L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie toujours attractive
Les Algériens s'y rendent par milliers
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 07 - 2019

Comme chaque été, les Algériens se rendent par milliers en Tunisie. Cette fois,les prix sont devenus imbattables et une qualité de prestation rehaussée. Nos touristes y trouvent leur compte.
Comme chaque été, les Algériens se rendent par milliers en Tunisie. Cette fois,les prix sont devenus imbattables et une qualité de prestation rehaussée. Nos touristes y trouvent leur compte.
Les agences de voyages se frottent les mains, les séjours d'une semaine enTunisie et dans les côtes balnéairessont proposés entre 35.000 et 37.000 DA.Une aubaine pour les familles ou pour lescouples qui sont attirés d'avantage vers lepays de Carthage.Le séjour comprend le prix du billet et lesfrais d'hôtel 3 étoiles avec d'autres loisirs.Pour ceux qui optent pour un séjour deluxe, ils devront payer plus, entre 50.000et 55.000 dans des hôtels 4 étoiles.
Quoidemander de plus pour ceux qui n'ont guère le choix. En effet, les Algériens qui sont fidèles à la destination tunisienne ne veulent pas changer de cap. Si les problèmesde visa et la longue attente seposent toujours, les voisins exploitent lefilon pour faire recette.Côté organisation, le ministère tunisien de l'Intérieur indique "qu'aucun touriste algérien n'est refoulé aux frontières" et la taxe que devait payer chaque ressortissant algérienest annulée face aux protestations dugouvernement algérien l'année dernière.Au niveau des douanes, indique-t-on, les passages s'effectuent en moins d'une heure et les procédures administratives ont été allégées. Les Tunisiens espèrent attirer au moins 300.000 Algériens ou un peu plus pour cette saison estivale pour sauver le tourisme qui a été menacé par l'insécurité causée par les attentats terroristes.
L'année dernière, les Algériens étaient au plus fort du rendez-vous estival alors que les touristes européens avaient déserté les côtes tunisiennes face aux craintes d'insécurité. Mais les Tunisiens qui misent beaucoup sur le déferlement de leurs voisins, innovent les en introduisant des formules tels que des circuits au long des villes avec des visites guidées pour ceux qui désirent se rendre dans les musées et monuments historiques ou des séjours pour le tourisme médical qui est l'autre facette de la réussite. Des témoignages sur le Web mettent en évidence une qualité de prestations durant les séjours.
D'ores et déjà, certains hôtels affichent complets et dès lors il faudra attendre la fin du mois et le début d'août pour partir avec la seconde vague dont un rush est attendu. Il faudra pour ainsi dire que l'Algérie se ressaisisse sur son développement touristique. Un pays qui ne manque pas d'atouts sur ce plan et qui dispose d'un potentiel qui demeure toujours sous-exploité.
Les agences de voyages se frottent les mains, les séjours d'une semaine enTunisie et dans les côtes balnéairessont proposés entre 35.000 et 37.000 DA.Une aubaine pour les familles ou pour lescouples qui sont attirés d'avantage vers lepays de Carthage.Le séjour comprend le prix du billet et lesfrais d'hôtel 3 étoiles avec d'autres loisirs.Pour ceux qui optent pour un séjour deluxe, ils devront payer plus, entre 50.000et 55.000 dans des hôtels 4 étoiles.
Quoidemander de plus pour ceux qui n'ont guère le choix. En effet, les Algériens qui sont fidèles à la destination tunisienne ne veulent pas changer de cap. Si les problèmesde visa et la longue attente seposent toujours, les voisins exploitent lefilon pour faire recette.Côté organisation, le ministère tunisien de l'Intérieur indique "qu'aucun touriste algérien n'est refoulé aux frontières" et la taxe que devait payer chaque ressortissant algérienest annulée face aux protestations dugouvernement algérien l'année dernière.Au niveau des douanes, indique-t-on, les passages s'effectuent en moins d'une heure et les procédures administratives ont été allégées. Les Tunisiens espèrent attirer au moins 300.000 Algériens ou un peu plus pour cette saison estivale pour sauver le tourisme qui a été menacé par l'insécurité causée par les attentats terroristes.
L'année dernière, les Algériens étaient au plus fort du rendez-vous estival alors que les touristes européens avaient déserté les côtes tunisiennes face aux craintes d'insécurité. Mais les Tunisiens qui misent beaucoup sur le déferlement de leurs voisins, innovent les en introduisant des formules tels que des circuits au long des villes avec des visites guidées pour ceux qui désirent se rendre dans les musées et monuments historiques ou des séjours pour le tourisme médical qui est l'autre facette de la réussite. Des témoignages sur le Web mettent en évidence une qualité de prestations durant les séjours.
D'ores et déjà, certains hôtels affichent complets et dès lors il faudra attendre la fin du mois et le début d'août pour partir avec la seconde vague dont un rush est attendu. Il faudra pour ainsi dire que l'Algérie se ressaisisse sur son développement touristique. Un pays qui ne manque pas d'atouts sur ce plan et qui dispose d'un potentiel qui demeure toujours sous-exploité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.