Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre saut qualitatif et lacunes
Industrie pharmaceutique
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 12 - 2019

Le chef de département de la pharmacieindustrielle à la Fédération algérienne de pharmacie (FAP), Hakim Boudis, a affirmé, à Alger, que les pouvoirs publics avaient investi dans l'industrie pharmaceutique"sans pour autant accompagner ce créneau par la formation".
Le chef de département de la pharmacieindustrielle à la Fédération algérienne de pharmacie (FAP), Hakim Boudis, a affirmé, à Alger, que les pouvoirs publics avaient investi dans l'industrie pharmaceutique"sans pour autant accompagner ce créneau par la formation".
S'exprimant en marge des travaux du 4e Congrès national de la FAP, placé sous le slogan "Les nouvelles perspectives de lapharmacie", l'expert a précisé que"l'industrie pharmaceutique a réalisé un sautqualitatif depuis 20 ans. Néanmoins, lespouvoirs publics n'ont pas accompagné cecréneau par la formation", faisant état, à cepropos, de "350 projets dans diverses spécialitésen lien avec la pharmacie, dont 85projets dans la production de médicaments et 62 autres d'analyses médicales". Il a souligné, en outre, la nécessité de mettre en place des commissions qui oeuvreront au développement de la formation dans le domaine de l'industrie pharmaceutique en vue de "combler les lacunes entre l'investissement en la matière et la formation".
L'expert a exprimé son souhait devoir "les universités algériennes, notamment les facultés de médecine, entamer la formation, dans les plus brefs délais, en matière d'industrie pharmaceutique, afin de répondre à la demande nationale". M. Boudis a mis l'accent également sur "la nécessité de la formation dans ce créneau à travers un programme spécial devant donner un nouvel élan à cette industrie naissante". Pour sa part, Kamel Mansouri, maître assistant à l'université d'Alger, a évoqué la pharmacie clinique, une spécialité lancée il y a deux ans par le ministère de l'Enseignement supérieur et qui a vu la sortie de deux promotions seulement, et ce dans l'attente de s généralisation
à l'ensemble des 11 facultés de pharmacie que compte le pays. Qualifiant la formation en pharmacie clinique de "nécessité qui s'impose au vu de son apport dans le processus de soins et le rôle dont s'acquitte le pharmacien au sein de ce processus", le même intervenant a évoqué le rôle du médecin prescripteur et de l'agent paramédical dans ce domaine. En effet, poursuit M. Mansouri, l'agent paramédical intervient pour s'assurer d'une bonne prise du traitement par le patient et signale tout dysfonctionnement au pharmacien, dont le rôle consiste à orienter le médecin sur la qualité des médicaments et sensibiliser le malade sur l'importance de prendre ses médicaments. De son côté, le président de la FAP, RedaDjidjik a indiqué que "la fédération a sélectionné des thèmes d'actualité concernant les spécialités appliquées en Algérie ou celles qui présentent un manque afin d'y remédier conformément aux avancées réalisées en la matière", précisant que son organisme tirera profit de l'expérience de certains pays étrangers ayant franchi des pas de géants dans le domaine pharmaceutique
S'exprimant en marge des travaux du 4e Congrès national de la FAP, placé sous le slogan "Les nouvelles perspectives de lapharmacie", l'expert a précisé que"l'industrie pharmaceutique a réalisé un sautqualitatif depuis 20 ans. Néanmoins, lespouvoirs publics n'ont pas accompagné cecréneau par la formation", faisant état, à cepropos, de "350 projets dans diverses spécialitésen lien avec la pharmacie, dont 85projets dans la production de médicaments et 62 autres d'analyses médicales". Il a souligné, en outre, la nécessité de mettre en place des commissions qui oeuvreront au développement de la formation dans le domaine de l'industrie pharmaceutique en vue de "combler les lacunes entre l'investissement en la matière et la formation".
L'expert a exprimé son souhait devoir "les universités algériennes, notamment les facultés de médecine, entamer la formation, dans les plus brefs délais, en matière d'industrie pharmaceutique, afin de répondre à la demande nationale". M. Boudis a mis l'accent également sur "la nécessité de la formation dans ce créneau à travers un programme spécial devant donner un nouvel élan à cette industrie naissante". Pour sa part, Kamel Mansouri, maître assistant à l'université d'Alger, a évoqué la pharmacie clinique, une spécialité lancée il y a deux ans par le ministère de l'Enseignement supérieur et qui a vu la sortie de deux promotions seulement, et ce dans l'attente de s généralisation
à l'ensemble des 11 facultés de pharmacie que compte le pays. Qualifiant la formation en pharmacie clinique de "nécessité qui s'impose au vu de son apport dans le processus de soins et le rôle dont s'acquitte le pharmacien au sein de ce processus", le même intervenant a évoqué le rôle du médecin prescripteur et de l'agent paramédical dans ce domaine. En effet, poursuit M. Mansouri, l'agent paramédical intervient pour s'assurer d'une bonne prise du traitement par le patient et signale tout dysfonctionnement au pharmacien, dont le rôle consiste à orienter le médecin sur la qualité des médicaments et sensibiliser le malade sur l'importance de prendre ses médicaments. De son côté, le président de la FAP, RedaDjidjik a indiqué que "la fédération a sélectionné des thèmes d'actualité concernant les spécialités appliquées en Algérie ou celles qui présentent un manque afin d'y remédier conformément aux avancées réalisées en la matière", précisant que son organisme tirera profit de l'expérience de certains pays étrangers ayant franchi des pas de géants dans le domaine pharmaceutique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.