages qui n'ont montré qu'un aspect desmanifestations publiques qui se sont déroulées dans le calme, de l'aveu de tous les observateurs. Sur la BBC versionarabe, de vieilles images datant d'octobre1988 ont été montrées à l'écran alors quele débat se déroule en 2019. Sous prétextede relancer le processus de démocratisationen
Algérie depuis la fin desannées 80, on voyait des images dejeunes de cette époque qui "cassaient lesédifices publics" sous le sobriquet de larévolte des jeunes. La chaîne El Ghad quise singularise dans ces scénarii, préfèredonner la parole à de "jeunes désoeuvrés"ne tenant pas un discours cohérent alorsque le correspondant avait un large choixd'interviews avec des citoyens de toutescatégories. Pour sa part, la chaîne ElDjazira El Moubasher (direct) n'a pas hésité à diffuser les images du CHU deGenève où se soigne le Président Boutefika poussant l'insolence jusqu'à montrer une image dégradante de l'état de santé du chef de l'Etat. Une grave entorse aux règles de l'éthique pousse ces TV à grande audience à jouer sur la fibre sentimentale de ces téléspectateurs algériens.
Des entretiens sont aussitôt animés avec des citoyens algériens résidant en Suisse qui se permettent tous les "ragots" et autres infos de "caniveau" sur la personne du Président, sachant que c'est au personnel soignant et aux autorités algériennes d'en informer le public. Sous prétexte de verrouillage de l'information, ces médias "travaillent" selon leurs propres agendas l'opinion publique selon un dosage allant dans le sens du sensationnel et du fait brut en diffusant des images résultant des autres conflits. Une chaîne proche des thèses de la mouvance islamiste recycle les images datant de la tragédie nationale pour illustrer à coup de fake news et de désinformations systématiques sur toute l'actualité brûlante nationale. La palme d'or revient à El Magharibia (chaîne de proximité islamiste) dans la manipulation par des émissions où les raccourcis, les insultes et le parjure sont légion.
Les images montrent généralement des quartiers sordides et des terrains vagues pleins de détritus pour illustrer uniquement le côté sombre du pays. En l'absence de toute déontologie, ces chaînes déversent leur fiel sans retenue où l'opinion partiale l'emporte sur le débat objectif et où l'insulte et les accusations gratuites sans fondements sur des personnes s'érigenten dogme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.