Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Le procès Condor reporté au 9 novembre    Une aubaine pour l'ex-allégeance    Fête de la Révolution: la journée du dimanche prochain chômée et payée    «Il faut absolument préserver les réserves prouvées»    Protection et exploitation rationelle de notre patrimoine naturel, une urgence nationale    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Six cas testés positifs au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    L'inquiétude monte    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Tarte au chocolat amer    Actucult    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Coupe de la CAF : Renaissance Berkane remporte le titre    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    La 13e édition du Siol 2020 reportée    Un seul bureau de poste pour 11 cités et quartiers    Le Real de Madrid doit réagir    Droit de réponse    Erdogan appelle au boycott des produits français    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    8 décès et 276 nouveaux cas    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Tamanrasset: l'Alliance citoyenne pour le changement, une initiative pour soutenir le projet d'amendement constitutionnel    Le projet d'amendement de la Constitution préserve les constantes nationales    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Le projet de l'amendement constitutionnel premier jalon pour l'édification de la nouvelle Algérie    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul
Nouvelle gouvernance centrale et locale
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 02 - 2020

Les défis de l'Algérie 2020/2025, une nouvelle gouvernance centrale et locale et une réelle décentralisation afin de réaliser la symbiose Etat-citoyens, la lutte contre la corruption, la mauvaise gestion, une profonde moralité de la société et la valorisation du savoir, loin des relations de clientèles qui reposent sur la règle de Piter : l'ascension dans la hiérarchie est en fonction du degré d'obéissance et de l'incompétence.
Les défis de l'Algérie 2020/2025, une nouvelle gouvernance centrale et locale et une réelle décentralisation afin de réaliser la symbiose Etat-citoyens, la lutte contre la corruption, la mauvaise gestion, une profonde moralité de la société et la valorisation du savoir, loin des relations de clientèles qui reposent sur la règle de Piter : l'ascension dans la hiérarchie est en fonction du degré d'obéissance et de l'incompétence.
Ce rêve si cher aux Algériens, sera t-il réalisé? S'interroge le professeur Abderrahmane Mebtoul. Selon lui, la corruption ne peut être éradiquée, si l'on ne met pas en place de nouveaux mécanismes de régulation, afin de réhabiliter la sphère réelle, la monnaie étant au service de l'économie et non un instrument pour la dominer. Le professeur explique, que lorsque le Premier ministre, ministre, wali ou tout autre haut responsable, dépliera le tapis rouge pour accueillir une sommité scientifique algérienne, qui souvent attend des rendez vous pendant des mois ou de longues heures dans la salle d'attente, si elle est reçue, l'on aura réalisé la révolution culturelle des dirigeants dont certains sont encore formatés à l'ancienne culture bureaucratique, où c'est le citoyen qui està leur service alors qu'en démocratie c'est le contraire .
"La situation socio-économique étant d'une extrême gravité avec le risque d‘un retour au FMI horizon 2022, implique une nouvelle gouvernance et des personnes morales, si l'on veut éviter larécession économique et sociale de l'Algérie, dont les impacts négatifs toucheront en premier lieu les couches les plus vulnérables avec des répercussions géostratégiques au niveau de la région africaine et méditerranéenne", prévient le professeur. Pour lui, force est de reconnaître que l'Algérie n'a pas encore trouvé de modèle de croissance susceptible de réduire les inégalités, le chômage et la pauvreté, ayant deux choix : faire des efforts pour réformer ses institutions et l'économie, vers plus de démocratie et de transparence, ou
régresser vers une attitude protectionniste avec le statu quo politique. Il estime que l'immoralité renvoie aux enrichissements sans efforts de certaines personnes, tant au niveau national qu'à l'étranger, n'ayant pas investi mais propriétaire d'immenses fortunes, et l'immoralité pouvant aller qu'au simple citoyen, celui qui devait travailler 8h par jour, ne travaillant que 3 heures. Les économistes et les politiques, ajoute-t-il, durant cette transition inévitable de la société algérienne, doivent repenser les liens entre l'éthique et le développement. "Pour éviter tout malentendu, devant éviter tout règlementde comptes qui provoquerait une psychose généralisée, tout citoyen est présumé honnête jusqu'à preuve du contraire, par la justice.
Mais reconnaissons que l'Algérie a souvent les meilleures lois du monde, rarement appliquées, renvoyant à des institutions crédibles et un véritable Etat de droit, afin de lutter contre les pratiques de corruption qui menacent la sécurité nationale", suggère M.Mebtoul.
Ce rêve si cher aux Algériens, sera t-il réalisé? S'interroge le professeur Abderrahmane Mebtoul. Selon lui, la corruption ne peut être éradiquée, si l'on ne met pas en place de nouveaux mécanismes de régulation, afin de réhabiliter la sphère réelle, la monnaie étant au service de l'économie et non un instrument pour la dominer. Le professeur explique, que lorsque le Premier ministre, ministre, wali ou tout autre haut responsable, dépliera le tapis rouge pour accueillir une sommité scientifique algérienne, qui souvent attend des rendez vous pendant des mois ou de longues heures dans la salle d'attente, si elle est reçue, l'on aura réalisé la révolution culturelle des dirigeants dont certains sont encore formatés à l'ancienne culture bureaucratique, où c'est le citoyen qui està leur service alors qu'en démocratie c'est le contraire .
"La situation socio-économique étant d'une extrême gravité avec le risque d‘un retour au FMI horizon 2022, implique une nouvelle gouvernance et des personnes morales, si l'on veut éviter larécession économique et sociale de l'Algérie, dont les impacts négatifs toucheront en premier lieu les couches les plus vulnérables avec des répercussions géostratégiques au niveau de la région africaine et méditerranéenne", prévient le professeur. Pour lui, force est de reconnaître que l'Algérie n'a pas encore trouvé de modèle de croissance susceptible de réduire les inégalités, le chômage et la pauvreté, ayant deux choix : faire des efforts pour réformer ses institutions et l'économie, vers plus de démocratie et de transparence, ou
régresser vers une attitude protectionniste avec le statu quo politique. Il estime que l'immoralité renvoie aux enrichissements sans efforts de certaines personnes, tant au niveau national qu'à l'étranger, n'ayant pas investi mais propriétaire d'immenses fortunes, et l'immoralité pouvant aller qu'au simple citoyen, celui qui devait travailler 8h par jour, ne travaillant que 3 heures. Les économistes et les politiques, ajoute-t-il, durant cette transition inévitable de la société algérienne, doivent repenser les liens entre l'éthique et le développement. "Pour éviter tout malentendu, devant éviter tout règlementde comptes qui provoquerait une psychose généralisée, tout citoyen est présumé honnête jusqu'à preuve du contraire, par la justice.
Mais reconnaissons que l'Algérie a souvent les meilleures lois du monde, rarement appliquées, renvoyant à des institutions crédibles et un véritable Etat de droit, afin de lutter contre les pratiques de corruption qui menacent la sécurité nationale", suggère M.Mebtoul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.