Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens
Bloqués dans la ville de Wuhan' en CHina
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 01 - 2020

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné des instructions hier aux autorités concernées à entamer immédiatement les procédures nécessaires au rapatriement des ressortissants algériens bloqués dans la ville de Wuhan, en Chine.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné des instructions hier aux autorités concernées à entamer immédiatement les procédures nécessaires au rapatriement des ressortissants algériens bloqués dans la ville de Wuhan, en Chine.
Mise en quarantaine par les autorités chinoises suite à la propagation du Coronavirus, la ville de Wuhan abrite quelques ressortissants algériens, notamment des étudiants.Dans un communiqué rapporté par la Télévision publique, la présidence de la République informe que des instructions ont été données pour que les ressortissants algériens soient rapatriés dans les plus brefs délais. Selon le même communiqué, 36 Algériens se trouvent actuellement dans la ville en quarantaine, dont la majorité sont des étudiants.
Plus de 106 morts en Chine
Alors que le bilan de l'épidémie de coronavirus a franchi la barre des 100 morts en Chine, plusieurs pays dont les Etats-Unis, la France et le Japon préparent l'évacuation de leurs ressortissants.Le nombre de victimes a bondi à 106 morts et celui des cas confirmés dépasse 4.500 dans toute la Chine, selon un bilan des autorités ce mardi.
La ville de Pékin a fait état lundi de son premier décès, un homme de 50 ans revenu de Wuhan. Wuhan, métropole du centre du pays où est apparu en décembre le nouveau coronavirus, puis la quasi-totalité de la province du Hubei sont coupés du monde depuis jeudi par les autorités dans l'espoir d'endiguer l'épidémie. Quelque 56 millions d'habitants sont concernés.
L'OMS qualifie d'"élevée" la menace
L'Organisation mondiale de la santé a corrigé son évaluation du virus apparu en Chine et jusque-là pas considéré comme étant une "urgence de santé publique de portée internationale". L'OMS qualifie à présent la menace d'"élevée à l'international et non plus de modérée", admettant avoir fait une "erreur de formulation" dans ses précédents rapports. Elle avait auparavant annoncé que le risque était "très élevé en Chine, élevé au niveau régional et modéré au niveau international". L'organisation précise qu'il ne s'agit pas d'une réévaluation. "Cela ne veut absolument pas dire que nous avons changé notre évaluation du risque, mais cette erreur s'est glissée" dans les rapports de situation, a expliqué une porte-parole de l'OMS.
L'OMS a rendu publics six rapports de situation depuis le début de la crise. Dans son sixième rapport de situation, diffusé dans la nuit de dimanche à lundi, l'OMS a corrigé son analyse, assurant que son "évaluation du risque (...) n'a pas changé (...) : très élevé en Chine, élevé au niveau régional et élevé au niveau mondial" Cette correction ne change pas le fait que l'OMS ne considère pas que l'épidémie constitue une "urgence de santé publique de portée internationale". L'OMS n'a jusqu'ici utilisé ce terme que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a touché une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018
Mise en quarantaine par les autorités chinoises suite à la propagation du Coronavirus, la ville de Wuhan abrite quelques ressortissants algériens, notamment des étudiants.Dans un communiqué rapporté par la Télévision publique, la présidence de la République informe que des instructions ont été données pour que les ressortissants algériens soient rapatriés dans les plus brefs délais. Selon le même communiqué, 36 Algériens se trouvent actuellement dans la ville en quarantaine, dont la majorité sont des étudiants.
Plus de 106 morts en Chine
Alors que le bilan de l'épidémie de coronavirus a franchi la barre des 100 morts en Chine, plusieurs pays dont les Etats-Unis, la France et le Japon préparent l'évacuation de leurs ressortissants.Le nombre de victimes a bondi à 106 morts et celui des cas confirmés dépasse 4.500 dans toute la Chine, selon un bilan des autorités ce mardi.
La ville de Pékin a fait état lundi de son premier décès, un homme de 50 ans revenu de Wuhan. Wuhan, métropole du centre du pays où est apparu en décembre le nouveau coronavirus, puis la quasi-totalité de la province du Hubei sont coupés du monde depuis jeudi par les autorités dans l'espoir d'endiguer l'épidémie. Quelque 56 millions d'habitants sont concernés.
L'OMS qualifie d'"élevée" la menace
L'Organisation mondiale de la santé a corrigé son évaluation du virus apparu en Chine et jusque-là pas considéré comme étant une "urgence de santé publique de portée internationale". L'OMS qualifie à présent la menace d'"élevée à l'international et non plus de modérée", admettant avoir fait une "erreur de formulation" dans ses précédents rapports. Elle avait auparavant annoncé que le risque était "très élevé en Chine, élevé au niveau régional et modéré au niveau international". L'organisation précise qu'il ne s'agit pas d'une réévaluation. "Cela ne veut absolument pas dire que nous avons changé notre évaluation du risque, mais cette erreur s'est glissée" dans les rapports de situation, a expliqué une porte-parole de l'OMS.
L'OMS a rendu publics six rapports de situation depuis le début de la crise. Dans son sixième rapport de situation, diffusé dans la nuit de dimanche à lundi, l'OMS a corrigé son analyse, assurant que son "évaluation du risque (...) n'a pas changé (...) : très élevé en Chine, élevé au niveau régional et élevé au niveau mondial" Cette correction ne change pas le fait que l'OMS ne considère pas que l'épidémie constitue une "urgence de santé publique de portée internationale". L'OMS n'a jusqu'ici utilisé ce terme que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a touché une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.