Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie toujours attractive
Les Algériens s'y rendent par milliers
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 07 - 2019

Comme chaque été, les Algériens se rendent par milliers en Tunisie. Cette fois,les prix sont devenus imbattables et une qualité de prestation rehaussée. Nos touristes y trouvent leur compte.
Comme chaque été, les Algériens se rendent par milliers en Tunisie. Cette fois,les prix sont devenus imbattables et une qualité de prestation rehaussée. Nos touristes y trouvent leur compte.
Les agences de voyages se frottent les mains, les séjours d'une semaine enTunisie et dans les côtes balnéairessont proposés entre 35.000 et 37.000 DA.Une aubaine pour les familles ou pour lescouples qui sont attirés d'avantage vers lepays de Carthage.Le séjour comprend le prix du billet et lesfrais d'hôtel 3 étoiles avec d'autres loisirs.Pour ceux qui optent pour un séjour deluxe, ils devront payer plus, entre 50.000et 55.000 dans des hôtels 4 étoiles.
Quoidemander de plus pour ceux qui n'ont guère le choix. En effet, les Algériens qui sont fidèles à la destination tunisienne ne veulent pas changer de cap. Si les problèmesde visa et la longue attente seposent toujours, les voisins exploitent lefilon pour faire recette.Côté organisation, le ministère tunisien de l'Intérieur indique "qu'aucun touriste algérien n'est refoulé aux frontières" et la taxe que devait payer chaque ressortissant algérienest annulée face aux protestations dugouvernement algérien l'année dernière.Au niveau des douanes, indique-t-on, les passages s'effectuent en moins d'une heure et les procédures administratives ont été allégées. Les Tunisiens espèrent attirer au moins 300.000 Algériens ou un peu plus pour cette saison estivale pour sauver le tourisme qui a été menacé par l'insécurité causée par les attentats terroristes.
L'année dernière, les Algériens étaient au plus fort du rendez-vous estival alors que les touristes européens avaient déserté les côtes tunisiennes face aux craintes d'insécurité. Mais les Tunisiens qui misent beaucoup sur le déferlement de leurs voisins, innovent les en introduisant des formules tels que des circuits au long des villes avec des visites guidées pour ceux qui désirent se rendre dans les musées et monuments historiques ou des séjours pour le tourisme médical qui est l'autre facette de la réussite. Des témoignages sur le Web mettent en évidence une qualité de prestations durant les séjours.
D'ores et déjà, certains hôtels affichent complets et dès lors il faudra attendre la fin du mois et le début d'août pour partir avec la seconde vague dont un rush est attendu. Il faudra pour ainsi dire que l'Algérie se ressaisisse sur son développement touristique. Un pays qui ne manque pas d'atouts sur ce plan et qui dispose d'un potentiel qui demeure toujours sous-exploité.
Les agences de voyages se frottent les mains, les séjours d'une semaine enTunisie et dans les côtes balnéairessont proposés entre 35.000 et 37.000 DA.Une aubaine pour les familles ou pour lescouples qui sont attirés d'avantage vers lepays de Carthage.Le séjour comprend le prix du billet et lesfrais d'hôtel 3 étoiles avec d'autres loisirs.Pour ceux qui optent pour un séjour deluxe, ils devront payer plus, entre 50.000et 55.000 dans des hôtels 4 étoiles.
Quoidemander de plus pour ceux qui n'ont guère le choix. En effet, les Algériens qui sont fidèles à la destination tunisienne ne veulent pas changer de cap. Si les problèmesde visa et la longue attente seposent toujours, les voisins exploitent lefilon pour faire recette.Côté organisation, le ministère tunisien de l'Intérieur indique "qu'aucun touriste algérien n'est refoulé aux frontières" et la taxe que devait payer chaque ressortissant algérienest annulée face aux protestations dugouvernement algérien l'année dernière.Au niveau des douanes, indique-t-on, les passages s'effectuent en moins d'une heure et les procédures administratives ont été allégées. Les Tunisiens espèrent attirer au moins 300.000 Algériens ou un peu plus pour cette saison estivale pour sauver le tourisme qui a été menacé par l'insécurité causée par les attentats terroristes.
L'année dernière, les Algériens étaient au plus fort du rendez-vous estival alors que les touristes européens avaient déserté les côtes tunisiennes face aux craintes d'insécurité. Mais les Tunisiens qui misent beaucoup sur le déferlement de leurs voisins, innovent les en introduisant des formules tels que des circuits au long des villes avec des visites guidées pour ceux qui désirent se rendre dans les musées et monuments historiques ou des séjours pour le tourisme médical qui est l'autre facette de la réussite. Des témoignages sur le Web mettent en évidence une qualité de prestations durant les séjours.
D'ores et déjà, certains hôtels affichent complets et dès lors il faudra attendre la fin du mois et le début d'août pour partir avec la seconde vague dont un rush est attendu. Il faudra pour ainsi dire que l'Algérie se ressaisisse sur son développement touristique. Un pays qui ne manque pas d'atouts sur ce plan et qui dispose d'un potentiel qui demeure toujours sous-exploité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.