Jusqu'à quatre vols quotidiens au départ d'Alger    Les pharmaciens se désengagent    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Le décret exécutif publié au JO    Le président de la République adresse un message à la Nation    Neuf nouveaux décès et les cas positifs en hausse    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"
Traitement à la chloroquine à l'hôpital de Boufarik ;
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 04 - 2020

Les premières évaluations des prélèvements de contrôle sur les malades atteints du Covid- 19 soumis au traitement à la Chloroquine et à l'hydroxychloroquine à l'hôpital de Boufarik, devraient être faites dans un délai maximal de 48 heures...
Les premières évaluations des prélèvements de contrôle sur les malades atteints du Covid- 19 soumis au traitement à la Chloroquine et à l'hydroxychloroquine à l'hôpital de Boufarik, devraient être faites dans un délai maximal de 48 heures...
C'est ce qu'a affirmé le chef du service des maladies infectieuses de Boufarik, le docteur Mohamed Yousfi. "Les 4 premiers malades traités à la chloroquine ont achevé leur traitement aujourd'hui. Nous avons fait les prélèvements que nous avons envoyés à l'Institu Pasteur d'Algérie (IPA).
Les résultats sont connus généralement dans 24 heures, au plus tard 48h. Normalement on devrait avoir les résultats d'ici demain en fin de journée", a indiqué Dr Yousfi, contacté hier par TSA. "Les six premiers malades qui ont débuté le traitement à l'hydroxychloroquine finiront leur traitement vendredi prochain. Une évaluation des premiers prélèvements de contrôle sera aussi effectuée", précise Dr Yousfi. "Au niveau de l'EPH de Boufarik, nous en sommes à 65 malades soumis au traitement à base de Chloroquine et d'hydroxychloroquine. La chloroquine seule nous l'avons administrée à 4 malades seulement le 23 mars au soir.
Le traitement dure sept jours. Il arrive à terme aujourd'hui. Mais pour ce qui est des six premiers malades traités à l'hydroxychloroquine depuis le 24 mars il faut dix jours de traitement", a ajouté Dr Yousfi qui précise que les malades sont mis sous traitement au fur et à mesure de leur hospitalisation. "Les derniers malades ont été mis sous traitement à l'hydroxychloroquine hier. Ce soir, des malades seront encore mis sous traitement", ajoute Dr Yousfi. Interrogé sur la réponse des malades au traitement, Dr Yousfi répond qu'"il est encore trop tôt pour se prononcer, mais il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien. Il faut attendre la fin de la durée du traitement et ensuite faire le prélèvement de contrôle pour dire si ça a marché ou non, sachant que d'après les études qui ont été publiées, dont celle du Pr Raoult, le traitement est efficace à 75 %". "Mais 75 % est mieux que de ne rien faire.
Nous allons faire une évaluation des malades qui sont sous traitement au fur et àmesure", souligne Dr Yousfi. S'agissant de la protestation d'une partie du personnel de santé de l'EPH de Boufarik jeudi et dimanche derniers, Dr Yousfi, dit qu'il reste en poste après que le ministre de la Santé eut jugé qu'il n'y "avait aucune raison" qu'il en soit démis. D'autant, ajoute Dr Yousfi, "ce n'est pas le moment" alors que l'épidémie du coronavirus est en train de sévir. Le docteur Yousfi clame que les personnels à l'origine du mouvement de protestation ne font pas partie de son service. "Les éléments de mon service étaient tous au travail, aucun n'était dans ce mouvement", assure Dr Mohamed Yousfi. Selon lui, le ministre de la Santé qui a reçu des représentants des protestataires a mis en avant la nécessité de travailler dans un cadre "calme et apaisé".
C'est ce qu'a affirmé le chef du service des maladies infectieuses de Boufarik, le docteur Mohamed Yousfi. "Les 4 premiers malades traités à la chloroquine ont achevé leur traitement aujourd'hui. Nous avons fait les prélèvements que nous avons envoyés à l'Institu Pasteur d'Algérie (IPA).
Les résultats sont connus généralement dans 24 heures, au plus tard 48h. Normalement on devrait avoir les résultats d'ici demain en fin de journée", a indiqué Dr Yousfi, contacté hier par TSA. "Les six premiers malades qui ont débuté le traitement à l'hydroxychloroquine finiront leur traitement vendredi prochain. Une évaluation des premiers prélèvements de contrôle sera aussi effectuée", précise Dr Yousfi. "Au niveau de l'EPH de Boufarik, nous en sommes à 65 malades soumis au traitement à base de Chloroquine et d'hydroxychloroquine. La chloroquine seule nous l'avons administrée à 4 malades seulement le 23 mars au soir.
Le traitement dure sept jours. Il arrive à terme aujourd'hui. Mais pour ce qui est des six premiers malades traités à l'hydroxychloroquine depuis le 24 mars il faut dix jours de traitement", a ajouté Dr Yousfi qui précise que les malades sont mis sous traitement au fur et à mesure de leur hospitalisation. "Les derniers malades ont été mis sous traitement à l'hydroxychloroquine hier. Ce soir, des malades seront encore mis sous traitement", ajoute Dr Yousfi. Interrogé sur la réponse des malades au traitement, Dr Yousfi répond qu'"il est encore trop tôt pour se prononcer, mais il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien. Il faut attendre la fin de la durée du traitement et ensuite faire le prélèvement de contrôle pour dire si ça a marché ou non, sachant que d'après les études qui ont été publiées, dont celle du Pr Raoult, le traitement est efficace à 75 %". "Mais 75 % est mieux que de ne rien faire.
Nous allons faire une évaluation des malades qui sont sous traitement au fur et àmesure", souligne Dr Yousfi. S'agissant de la protestation d'une partie du personnel de santé de l'EPH de Boufarik jeudi et dimanche derniers, Dr Yousfi, dit qu'il reste en poste après que le ministre de la Santé eut jugé qu'il n'y "avait aucune raison" qu'il en soit démis. D'autant, ajoute Dr Yousfi, "ce n'est pas le moment" alors que l'épidémie du coronavirus est en train de sévir. Le docteur Yousfi clame que les personnels à l'origine du mouvement de protestation ne font pas partie de son service. "Les éléments de mon service étaient tous au travail, aucun n'était dans ce mouvement", assure Dr Mohamed Yousfi. Selon lui, le ministre de la Santé qui a reçu des représentants des protestataires a mis en avant la nécessité de travailler dans un cadre "calme et apaisé".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.